Malgré le coronavirus, le télétravail toujours mal vu au Crédit Mutuel
Société 

Malgré le coronavirus, le télétravail toujours mal vu au Crédit Mutuel

actualisé le 15/04/2020 à 12h07 : Réponse du Crédit Mutuel transmise en milieu d'après-midi

Lundi encore, la direction d’Euro Information, filiale du Crédit Mutuel, refusait d’accorder le télétravail à certains informaticiens, malgré la propagation du coronavirus. Après deux discours présidentiels alarmants, l’entreprise s’en tient à ses critères habituels…

La direction d’Euro Information, filiale informatique du Crédit Mutuel, n’aime pas le télétravail. Lundi 16 mars, malgré l’ampleur de la crise sanitaire, l’entreprise refusait encore à certains de ses développeurs informatiques la possibilité de rester à la maison. À celui qui souhaite limiter ses déplacements et les risques de contamination, la direction répond : raison insuffisante.

« Je pensais que la direction allait bouger, mais non… »

Informaticien pour cette structure installée dans le quartier du Wacken à Strasbourg, Benoît (le prénom a été modifié) ne comprend pas ce refus du télétravail :

« En Alsace, on se trouve à un point névralgique de l’épidémie. Il y a un fort risque de contamination, avec des collègues qui viennent du Haut-Rhin. Avec l’annonce présidentielle, on a bien senti que l’épidémie était plus grave qu’annoncée. Je pensais que la direction allait bouger, mais non… »

Lors de son allocution du jeudi 12 mars, le président de la République a demandé aux entreprises « quand cela est possible (…) de permettre à leurs employés de travailler à distance. » Comme dans toute entreprise du secteur tertiaire, le télétravail est possible chez Euro Information. Et d’ailleurs, Benoît a déjà travaillé de chez lui, notamment lors des grèves SNCF en décembre 2019.

La famille, c’est ok, la pandémie, non

Le salarié de la filiale du Credit Mutuel regrette donc que « malgré la demande des employés, Euro Information ne permette pas à plus de 2 000 informaticiens de travailler à distance, les obligeants ainsi à se mélanger dans les transports en communs et entre eux dans les open spaces de 50 à 100 personnes. »

Chez Euro Information, il faut montrer patte blanche pour obtenir une autorisation de télétravailler. Parmi les raisons valables : être le seul parent en capacité de garder les enfants. Ceux qui ne disposent d’aucun véhicule personnel, et sont donc contraints de prendre les transports en commun, ont aussi le droit au télétravail. Mais apparemment, limiter la progression d’une pandémie mondiale n’est pas un critère valable.

Contacté, le syndicat de la CGT a d’abord refusé de commenter la situation. Suite à la publication de l’article, la déléguée syndicale CGT Valérie Missillier a souhaité s’exprimer :

« La CGT a demandé la mise en place du télétravail pour tous les informaticiens et les prestataires externes dès dimanche soir. Le comité de crise du Crédit Mutuel dit prendre toutes les mesures nécessaires. Ce n’est pas vrai. J’ai peur que les réseaux soient défaillants… J’étais en télétravail chez moi hier et je pouvais pas me connecter. »

En milieu d’après-midi du 17 mars, le Credit Mutuel a assuré qu' »Euro-Information prend toutes les dispositions indispensables pour protéger ses salariés. » L’entreprise bancaire a aussi rappelé qu’elle doit assurer la continuité de son service « tout comme le font l’ensemble des activités essentielles à la Nation (…) conformément à l’arrêté du 14 mars 2020 du ministre de la Santé portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus Covid-19. »

Selon le Crédit Mutuel, les capacités en télétravail augmentent d’heure en heure. La banque assure que « 1 300 collaborateurs d’Euro-Information sont en télétravail, plus d’un tiers des effectifs. » Elle promet que ce « nombre va s’accroître dans les prochaines heures. » L’entreprise admet néanmoins qu’une partie des effectifs continuera de travailler au siège strasbourgeois : « Il est notamment de notre responsabilité d’accompagner et soutenir nos clients -particuliers, professionnels ou entreprises- mis en difficulté par cette crise. »

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

Un médecin de Brumath condamné à six mois de prison avec sursis pour harcèlement sexuel

par Guillaume Krempp. 2 853 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les Vins d’Alsace à l’amende pour une entente et des consignes de prix pendant 38 ans

par Jean-François Gérard. 3 339 visites. 1 commentaire.

Le port du masque toujours obligatoire à Strasbourg, sauf en forêt et au port

par Pierre France. 3 004 visites. 10 commentaires.