Contre une réforme du bac jugée inégalitaire, des profs du lycée Fustel en grève
L'actu 

Contre une réforme du bac jugée inégalitaire, des profs du lycée Fustel en grève

Lundi 27 janvier, une vingtaine de professeurs ont brandi des pancartes devant le lycée Fustel de Coulange pour protester contre la réforme du Baccalauréat. Les élèves de première passent les épreuves d’E3C le même jour.

À 7h45, un camion de livraison traverse la place du Château de Strasbourg et s’arrête tout près du lycée Fustel de Coulange avant de faire demi-tour.

« Regardez ils sont en train de livrer des surveillants » plaisantent une vingtaine de professeurs en grève contre la réforme du baccalauréat, devant l’entrée du lycée. Pour montrer leur désaccord, ces enseignants ont déployé une banderole « Lycée Fustel en lutte » ce lundi, jour des épreuves E3C (Histoire Géographie, LV1 et LV2) du baccalauréat. Ces professeurs refusent d’assurer la surveillance de ces épreuves pour les élèves de première.

Des professeurs brandissant la pancarte « Lycée Fustel en lutte » (Photo : BB/Rue89 Strasbourg)

Les épreuves d’E3C découlent de la nouvelle réforme du baccalauréat et comptent pour 30% de la note finale. Ce lundi matin, les élèves de première du Lycée Fustel de Coulange doivent passer les épreuves d’Histoire-géographie et de langues (LV1 et LV2). Selon les enseignants-grévistes, entre 50 et 70% des professeurs ont décidé de ne pas participer à la surveillance des examens.

« Un baccalauréat local et inégalitaire »

Le nouveau baccalauréat est jugé « inégalitaire » par ces enseignants, comme l’explique Carmen, professeure d’Histoire-Géographie :

« Ce sont les mêmes profs qui corrigent les élèves d’un même lycée. Or certains lycées seront plus exigeants que d’autres qui se trouve en milieu défavorisé par exemple. Donc le bac n’aura plus la même valeur partout. »

Marjorie, professeure de Sciences économiques et sociales, rajoute que les sujets distribués aux élèves ne sont plus nationaux. Chaque établissement doit choisir ses sujets dans une « banque nationale de sujets ». Une fois choisi, ce sujet disparaît de la banque nationale. Aucun lycée ne peut donc proposer les mêmes sujets.

Une réforme « low cost »

Elsa, professeure d’anglais parle « d’une réforme budgétaire plus que pédagogique. » Les professeurs qui disposaient avant d’un temps supplémentaire pour corriger les copies du Bac doivent désormais les corriger parallèlement à leur activité d’enseignants. Carmen ajoute que la rémunération des copies corrigées a également baissé. « Avant nous étions payés 5€ la copie, maintenant c’est 1,49€. »

L'AUTEUR
Buket Bagci
Buket Bagci
Apprentie journaliste en stage chez Rue89 Strasbourg de janvier à février 2020.

En BREF

Plus de 3 000 personnes contre la loi de Sécurité globale à Strasbourg

par Pierre France. 3 201 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Fabienne Baas : « On rêve de retirer l’Unité de Valorisation énergétique, mais on en a besoin »

par Guillaume Krempp. 830 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Vigivélo, lancement du dispositif pour retrouver les vélos volés à Strasbourg

par Pierre France. 2 555 visites. 14 commentaires.