Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Au Conseil des XV, la municipalité retire des locaux historiques au centre Rotterdam
Environnement 

Au Conseil des XV, la municipalité retire des locaux historiques au centre Rotterdam

par Pierre France.
Publié le 5 janvier 2023.
Imprimé le 08 février 2023 à 08:54
2 958 visites. 11 commentaires.

Le centre culturel et social Rotterdam a perdu l’usage de locaux municipaux, utilisés pour une série d’ateliers et de rencontres. La direction dénonce une volonté de nuire de la part de la municipalité, laquelle se retranche derrière une décision collégiale des collectivités financeuses.

Les jeux, les cours d’informatique et les ateliers d’écriture ou de cuisine proposés par le centre culturel et social Rotterdam (CCSR) au 24 rue de l’Yser dans le quartier du Conseil des XV vont devoir trouver d’autres locaux. La Ville de Strasbourg cesse de mettre à disposition du CCSR ces trois appartements de 56 m².

Pour le CCSR, cette décision est une attaque de la municipalité contre cette structure associative qui assure en outre le service périscolaire de l’école élémentaire du Conseil des XV. La majorité de ses activités destinées aux jeunes et aux personnes âgées se déroulent dans ces locaux, répartis en trois espaces : le Carambole, la ludothèque et la salle informatique.

Un agrément perdu et tout s’effondre

Pour la Ville, ces locaux doivent être réattribués à d’autres associations de quartier puisque le CCSR n’a plus d’agrément « Espace de vie sociale ». Le CCSR disposait de cet agrément attribué par la Caisse d’allocations familiales (CAF) depuis 2015 mais en juillet 2022, la CAF a notifié le CCSR qu’il ne serait pas reconduit au delà du 31 décembre 2022. Raison invoquée par la CAF : « la nature des actions menées et du partenariat local ne correspondent pas aux attendus. »

Sous-directeur à la CAF du Bas-Rhin, Frédéric Égelé refuse d’être plus précis :

« Les éléments ont été transmis à l’association, il y a eu des bilans d’étapes, avec des demandes, qui n’ont pas été suivies. La commission d’animation de la vie sociale a pris cette décision après que lui ont été transmis les échanges au sein du comité inter-financeurs, qui concluaient que les conditions d’attribution n’étaient pas réunies. »

Lors d’une soirée jeux en novembre (Photo CCSR / document remis)

Directeur du centre culturel et social Rotterdam, Valentin Berger s’étrangle :

« Je ne sais pas ce qu’on nous reproche. Nous utilisons ces locaux depuis les années 2000, ils sont occupés en permanence et partagés par plusieurs associations qui travaillent dans le quartier. Ils sont animés par des bénévoles et remplissent pleinement leur mission… »

Un dialogue houleux avec la Ville

De son côté, Guillaume Libsig, adjoint à la maire de Strasbourg en charge de la vie associative, relate :

« Suite à la perte de leur agrément, on a rencontré l’équipe du centre Rotterdam en septembre. L’objectif était d’acter leur retrait des locaux rue de l’Yser et de caler la poursuite de l’accueil périscolaire dans l’école du Conseil des XV, qui donne satisfaction. La réunion a été assez houleuse et on n’a pas pu s’accorder sur un compte-rendu. »

Le 6 décembre, la Ville de Strasbourg notifie par écrit la fin de la mise à disposition des locaux rue de l’Yser… au 31 décembre. Un peu rude pour des locaux occupés par le CCSR depuis 2002 ! Le délai a été repoussé au 31 janvier. Guillaume Libsig assure que la Ville peut attendre que le CCSR soit prêt pour déménager, mais il faudra partir :

« J’ai huit associations qui ont besoin de locaux dans le quartier des XV. Ma boussole, c’est l’intérêt général. On ne peut pas laisser des moyens publics à une association qui ne remplit pas les critères de service à la population et refuser à d’autres associations ces mêmes moyens alors qu’elles fournissent les efforts demandés. »

Ville et CCSR ne sont pas d’accord sur les taux d’occupation des locaux (document remis)

Dans le quartier, c’est souvent l’incompréhension, d’autant que le CCSR mobilise ses adhérents à grands coups d’appels à l’aide en évoquant la lettre de la municipalité de décembre, et pas celle de la CAF de juillet. La maire Jeanne Barseghian (EE-LV) est attendue de pied ferme à la collecte des sapins que le CCSR organise samedi 7 janvier.

Méthode brutale

Nicolas Matt, conseiller départemental du canton (LREM) et conseiller municipal d’opposition, fustige la « méthode » :

« Quels que soient les reproches adressés au CCSR, on ne peut pas leur demander d’abandonner leurs locaux en quinze jours, c’est d’une brutalité inacceptable. Le CCSR œuvre dans le quartier depuis 1962. S’il y a un problème, on en discute mais on n’empêche pas une association d’aider les habitants ! D’où vient cette volonté de détruire ? Si j’avais été présent au comité inter-financeurs de la CAF, jamais je n’aurais voté la fin de cet agrément et on n’en serait pas arrivés là. »

Oui mais voilà, ce jour-là Nicolas Matt était malade, et l’élu de la Collectivité d’Alsace présent, Jean-Louis Hoerlé, a bien voté avec ceux de la Ville de Strasbourg pour la fin de l’agrément. Nicolas Matt indique que le maire de Bischheim a « fait confiance » au dossier instruit par la CAF, qui fait état d’une faible participation aux ateliers du CCSR, mais surtout d’un refus de collaborer avec d’autres associations de quartier.

« Il est possible qu’on n’ait pas pu aller à une réunion ou deux, admet Valentin Berger, mais nous répondons aux besoins des associations qui nous contactent et le taux d’occupation des locaux est tout à fait satisfaisant. »

Un centre social en difficulté

Les difficultés du CCSR ne datent pas d’hier. En 2019, un diagnostic établi par un cabinet extérieur relève que l’association n’a pas de « réel projet à l’égard des jeunes », un manque qui avait été relevé en 2018 lors d’une visite du maire et qui ne semble pas comblé à ce jour. Yaël, qui connait bien le CCSR, résume :

« C’est une structure active et qui répond présente la plupart du temps, mais il y a des secteurs où elle n’arrive pas à proposer une offre suffisante, notamment en direction des jeunes. Mais on aurait pu garder ce qui fonctionne, comme la ludothèque par exemple… Que va devenir ce fonds exceptionnel et très bien entretenu ? On risque de devoir repartir de zéro pour plein d’activités… »

Les locaux rue de l’Yser n’étant pas liés à des postes de travail du CCSR, il ne devrait pas y avoir de conséquences sur l’équipe dirigée par Valentin Berger. Mais ce dernier pointe que les subventions municipales de fonctionnement au CCSR sont en baisse et que cette décision de retrait des locaux pourrait justifier une nouvelle baisse du montant de la subvention…

L'AUTEUR
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Troisième journée de grèves et de manifestation mardi contre la réforme des retraites

par Thibault Vetter. 8 537 visites. 6 commentaires.

La Foire Saint Jean 2024 aura lieu à Hautepierre

par Thibault Vetter. 3 230 visites. 1 commentaire.

Après un accident mortel, une marche organisée vendredi pour des routes moins dangereuses à Cronenbourg

par Pierre France. 1 146 visites. 6 commentaires.
×