Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
En attendant les Français, le déconfinement partiel à Kehl ne soulage qu’à moitié
Société 

En attendant les Français, le déconfinement partiel à Kehl ne soulage qu’à moitié

par Guillaume Krempp.
Publié le 26 avril 2020.
Imprimé le 29 novembre 2021 à 18:44
9 989 visites. 2 commentaires.

Lundi 20 avril, une partie des magasins de Kehl ont rouvert tandis que certains élèves reprennent les cours pour passer des examens. Malgré ce déconfinement progressif, commerçants et habitants de la commune craignent un reflux de la pandémie et un retour à des mesures plus strictes de confinement.

C’est la première glace de l’année pour Elias, 10 ans, et sa petite soeur de 2 ans, Alicia. Sur la place principale de Kehl, Angelika et ses enfants profitent de leur première sortie de la semaine jeudi 23 avril. Depuis trois jours, tous les magasins de moins de 800 mètres-carrés ont rouvert. À quelques pas, une salariée de l’enseigne australienne Woolworth pulvérise une solution hydroalcoolique sur les mains de chaque client et leur donne un panier à roulette dont la poignée a été désinfectée.

Mains et panier désinfectés pour chaque client du magasin Woolworth. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

Un confinement assoupli

Malgré cette première mesure de déconfinement, Angelika reste un maximum chez elle avec ses enfants. Dotée d’une cinquantaine de masques achetés en pharmacie, cette gestionnaire en logistique aurait préféré que la fermeture des magasins de vêtements, les librairies et autres magasins de sport « dure deux semaines de plus pour que le nombre de personnes contaminées continue de baisser. »

Malgré cette première mesure de déconfinement, Angelika continue de rester chez elle avec ses enfants le plus souvent possible.

De ce côté du Rhin, le confinement est moins contraignant. Ici, pas d’attestation à remplir pour chaque achat ou promenade. Les sorties en famille d’un même foyer sont aussi autorisées sans limite de temps. Seuls les regroupements de plus de deux personnes n’habitant pas ensemble peuvent être sanctionnés d’une amende de 200 euros. Dès lundi 27 avril, le port du masque sera obligatoire dans les transports publics et les magasins. Jusqu’au 4 mai, certaines classes (terminale, première, troisième et CM2) retourneront progressivement à l’école pour passer des examens.

Ici, seull les regroupements de plus de deux personnes n’habitant pas ensemble peuvent être sanctionnés d’une amende de 200 euros.

Kehl est vide, les commerçant inquiets

Pourtant ce jeudi, Kehl semble bien calme. Malgré la réouverture de leur magasin, les commerçants restent inquiets. Le propriétaire d’un magasin « tout à un euro, » Denis Maurer, décrit son principal souci : « Nous attendons le retour des Français. » À l’entrée de Kehl, juste en face de la gare, de nombreux tabacs sont fermés depuis la fermeture de la frontière franco-allemande le 16 mars.

À l’entrée de Kehl, de nombreux tabacs restent fermés.

Denis Maurer estime perdre actuellement entre 40 et 60% de son chiffre d’affaires habituel. Pour compléter ses revenus amputés, le vendeur a sollicité plusieurs aides de l’État allant « de 3 000 à 9 000 euros selon le prix du loyer et les coûts salariaux. » Une nouvelle marchandise a aussi fait son apparition sur l’étal de Denis : des masques vendus deux euros pièce.

« Nous attendons le retour des Français », explique Denis Maurer.

« Qui me paye si je dois à nouveau fermer ? »

Dans la rue principale, Angelo fume une cigarette devant son magasin de glaces italiennes. « Regardez, Kehl est vide, souffle-t-il, je perds 70% de mon chiffre d’affaires en ce moment… » Alors le vendeur se demande si cette réouverture en vaut la peine : « Ça me permet juste de payer le loyer… J’ai acheté pour 2 000 euros de lait, de crème, de cornets… Qui me paye tout ça si je dois à nouveau fermer ? » Angelo aurait préféré reprendre avec une clientèle française et sa terrasse ouverte…

Angelo aurait préféré reprendre avec une clientèle française et sa terrasse ouverte.

Bâtiment, entretien : pas de répit

Sur la place du marché, certains travailleurs n’ont pas connu de répit malgré le confinement. À côté de l’église, des ouvriers travaillent sur un chantier ininterrompu. Sans masque, Max (le prénom a été modifié) dit « garder les distances de sécurité. » Agent d’entretien de la ville, Moritz (le prénom a été modifié) s’estime en sécurité au travail : « Les horaires de travail ont été décalés pour qu’on ne soit pas trop nombreux dans le vestiaire. Et ceux qui travaillent dans une même voiture, ils restent toujours ensemble. » Concernant la réouverture des magasins, Moritz aurait aussi préféré « attendre deux semaines de plus. »

Sur la place du marché, certains travailleurs n’ont pas connu de répit malgré le confinement.

Le ralentissement économique déjà sensible

Vendeuse dans un magasin de vêtements, Frieda voit peu de clientes depuis lundi. Avec l’annulation des fêtes de diplomation, les étudiantes ne viennent plus chercher de robes de soirée. Et les conséquences du ralentissement économique se font aussi sentir : « La plupart de mes clientes n’achètent qu’à prix réduit », indique Frieda.

Même marasme du côté de Lorena, propriétaire du restaurant El Bolero. Malgré 15 000 euros de subventions étatiques et une réduction des impôts annoncée la veille, la restauratrice n’atteint que 10% de son chiffre d’affaires habituel en vendant des repas à emporter. Devant l’entrée de l’établissement, face à une terrasse aux tables séparées d’un mètre et demi, elle n’attend pas de réouverture avant le 31 août…

Lorena n’attend pas de réouverture avant le 31 août…

« On devrait faire confiance aux virologues »

Sur un banc de la place du marché, Nina et ses deux enfants sont sortis profiter du soleil et du ciel bleu. Éducatrice spécialisée, la femme de 42 ans travaille de nuit dans un centre pour personnes handicapées. Malgré le sommeil rendu impossible par les enfants, elle a apprécié la fermeture des établissements scolaires.

Nina et ses deux enfants ont pu profiter du ciel bleu (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

Mais aujourd’hui, les mesures de précaution pour une reprise scolaire partielle (moins de 15 élèves dans une salle, deux mètres de distance entre chacun et port du masque obligatoire) lui paraissent suffisantes :

« Je ne suis pas virologue, je pense qu’on peut leur faire confiance quand ils disent qu’il faut rester prudent et attendre de voir ce que ces assouplissements amènent. Nous verrons ça dans deux semaines. »

Article actualisé le 26/04/2020 à 14h55
L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

À Reichshoffen, l’usine Alstom reprise par l’Espagnol CAF, préféré par les salariés

par Jean-François Gérard. 715 visites. 2 commentaires.

Jeudi, une marche contre les violences sexistes et sexuelles

par Maud de Carpentier. 1 030 visites. 2 commentaires.

À Kilstett, des hooligans néonazis se battent en plein centre-ville

par Guillaume Krempp. 13 543 visites. 1 commentaire.
×