Galets, grilles, bancs anti-sieste… La carte du mobilier répulsif à Strasbourg
Société 

Galets, grilles, bancs anti-sieste… La carte du mobilier répulsif à Strasbourg

actualisé le 24/09/2018 à 16h15

Carte du mobilier répulsif détecté à Strasbourg (Pierre Pauma / Raphaël Da Silva / Rue89 Strasbourg)

Les Strasbourgeois passent devant tous les jours sans les remarquer. Normal, c’est fait pour. Des installations conçues pour empêcher le repos, la sieste ou la flânerie fleurissent un peu partout. Souvent appelés « mobilier anti-SDF » par raccourci, ces aménagements visent en fait tous les usagers de la ville. Rue89 Strasbourg lance une carte collaborative pour recenser l’architecture et le mobilier hostiles.

Square du Vieux-Marché-aux-Vins. Des bancs disposés en U, autour d’une fontaine. Placé au beau milieu des restaurants et des sandwicheries, c’est l’endroit idéal pour manger sur le pouce un plat à emporter. Mais en regardant les bancs de plus près, le riverain avisé notera la présence de barres obliques sur l’assise. Trop basses pour servir d’accoudoir, mais assez proéminentes pour empêcher quiconque de s’y allonger.

Un classique du design hostile. Depuis les premières études sur le sujet dans les années 90, ces dispositifs sont régulièrement décriés. On se souvient des bancs grillagés d’Angoulême, ou de la carte du mobilier anti-SDF de la Fondation Abbé Pierre.

Des bancs anti SDF place du Vieux-Marché-aux-Vins, aussi appelés « repos du Fakir » par les connaisseurs. (Photo Pierre Pauma / Rue89 Strasbourg / cc)

Dans le centre-ville de Strasbourg, un peu d’entraînement suffit à repérer le « design répulsif », ou bien les « anti-sites » comme les appelle Marianne Villière. En 2017, cette artiste avait entrepris avec Le Syndicat Potentiel, de dresser une liste de lieux à première vue anodins, mais qui, insidieusement, décident de ce qui est toléré dans un lieu public et de ce qui ne l’est pas. Une manière pour elle de dénoncer une forme « d’hypocrisie » :

« Il y a une trahison qui s’insère dans le rôle que l’objet prétend soutenir. Le dispositif en question procède à une évacuation des corps en toute impunité. Il peut être défini comme un anti-site. »

Participez à l’enquête

Aidez-nous à recenser le mobilier anti-SDF

Bombés, les bancs empêchent de rêver

D’autres Strasbourgeois s’en préoccupent. Spontanément, plusieurs citent les bancs de la place Broglie. Leur aspect bombé et le niveau parfois irrégulier des lattes les rendent difficilement utilisables en position allongée. Hervé (le prénom a été modifié) tente tout de même une sieste, en fin d’après-midi. SDF depuis plusieurs années, il a eu l’occasion de tester de nombreux bancs à Strasbourg et dans le monde. Ce qui fait de lui un consultant en design de mobilier urbain de premier choix :

« Rien que sur les matériaux, on voit de moins en moins de bancs en bois et de plus en plus de métal ou de plastique. L’hiver, le bois conduit mieux la chaleur du corps, on a moins froid sur un banc en bois. Mais sur du métal, laisse tomber. »

Hervé sur son banc place Broglie. (Photo Pierre Pauma, dessin de Piet)

Quant à la forme du banc, il lui trouve bien quelques vertus, mais rien à voir avec le confort d’une vraie banquette :

« C’est pas mal fait parce que si tu t’affales, tu te casses la gueule. T’es obligé de te tenir droit, donc c’est peut-être meilleur pour le dos. Mais si je suis crevé et que je veux dormir, je choisis le banc plat. En plus ici, le banc est dur. Ça ne doit pas être du bois massif, il y a sûrement du métal en dessous. »

Hervé, lui, ne croit pas cette histoire de bancs anti-SDF. En revanche, il se souvient bien des bancs du quai Saint-Étienne et des berges aux alentours qui ont disparu peu à peu. « Va savoir pourquoi. »

