Coop Alsace mise en liquidation judiciaire lundi
Economie 

Coop Alsace mise en liquidation judiciaire lundi

actualisé le 26/03/2015 à 12h03

Camion de livraison de la Coop, la nouvelle stratégie n'aura pas eu le temps de porter ses fruits (Photo Coop Alsace)

Camion de livraison de la Coop, la nouvelle stratégie n’aura pas eu le temps de porter ses fruits (Photo Coop Alsace)udiciai

Cette fois-ci, c’est vraiment la fin pour Coop Alsace dont la liquidation judiciaire devrait être prononcée lundi par le tribunal de Strasbourg. L’entreprise de distribution, autrefois pionnière en Alsace, emploie encore 150 personnes, qui seront licenciées en avril.

Après avoir accepté un redressement judiciaire de Coop Alsace en octobre, la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg devrait prononcer la liquidation judiciaire de l’entreprise de distribution lundi matin. Après son démantèlement en 2013 et 2014 au profit de E. Leclerc et Carrefour, Coop Alsace disposait encore de 13 magasins et employait 150 salariés. Ils devraient tous être licenciés entre la fin du mois d’avril et le début du mois de mai.

500 à 600 000€ de pertes mensuelles

L’annonce a été faite mercredi matin aux représentants des salariés lors d’un comité d’entreprise extraordinaire. Pour le P-DG, Henri Ancel, il n’y avait plus moyen de continuer :

« Nos frais fixes sont trop importants et je n’ai pas senti un fort soutien local en faveur d’un plan de redressement. On prévoyait par exemple un plan de continuation avec 8 magasins, mais ce plan engageait les derniers actifs qu’il reste à Coop Alsace, sans garantie de succès. Coop Alsace perd encore 500 à 600 000€ par mois. Et on aurait dû de toutes façons se séparer de 70 personnes à la logistique, à l’échéance d’un contrat d’approvisionnement de Scap Alsace. »

La vente du siège du Port-du-Rhin à la Ville de Strasbourg devrait rapporter environ 5,25 millions d’euros à Coop Alsace, ce qui permettra de répondre aux principales créances et « de garder une trace de Coop Alsace au Port-du-Rhin » précise Henri Ancel. Mais l’État ne recevra probablement pas 3,5 millions d’euros de taxes qu’il réclamait à la suite d’un redressement fiscal. Plus gênant, les anciens salariés concernés par les procédures de licenciement généreusement indemnisées engagées par la précédente direction, pourraient bien ne jamais recevoir cet argent car Coop Alsace en a contesté certaines devant la justice prud’homale. Plus de 4 millions d’euros ont déjà été dépensés dans ces transactions, fortement contestées par Henri Ancel et pour lesquelles une enquête est en cours pour abus de biens sociaux.

Possible reprise de quatre magasins

Le tribunal pourrait être destinataire d’un plan de reprise partielle, concernant les magasins d’Ernolsheim-sur-Bruche, Diebolsheim, Benfeld et de la Robertsau à Strasbourg. Cette cession concernerait les fonds de commerce de ces quatre magasins, ainsi que la centrale d’achats.

Délégué Force Ouvrière, Laurent Hobel n’est guère surpris par cette nouvelle étape :

« On savait bien que la rentabilité du petit réseau qui restait n’était pas au rendez-vous. Mais on s’interroge quand même sur la stratégie qui a été mise en place, n’a-t-elle pas été menée pour parvenir à ce résultat ? Il y a des bénéficiaires, par exemple, ceux qui sont visés par nos plaintes pénales. Les enquêtes en cours ne risquent-elles pas de s’éteindre avec la disparition de Coop Alsace ? Ce qui est sûr, c’est que le chômage se profile pour environ 150 salariés, dont la moitié ont plus de 50 ans. On se battra pour que les indemnités de licenciement prennent cette réalité en compte. »

En 2011, Coop Alsace employait encore plus de 4 000 personnes dans 6 hypermarchés, 22 supermarchés et plus de 180 supérettes en Alsace. L’entreprise avait été fondée en 1902 dans le sillage du mouvement coopératif.

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : tous nos articles sur Coop Alsace.

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Vendredi, une marche contre les violences conjugales et les féminicides

par Cassandre Leray. 527 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le Conseil des ministres a prononcé la dissolution du Bastion social

par Guillaume Krempp. 527 visites. 1 commentaire.

La CGT appelle les salariés de Sew-Usocome à se mobiliser lundi

par Cassandre Leray. 2 024 visites. 2 commentaires.