Longtemps délaissés, les quartiers ouest deviennent parc naturel urbain
Politique 

Longtemps délaissés, les quartiers ouest deviennent parc naturel urbain

actualisé le 27/05/2013 à 15h30

Pour accéder aux quartiers ouest de Strasbourg, un dédale de pistes cyclables et cheminements piétons, voies ferrées, autoroutes (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Pour accéder aux quartiers ouest de Strasbourg, un dédale de pistes cyclables et cheminements piétons compliqués, voies ferrées, autoroutes… (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

[En direct à partir de 15h] Quartiers « délaissés », « tronçonnés », « pillés ». Kœnigshoffen, la Montagne Verte et l’Elsau souffrent d’isolement, voire d’ostracisme. Populaires, exempts de toute cohérence d’aménagement, baignant dans une nature très présente à défaut d’être mise en valeur, ces quartiers ouest feront l’objet d’une attention particulière ce lundi en conseil municipal. Les élus de Strasbourg voteront la création d’un parc naturel urbain (PNU), nouvel outil pour « rattraper le retard ». Avec un prisme, celui de l’écologie et du lien social.

Ligne de tram B, arrêt Montagne Verte. Des échangeurs, de larges rues à la circulation dense et continue. Ici, le piéton est relégué aux bordures, pas vraiment le bienvenu. Dans ces conditions, impossible pour lui, à moins d’être très attentif et curieux, de découvrir une entrée, celle du parc Eugène-Imbs. Et pourtant, comme en de nombreux endroits de Kœnigshoffen, de l’Elsau ou de la Montagne Verte, un espace de nature, certes domestiquée, est là, accessible au public et pourtant méconnu.

Le parc Eugène-Imbs, dont l'entrée se situe au début de la route de Schirmeck (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Le parc Eugène-Imbs, dont l’entrée se situe au début de la route de Schirmeck (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Ces interstices entre deux voies rapides ou ferrées, ces parcs, ces berges cyclables de la Bruche et de l’Ill, ces dents creuses abandonnées entre deux maisons parfois insalubres, c’est ce qu’ont souhaité mettre en valeur le député Armand Jung d’abord, le responsable associatif Denis Matter ensuite, la municipalité socialiste de Strasbourg enfin.

Outil d’aménagement nouveau et fruit de 5 ans de discussions, le parc naturel urbain (PNU) dont la création est entérinée aujourd’hui en conseil municipal [à suivre sur notre site à partir de 15h], ne sera pas une réglementation de plus, assurent les autorités, mais un contrat volontaire signé entre acteurs du quartiers. Il se déclinera sur le modèle des parcs naturels régionaux. Il existe déjà plusieurs PNU en France, dont celui de Rueil-Malmaison.

La délibération autorisant le maire à signer la charte du parc naturel urbain

6,14 millions d’euros pour 16 projets

Denis Matter, président de l’association pour le Parc naturel urbain (PNU), également connu pour son engagement dans l’association Zona (Zone non aedificandi) et pour son soutien à la ceinture verte de Strasbourg, plaide :

« Depuis 20 ans, plus personne n’avait rien fait pour ces trois quartiers ! Ici, il y a de grands espaces verts et libres, pas comme à Neudorf par exemple, où tout l’ancien glacis militaire a été urbanisé. A Kœnigshoffen, à la Montagne Verte ou à l’Elsau, il s’agit souvent de zones inondables, donc inconstructibles.

On a aussi là une richesse patrimoniale importante, mais qui a été pillée, spoliée ! Kœnigshoffen était le premier quartier civil de Strasbourg (cf. la route des « Romains »), mais toutes les trouvailles archéologiques ont été accaparées par les musées du centre-ville. Nos quartiers ont été tronçonnés par des autoroutes, des voies ferrées, délaissés par l’urbanisme. Ce qu’on espère avec le PNU, c’est que ces quartiers soient valorisés, que les touristes y viennent, que les restaurants se remplissent… »

En même temps qu’elles signeront la charte du parc, peut-être avant l’été à l’occasion d’une grande fête des quartiers, Strasbourg et la communauté urbaine s’engagent sur 6,14 millions d’euros de budget sur 3 ans, pour financer 16 projets. Parmi eux, la création d’une maison du PNU à la tour du Schloessel, le réaménagement du parking d’Emmaüs ou de l’entrée de la rue des Foulons, la création de jardins partagés à Saint-Gall à la place d’un champs de maïs de 2 hectares, l’amélioration des passages entre les quartiers, ou l’aménagement de sentiers de promenade avec une signalétique.

Plan du parc naturel urbain de Strasbourg (Document CUS)

Le plan du parc naturel urbain de Strasbourg, dont le logo a été validé par le comité de pilotage PNU, auquel participe quelques dizaines d’habitants depuis 2010 (Document CUS)

« Le contrat, pas la contrainte » : méthode Coué ?

Mais attention, précisent Denis Matter comme la mairie de Strasbourg, le PNU ne sera pas « opposable ». En tout cas, pas tant que ses fondements – des OAP pour « orientations d’aménagement et de programmation » – ne seront pas inscrits noir sur blanc dans le plan local d’urbanisme (PLU) de la communauté urbaine de Strasbourg (CUS), voté fin 2013. C’est à dire qu’aucun recours ne pourra être déposé en justice par une association ou un particulier si un projet immobilier par exemple ne cadre pas avec les préconisations de la charte du PNU. L’adjointe au maire Françoise Buffet affirme néanmoins :

« Je vois mal un promoteur passer en force sur ce secteur. Au contraire, j’imagine que les acteurs du quartier vont rivaliser les uns avec les autres pour inscrire le mieux possibles leurs projets dans le cadre du PNU ! Je crois beaucoup aux valeurs du contrat, et pas à la contrainte. On ira crescendo dans le vertueux, c’est une construction plus durable que l’aspect réglementaire. »

Méthode Coué ? « Co-construction » de projets, veulent croire les divers acteurs. Toute personne qui le souhaitera, habitant, entreprise, collectivité, pourra signer cette charte [à lire plus haut, dans le déroulé de la délibération] qui promouvra le respect de la biodiversité – les petits oiseaux, les insectes, les plantes… – l’aspect social et patrimonial du quartier, clés de son dynamisme retrouvé, peut-être.

Cumul des mandats et Maillon-Wacken

Les autres sujets phares du conseil municipal de ce lundi : les travaux dans les établissements scolaires de Cronenbourg et Kœnigshoffen, les espaces publics autour de la presqu’île Malraux, véritable serpent de mer, le cumul des mandats du maire de Strasbourg dont il s’est (mal) expliqué récemment, ou la construction du nouveau théâtre du Maillon-Wacken.

Le conseil municipal est à suivre en vidéo et sur Twitter avec le mot-dièse #CMstras sur notre compte @Rue89stg_live ou ci-dessous :


 

Le conseil municipal en direct à partir de 15h


Flux vidéo fourni par la ville de Strasbourg

L’ordre du jour du conseil municipal du 27 mai 2013

L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.

En BREF

Entre 1 500 et 2 000 Gilets jaunes à Strasbourg pour « l’acte IX »

par Pierre France. 3 242 visites. 10 commentaires.

Schiltigheim appelle ses habitants à corriger « trois erreurs historiques » pour ses transports

par Jean-François Gérard. 3 755 visites. 6 commentaires.

117 migrants mis à l’abri dans un gymnase pour l’hiver

par Pierre Petitcolin. 1 958 visites. 2 commentaires.