Les fêtards et les skateurs aussi

Hervé a raison. Entre 2011 et 2013, les bancs sur le quai Saint-Étienne ont cédé la place à des arbustes. Même traitement pour les berges en contrebas, des deux côtés de l’Ill. Entre 2013 et 2014, les bancs et le gazon moelleux des berges ont été remplacés par de la végétation dissuasive, agrémentée l’été de grilles. Seul le chemin en pavés reste encore praticable pour les promeneurs. Circulation autorisée, stationnement interdit.

Pour le coup, ce ne sont pas les SDF qui sont visés. Juste en face du quai, les habitants de la résidence de l’Esca se sont longtemps plaints des nuisances sonores occasionnées par les groupes qui profitaient des quais l’été pour pique-niquer ou boire un coup. Une population souvent jeune et étudiante plutôt que marginale… Les plaintes des riverains à propos du bruit, les détritus et les odeurs d’urine ont eu raison du lieu de rencontre.

Il faut dire que ceux qui profitent encore des quelques mètres carrés de gazon rescapés en bas du quai Saint-Étienne n’ont pas de toilettes à disposition, contrairement aux chiens qui disposent sur place d’un canisite. Cette année, l’installation de berges amovibles au niveau d’un quai des Bateliers tout neuf font office de compensation.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Unpleasant design, comme ça pas d’ennuis

Nombre de ces stratégies répulsives ont été regroupées sous l’appellation d’unpleasant design (conception déplaisante, ndlr)Ce site s’amuse à recenser tout ce que le design urbain a pu concevoir de répulsif dans le monde : revêtement anti-stickers, lumières bleues dans les lieux publics pour empêcher les héroïnomanes de trouver leurs veines mais aussi les rivets anti-skate : des petites pièces de métal ajoutées sur le mobilier urbain pour empêcher les skateurs d’y réaliser des figures…

Ainsi à Strasbourg, les marches devant l’entrée du TNS, avenue de la Marseillaise, ont été rendues impraticables pour les skateurs. Un choix qui peut être justifié par des questions de sécurité, étant donné que ces marches débouchent directement sur une voie piétonne et une piste cyclable. En revanche, les bancs de la presqu’île Malraux et sur ceux de la place d’Athènes refaite en 2011 ont également été agrémentés de bloqueurs de skates. Gamelle assurée pour les sportifs téméraires.

Pierre Garbellini, skateur et gérant de la boutique de skate Rollingspade, s’en souvient encore :

« Dès qu’on a découvert la place, on y est allés. Ça a duré trois mois grand maximum. Ensuite ça a été boulonné. Sur la presqu’île Malraux à la limite, je peux comprendre. On fait du bruit et quand tu mets 350 000 euros dans un appart, t’as peut-être envie d’avoir un peu de calme. Mais place d’Athènes, on ne dérangeait personne, les premiers immeubles étaient assez éloignés. »

Pierre regrette de ne pas avoir de réel endroit consacré au skate à Strasbourg. Il y a bien le parc de Cronenbourg, mais celui-ci est, selon lui, davantage adapté à la pratique du BMX ou du roller. Faute de mieux, les skateurs de Strasbourg se contentent du parvis devant le Musée d’Art Moderne et Contemporain, où la pratique du skate est tolérée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour la Ville, pas de politique « anti SDF » systématique

Sur l’espace public, la municipalité réfute l’idée d’une stratégie d’exclusion systématique des SDF. « On est même très permissifs je trouve à Strasbourg », affirme Marie-Dominique Dreyssé, adjointe au maire en charge des Solidarités :

« On a eu ces débats là il y a quelques années, ça revient parfois. Mais le maire a tranché, il n’y aura pas d’arrêt anti-mendicité à Strasbourg. »

En revanche, il peut arriver que la Ville prenne des dispositions sur l’espace public, en cas de plaintes de riverains ou de commerçants. Ce fut le cas dans la rue Saint-Hélène, où de nombreux SDF qui, selon Marie-Dominique Dreyssé « ne souhaitaient pas être pris en charge », avaient pris l’habitude de s’installer devant l’entrée d’un immeuble. La Ville a fait installer des arceaux à vélos supplémentaires ainsi que des poteaux pour mettre fin à cette occupation.

