Au conseil de l’Eurométropole, un rapport de force à préciser
L'actu 

Au conseil de l’Eurométropole, un rapport de force à préciser

Flux vidéo fourni par l'Eurométropole de Strasbourg

La nouvelle majorité de Pia Imbs va voter ses premières mesures, notamment sur les transports en commun. Avant cela, la question des rémunération devrait animer le début de séance. À suivre en direct à partir de 9h.

La fin de l’été marque le premier « vrai » conseil eurométropolitain par Pia Imbs, la maire de Holtzheim et nouvelle présidente sans étiquette. Les premiers débats devraient tourner autour des indemnités des élus. Surtout qu’au-delà des rémunérations légèrement revue à la baisse pour la présidente (5 260€/mois), et celle des 20 vice-présidents et vice-présidentes (2 605€/mois, environ 200€ de peu plus que les adjoints strasbourgeois), il sera entre autres question des nominations dans les sociétés de la collectivité (CTS, R-GDS, Strasbourg-Événéments, etc.).

Comme certaines présidences sont rémunérées, c’est un moyen pour compléter et élargir sa majorité. Fidèle à son principe de répartition maximale des responsabilités entre élus, la majorité écologiste souhaite que ces présidences soient au maximum confiées à des élus qui ne sont ni adjoint, ni vice-président, ce qui était pas le cas au mandat précédent.

La fin de la commission permanente

La nouvelle majorité va mettre fin à la commission permanente où depuis 2014 étaient votées des centaines de délibérations à huis clos, sans caméra, sans public et sans journalistes. Cela devrait rallonger les débats en conseil si l’opposition estime que ces points supplémentaires à l’ordre du jour méritent d’être retenus et débattus.

Les rémunérations sont votées dans les conseils d’administration de ces sociétés d’économie mixte, mais la ville réglemente le plafond maximal. La majorité n’a pas rompu avec cette pratique bien commode. La limite a cependant été abaissée à 1 500 euros nets par mois, contre 2 477€ lors du mandat précédent. L’opposition a demandé « la transparence » sur ces sujets et la disponibilité que nécessitent ces mandats. L’argent est un sujet toujours sensible en politique.

De plus, la majorité va avoir des conseillers eurométropolitains « délégués ». Contrairement au mandat précédent, ils percevront une majoration de 500€ à l’indemnité de base de 1089€ de chaque élu. Parmi eux, on retrouve des piliers de la majorité strasbourgeoise Alexandre Feltz (Sport-Santé), Joël Steffen (tourisme et artisanat), Marc Hoffsess (transition énergétique) et Aurélie Kosman (géomatique et domaines), aux côtés d’élus d’autres communes.

Quel rapport de force ?

Les groupes politiques devraient être constitués lors de cette séance, ce qui permettra d’avoir un panorama de la majorité et de l’opposition. Pia Imbs a été élue par 59 voix, mais certains maires pourraient être tentés de se rapprocher de l’exécutif. La 2è vice-présidente Danielle Dambach, maire de Schiltigheim, a par exemple été élue avec 70 voix, le meilleur score. Autre intrigue, comment s’organiseront les Socialistes après leur vote divisé en juillet ?

Lors de la séance initiale, c’est notamment le maire de Wolfisheim, Éric Amiet (LR), qui a porté la contradiction. D’autres élus, comme ceux de la droite strasbourgeoise, pourraient aussi se positionner.

Le périmètre de la majorité sera entièrement bouclé à l’issue de la séance. (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Un peu d’économie et de transports en commun

Deux délibérations (point 27 et 28) sur des dispositifs économiques doivent aussi être votés. Comme il s’agit de l’un des domaines de prédilection de la droite, elle pourrait les retenir. Il s’agit de programmes dans la « Santé de demain », un autre pour aider les petites entreprises à développer leur activité en ligne (dispositif Beecome) et d’un fonds de soutien aux communes et associations. Ils ont été amorcés pendant la crise sanitaire, par l’équipe précédente.

Avant cela (point 16 et 17), l’assemblée des 33 communes votera également la gratuité des transports en commun pendant 6 samedis de la rentrée (du 29 août au 3 octobre), présenté comme un geste de « relance des commerces strasbourgeois, mais aussi de l’ensemble du territoire métropolitain » dixit Pia Imbs. La gratuité lors des jours « d’alerte » et non « d’information » à la pollution sera également soumise aux 99 élus et élues.

À suivre en direct-vidéo à partir de 9h.

Aller plus loin

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

À Niederhausbergen, Jean-Luc Herzog porte les élections jusqu’au Conseil d’État

par Pierre France. 1 264 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Des peines de prison confirmées en appel pour des militants anti-GCO

par Félix Paulet. 1 622 visites. 1 commentaire.

Harcèlement de rue : une marche « Ensemble en jupe » samedi 24 octobre

par Félix Paulet. 1 954 visites. 2 commentaires.