Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Les concerts de YN, Glauque et Benjamin Epps au Pelpass Festival
L'actu 

Les concerts de YN, Glauque et Benjamin Epps au Pelpass Festival

par Rue89 Strasbourg.
Publié le 3 septembre 2021.
Imprimé le 23 octobre 2021 à 05:43
374 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Vendredi au Pelpass Festival, c’est hip-hop en direct sur Rue89 Strasbourg grâce à Arte Concerts. Au programme, la musique puissante du duo YN, le mélange de rap et musique électronique de Glauque et le hip-hop d’inspiration newyorkaise de Benjamin Epps.

À 20h : YN

Ils sont YN : Y pour Yann, N pour N Zaki, mais aussi YN comme le yotta newton, plus haute unité de mesure de la force. N’y voyez pas une forme de mégalomanie mais plutôt une envie du duo de faire une musique qui ait un fort impact sur les auditeurs. Le groupe écrit des textes engagés et parfois sombres, qui se posent sur des instrumentations flirtant souvent avec la musique électronique en donnant évidemment une part belle aux percussions. Le résultat est volontairement très organique et d’une efficacité redoutable qui donne envie de se joindre à la hargne et au combat des deux musiciens. 

Après un premier EP « Chants de force » sorti en 2019 et une tournée avortée en 2020, YN est de retour sur scène au Pelpass pour une démonstration de puissance dont ils ont le secret.  

21h30 : Glauque

Originaires de Namur, en Belgique, les cinq garçons qui composent Glauque veulent s’affranchir des codes. Ensemble par amitié plutôt que pour leurs affinités musicales, les membres optent pour un processus créatif dans lequel tout le monde est constamment impliqué, ce qui explique les multiples influences qui fleurissent dans leurs morceaux. A la tête de leur propre label, Ecluse, le groupe joue donc la carte de l’artisanat et est très attaché à sa liberté créative.

Glauque s’est fait connaître avec ses premiers titres « Robot » et « Plane », qui figuraient sur le premier EP éponyme avant d’être à nouveau bricolés sur le projet « Réécriture », qui est sorti durant l’été 2020. En plus de la musique, le groupe a à cœur de se démarquer visuellement, en proposant une esthétique différente et radicale aussi bien dans ses clips que sur scène. L’expérience est donc totale sur la scène du festival Pelpass. 

23h : Benjamin Epps

A contre-courant de la scène mainstream actuelle, Benjamin Epps fait revivre le style newyorkais avec un rap épuré aux instrumentations piochant volontiers dans le jazz et la soul. 

Originaire du Gabon, Benjamin commence à rapper alors qu’il n’a que dix ans. Il se nourrit à la fois des clashs avec ses camarades d’école et du rap « oldschool » qu’écoute ses frères pour bâtir son style. Naviguant entre egotrip et morceaux personnels plus mélancoliques, le jeune MC a su, au fil des années, se frayer un chemin à coups de punchlines assassines et d’allitérations fournies. Il sait aussi cultiver ses différences, en assumant totalement ses influences « old school » et une voix plus aigu que celles de la plupart des rappeurs. 

En 2020, il sort son premier EP « Le Futur » et le clip de « Kennedy en 2005 », encensés par la critique et ses pairs. Quelques mois plus tard seulement sort le projet « Fantôme avec chauffeur », sur lequel il collabore avec le producteur Le chroniqueur sale. Avec les titres « Notorious », « Goom » ou encore « Dieu bénisse les enfants », il y démontre tout l’étendue de ses talents. 

Sur la scène du festival Pelpass, il prouve encore une fois qu’il n’est pas « un phénomène de mode » mais bien « un phénomène ».

L'AUTEUR
Rue89 Strasbourg
Rue89 Strasbourg
Site d'informations strasbourgeois fondé en 2012. Média indépendant d'enquêtes, nous avons besoin de soutien via les abonnements pour nous développer.

En BREF

Reprise de l’usine Aptis : l’offre de Punch rejetée par Alstom

par Maud de Carpentier. 491 visites. 2 commentaires.

Stocamine : la justice annule le stockage illimité des déchets toxiques

par Jean-François Gérard. 1 080 visites. 3 commentaires.

Manifestation des salariés d’Alstom-Aptis : « Il vaut mieux un bon plan social qu’une mauvaise reprise »

par Maël Baudé. 579 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×