Il arrive aussi que les riverains s’émeuvent de ce mobilier : au moment de la rénovation de la place d’Austerlitz, les plans initiaux comportaient des bancs avec des barres « anti SDF » en travers. Suite aux protestations de l’Ahbak (Association des habitants Bourse, Austerlitz, Krutenau) et du collectif SDF Alsace, la conseillère municipale du quartier, Michèle Seiler, qui était également contre, a veillé à ce que les bancs soient prévus pour tous… Même si quelques bancs avec des séparations subsistent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du mobilier très ingénieux

La ligne entre mobilier design et véritable installation anti-SDF peut parfois être floue, comme dans le cas des fauteuils à une seule place par exemple. Marie-Dominique Dreyssé justifie leur présence par de nouveaux besoins des usagers. Certains peuvent préférer un fauteuil à une place pour éviter d’être importunés, comme ce serait le cas avec un banc classique. Une entreprise de mobilier urbain que nous avons contacté fait aussi valoir la légitimité des accoudoirs sur certains bancs, souvent décriés. Il peuvent s’avérer utiles pour aider les personnes âgées à se relever.

Nous avons tout de même décidé de répertorier sur notre carte les lieux qui ne proposaient pas d’alternative « allongée », en plus des fauteuils une place. Alain Jund, adjoint au maire en charge de la police du bâtiment, fait valoir d’autres solutions que le design des installations, pour éviter les frictions entre utilisateurs du mobilier et riverains :

« Dans le nouveau quartier autour du centre Rivetoile par exemple, on a choisi d’éloigner les bancs des bâtiments. Tout le monde peut profiter du lieu, sans gêner les habitants du quartier. »

Dans ce quartier relativement récent, il faut reconnaître un effort en matière de diversité du design et de confort (même si peu se sont risqués dans les parages en pleine canicule, sans ombre).

Bel effort de la Municipalité. On met les mêmes place Broglie et dans Grand’Rue ? (Photo Pierre Pauma)

Une bataille permanente entre SDF et commerçants

Sur l’espace privé en revanche, la Ville n’a que peu de prise. C’est là que la plupart des dispositifs répulsifs fleurissent. Grand hit des commerçants, la barrière anti-assise, qui empêche de s’asseoir devant les devantures. Certains passants ne la remarquent pas et défient un interdit dont ils n’ont même pas conscience. Comme cette touriste fatiguée par ses déambulations autour de la Cathédrale, qui s’accorde une pause devant la vitrine d’une bijouterie place de la Grande-Boucherie. Elle n’a pas remarqué les arceaux sur le devant de la vitrine, supposés la faire fuir.

Dans la Grand’Rue, les frictions entre commerçants et personnes à la rue sont régulières. Quand ce n’est pas l’installation qui dissuade les SDF, c’est la police qui s’en charge, raconte un habitué de Grand’Rue qui y fait parfois la manche.

Un exemple de barrière anti-assise sur une devanture de Grand’Rue. (Photo Pierre Pauma)

Au cœur des tensions, le carrefour entre Grand’Rue et la rue du Fossé-des-Tanneurs, le spot des métalleux, qui occupent l’endroit à grand renfort de stéréo et de 8.6. Un happy hour spontané hors terrasse auquel participent parfois les passants, mais que les commerçants goûtent peu. En première ligne, l’Hôtel Europe dont Rue89 Strasbourg avait déjà parlé, alors qu’une pancarte anti « Manu le Rockeur » avait été installée sur sa façade. La pancarte a depuis disparue, mais les plaintes persistent. Ni le parking à vélo sous le balcon, ni le gros pot de fleur devant le terre-plein, n’ont eu raison de l’attroupement. Au grand dam de sa directrice, Marie-Hélène Engel :

