Brèves 

Un chauffeur de UberPop agressé à Strasbourg, sa voiture dégradée

Un taxi a mis lui-même la vidéo de l'agression en ligne (YouTube)

Un taxi a mis lui-même la vidéo de l’agression en ligne (YouTube)

Un chauffeur du service UberPop a été violemment agressé mardi par des artisans taxis, qui lui avaient visiblement tendu un piège au Port du Rhin à Strasbourg. Sa voiture a été aspergée de farine et une vidéo du guet-apens a été mise en ligne par l’un des participants.

Mardi 16 juin dans l’après-midi au Port du Rhin, une dizaine de taxis se sont donnés le mot pour prendre rendez-vous avec un chauffeur proposant ses services de transport aux particuliers via le service UberPop, proposé par Uber. Une fois le chauffeur arrêté, les taxis l’ont extrait de sa voiture et l’ont aspergé de farine ainsi que son véhicule, dont les pneus ont été dégonflés.

Voir la vidéo de l’agression

Le service UberPop est disponible depuis lundi 9 juin à Strasbourg et il a été immédiatement dénoncé par les taxis, qui lui reprochent l’exercice d’une concurrence illégale. Ils n’en sont d’ailleurs pas à leur premier coup d’éclat, puisque la semaine dernière, une délégation de taxis a fait avorter une réunion organisée par Uber à l’intention de leurs chauffeurs dans un hôtel de Strasbourg.

Opérations assumées par le syndicat des taxis

Un arrêté préfectoral d’interdiction a été pris dès le mardi mais Uber conteste ces interdictions et plaide la légalité de son service au niveau européen. L’objectif des taxis est de décourager d’autres chauffeurs de se lancer dans cette activité, qui permet de gagner quelques centaines d’euros par mois. Ces actions sont assumées par le syndicat des artisans taxis du Bas-Rhin, qui revendiquent d’ailleurs d’autres agressions contre les chauffeurs.

Mohammed Boulasri, de Taxis Strass 67, n’a pas participé à l’opération mais la défend :

« Ils ont dégonflé les pneus et ils l’ont enfariné. Ils ne l’ont pas frappé. Je condamne ce qu’ils ont fait mais je suis du côté de mes collègues. Ce jeune homme savait ce qu’il faisait en prenant sa voiture. Il faut se mettre à notre place. Vous imaginez si un jour n’importe qui peut être avocat sans diplôme ou vendre des cigarettes sans licence ? L’État protège les avocats et les bureaux de tabac. Mais nous, comme M. Uber a décidé de monopoliser le transport mondial et de se faire des millions sans rien payer, on risque de perdre notre travail. Et ce n’est pas une bonne nouvelle pour les usagers non plus. Un taxi Uber, on ne sait pas qui c’est. »

Le chauffeur a porté plainte pour violences, soutenu en cela par la société américaine. Thomas Meister, directeur de la communication d’Uber pour l’Europe, indique :

« Il n’y a pas de travail dissimulé chez nous, tous les paiements sont électroniques. Le service n’est pas illégal, il n’y a pas eu de décision de justice. Ce n’est pas aux taxis de faire la loi. Comme à chaque fois, nous apportons tout notre soutien à notre chauffeur. »

À Lille, un chauffeur de taxi qui accusait UberPop de concurrence déloyale a été débouté la semaine dernière.

Tags
L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.
En BREF

« Fort soupçon » de corruption par l’Azerbaïdjan au Conseil de l’Europe

par Pierre France. 363 visites. 2 commentaires.

Cinq « étudiants en lutte » envoyés à la coordination à Paris

par Thibault Vetter. 916 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’amphi de Maths-Info brièvement occupé, puis quitté dès l’arrivée de CRS

par Émilie Sizarols, Thibaut Vetter et Jean-François Gérard. 3 371 visites. 3 commentaires.