Contre les blocages, l’Université appelle tous les étudiants à voter en ligne
L'actu 

Contre les blocages, l’Université appelle tous les étudiants à voter en ligne

actualisé le 17/04/2018 à 15h07 : ajout de l'appel au boycott par les étudiants grévistes

Comme nous vous l’annoncions jeudi, le président de l’Université de Strasbourg, Michel Deneken, a choisi de lancer une consultation de l’ensemble des étudiants quant aux blocages des bâtiments, dans le cadre du mouvement de protestation contre la loi Orientation et Réussite Etudiante (ORE), qui instaure une sélection à l’entrée des études supérieures. Dans un e-mail envoyé à tous les étudiants ce lundi soir, l’Université indique que les blocages pénalisent tous les étudiants et invite les destinataires à s’exprimer via un lien fourni, unique à chaque étudiant qui ne peut donc voter qu’une fois.

Une fois cliqué, le lien dirige vers cette question : « approuvez-vous les blocages ? » Les étudiants peuvent répondre par oui, non, ou ne pas se prononcer.

Les étudiants ont jusqu’à mercredi 8h pour voter. L’Université assure que ce sondage est anonyme. Le résultat sera connu mercredi dans la matinée, soit avant la prochaine AG des étudiants, qui n’est prévue que mercredi à midi. Une consultation similaire s’est déroulée au sein de l’université de Lorraine à Nancy, elle s’était conclue par une opposition aux blocages des bâtiments à plus de 70%. Ce résultat n’a pas été reconnu par les étudiants grévistes lorrains.

Capture d’écran du vote en ligne (doc remis)

Dans un communiqué publié mardi, l’AG des étudiants en lutte de l’Université de Strasbourg a appelé au boycott de ce vote en ligne. Les étudiants grévistes reprochent à la démarche, entre autres, un manque de garantie quant à l’anonymat des votants et l’absence de contrôle sur le dépouillement des votes.

L’AG n’a pas évoqué l’invitation du président

Michel Deneken a pris acte de la décision de l’assemblée générale des étudiants lundi matin, qui a voté le blocage reconductible de l’ensemble des bâtiments de l’université à compter de mardi 17 avril. Vendredi, le président de l’université avait envoyé un message aux étudiants, leur proposant de rencontrer une délégation de l’AG, avec les élus étudiants du conseil d’administration et du conseil de la vie universitaire.

Michel Deneken constate que les étudiants n’ont pas pris contact avec lui pour répondre à cette invitation. En fait, selon une constatation de Rue89 Strasbourg, cette invitation n’a même pas été discutée lors de l’assemblée générale de lundi.

Le président de l’Université a cependant fait un geste à destination des étudiants grévistes, il a accepté que l’absence aux cours et aux examens prévus jeudi 19 avril ne soit pas sanctionnée, jour de mobilisation globale et de « convergence des luttes. » Il s’agissait d’une motion votée par les étudiants lors de l’AG de jeudi 12 avril.

Alors que certains de ses professeurs organisent des cours supplémentaires sur les conséquences de la réforme du gouvernement pour l’accès aux études supérieures, la direction de l’Université organise mardi 17 avril une conférence-débat sur les contenus de cette loi, et son application à l’Université de Strasbourg. Ce débat sera animé entre autres par Benoit Tock, vice-président formation et François Gauer, vice-président transformation numérique et innovation pédagogique.

Y aller

Conférence-débat Que dit la loi ORE ?, mardi 17 avril de 17h à 18h30 en amphithéâtre Viaud, à la faculté de psychologie de l’Université de Strasbourg. Voir sur Facebook.

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Ouverture d’une enquête judiciaire sur la mort de Naomi Musenga

par Jean-François Gérard. 1 668 visites. 2 commentaires.

Strasbourg en liesse après la qualification des Bleus en finale de la Coupe du monde

par Jean-François Gérard. 1 434 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’éducation aux outils numériques, thème central des Rencontres mondiales du logiciel libre

par Simon Adolf. 448 visites. Aucun commentaire pour l'instant.