« Je peux comprendre qu’ils sont dans une situation difficile. Mais c’est l’image de l’hôtel qui est pénalisée. On a régulièrement des clients qui se plaignent du bruit à cause des gens qui boivent dehors. Une fois j’ai même eu un couple qui n’est resté qu’une seule nuit au lieu des trois prévues. Leur chien s’est fait mordre par celui d’un SDF. »

À défaut de pouvoir compter sur les arceaux à vélos ou sur la police, la directrice de l’hôtel s’en remet au travail des associations.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Garder les SDF en ville… pour ne pas les perdre de vue

Et pourtant, c’est bien à force de connaître les points de rassemblement réguliers que les associations qui aident les sans-abris parviennent à faire leur travail. Valérie Suzan préside l’association Strasbourg Action Solidarité (SAS) qui fait régulièrement des maraudes. Chaque fois que des mesures sont prises pour éloigner les SDF, c’est un point de contact qui se perd :

« Cette chasse complique le travail des maraudes. Il y a des gens qu’on suit et un beau jour on ne sait plus où les retrouver. Il nous faut des vraies solutions d’hébergement, pas uniquement des foyers d’accueil qui sont uniquement des solutions d’urgence. »

Cette tension n’étonne plus Franck Guêné. Professeur d’architecture à l’Insa de Strasbourg et habitant du quartier de la Grand’Rue, il ne connaît que trop bien les conséquences de la « politique de la carte postale aseptisée ». Pour lui, l’urbanisme ne cible pas spécifiquement les sans-abris, mais il ne les prend tout simplement pas en compte :

« C’est un phénomène classique. Les SDF s’installent en ville là où ils sont légitimes, là où leur présence ne sera pas contestée. Donc là où ils sont invisibles. Mais dès que l’espace qu’ils occupent est assigné à d’autres usages, comme le tourisme, le commerce ou les loisirs, ils deviennent gênants. C’est là qu’ils sont contraints de partir. »

Aux abords des quartiers plus résidentiels, les installations répulsives fleurissent également. Grande spécialité aux abords des immeubles : les galets incrustés dans du béton. Mention spéciale à cette résidence près du nouvel hôpital universitaire, qui ressemble plus à un hérisson qu’autre chose. En plus des cailloux et de la végétation, des poteaux en béton ont été installés pour combler les espaces laissés vacants par les buissons. Aux abords d’un bâtiment pour l’instant en travaux du quartier Esplanade, on trouve ces pierres reliées à des câbles en acier, pour empêcher quiconque de s’allonger. Pas un seul mètre carré n’est utilisable.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Inhumain et inefficace ?

Au début de l’été 2018, ES Énergies a fermé le passage abrité au pied de son siège près du boulevard Wilson. Celui-ci était régulièrement occupé par des personnes sans-abris originaires d’Europe centrale et de l’Est. Une décision qui a choqué certains riverains. Deux habitantes se sont arrêtées en cette matinée de septembre, pour s’enquérir de l’état de santé d’un des SDF qui se plaint de maux de ventres. Elles ont appelé les pompiers :

« On avait l’habitude d’utiliser ce passage, même avec les enfants. Ils ne dérangeaient pas, on discutait même parfois avec eux. »

ES Énergies peut souffler derrière son portail et son passage vitrifié. Mais les SDF sont toujours là. Ils ont simplement posé leurs affaires de l’autre côté de la chaussée, derrière le centre commercial des Halles. Ils sont une demi-douzaine, Polonais pour la plupart. La conversation est laborieuse. Dans un mélange de français, d’anglais et d’allemand, Maliga fait comprendre qu’il est à bout :

« On ne fait rien de mal nous ici, on ne fait que dormir. Moi j’ai été militaire, j’ai combattu en Yougoslavie, j’ai des papiers, on nous envoie la police, et puis ça maintenant (il montre le portail installé par ES Énergies). »

Certains d’entre eux ont pu bénéficier d’un suivi. Comme Janusz, qui a été pris en charge par la Fondation Saint-Vincent de Paul. Il nous fait comprendre qu’en plus d’aide pour ses problèmes d’alcool, il y a gagné un surnom : Jean-Valjean. « Ce sont des gens biens », martèle-t-il en montrant son coeur.

Janusz (à gauche) et Maliga. La grille et la vitrine derrière eux ont été installés récemment par ES Énergies. (Photo Pierre Pauma)

Parfois, les personnes visées par les installations finissent par s’en accommoder. Sur sa devanture, le Norma du quartier gare avait fait installer des rails en fer sur sa devanture, afin d’inviter certains clients du magasin à écluser leurs bière ailleurs. Las, nous raconte une personne qui y travaille :

« On a régulièrement des gens qui continuent de s’installer et qui boivent.  Ils s’assoient sur les rails, ils s’en foutent, et nous on fait avec. On a autre chose à faire que de les dégager toutes les cinq minutes. »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rénovations, bâtiment neufs : la suppression des espaces vides

Sur la place Kléber, le grignotage de l’espace public est clair, aussi bien par la Ville que par les promoteurs. L’installation de bancs végétalisés a certes créé de nouvelles places assises mais la Ville a choisi en 2016 de protéger le caveau du Général Kléber, en l’entourant d’une lice pour empêcher l’occupation du socle de la statue. En 2017, la terrasse de l’ancienne Brasserie Schutzenberger est condamnée par des panneaux qui servent de support à un résumé de l’histoire de Strasbourg, à l’usage des touristes, toujours pour éviter que des personnes ne s’y abritent.

Prochainement, la rénovation de la Maison Rouge devrait voir disparaître son parvis au profit d’un avancement des vitrines. Le lieu est régulièrement occupé par des personnes sans-abri. Décriée par certains comme un empiétement sur l’espace public, l’agence d’architectes en charge de la rénovation avait déploré pour sa part un parvis « triste et mal fréquenté ». C’est une manière encore plus discrète que les grilles ou les galets d’exclure certaines populations des centres villes : supprimer tout abri potentiel à l’occasion de la conception ou de la rénovation du bâtiment.

La nouvelle aile de l’ENA ainsi que la Tour Elithis, pour citer deux ouvrages récents, offrent bien peu d’espaces abrités par exemple. Difficile cependant de prouver qu’il s’agit toujours d’une stratégie « anti-SDF ». Franck Guêné reconnaît une tendance à la privatisation de ces abris potentiels :

« On n’a pas vraiment une architecture anti-SDF, mais plutôt normative, c’est-à-dire qu’elle répond à des objectifs précis. La priorité dans la construction des quartiers, c’est la sécurité. Cela concerne aussi bien le dégagement des voies d’accès pour les pompiers, que la sécurité juridique dans le découpage des parcelles en lignes droites pour clarifier les délimitations. La règle c’est : chacun sur sa parcelle. Dans les nouveaux quartiers comme vers les Deux-Rives finalement, on a moins d’espaces blancs comme les courettes ou les ruelles que l’on peut trouver dans le vieux Strasbourg. Les rares espaces qui ne sont pas occupés sont cloisonnés. On installe des clôtures, des barrières, des digicodes… »

Les zonards de la Maison Rouge pourront toujours trouver abri à quelques pas de là, vers la rue du Vieux-Marché-aux-Grains ou bien sous les Grandes-Arcades… Jusqu’à la prochaine plainte des commerçants ou des riverains.

L'AUTEUR
Pierre Pauma

En BREF

David, artiste de rue, témoin de l’attaque

par Pierre Pauma. 2 602 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après l’attaque de mardi, le Marché de Noël reste fermé un jour de plus

par Pierre France et Jean-François. 10 015 visites. 24 commentaires.

Coups de feu dans le centre-ville de Strasbourg, trois morts et treize blessés

par Guillaume Krempp, Pierre Pauma, Jean-François Gérard et Pierre France. 9 174 visites. 6 commentaires.