Dans la solitude du Parlement de Strasbourg un soir d’élections
Politique 

Dans la solitude du Parlement de Strasbourg un soir d’élections

Les soutiens du Parlement de Strasbourg se sont sentis bien seuls ce 26 mai : le siège strasbourgeois était vide de tout eurodéputé français. Entre un groupe de jazz sans public, et un bar presque désert, la soirée s’est passée sur un écran.

20h30, une petite centaine de personnes ont les yeux rivés sur un grand écran au coeur du Parlement de Strasbourg. Ils écoutent les réactions des têtes de listes européennes… à Bruxelles. Les quelques militants politiques et membres d’associations présents se sont sentis bien seuls en cette soirée du 26 mai. Claire Bello, attachée de presse et « européenne convaincue », ne cache pas sa colère : « Je suis très déçue de l’absence de députés européens ici ce soir. »

Au Parlement de Strasbourg, la soirée électorale s’est déroulée sur un grand écran. (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg/ cc)

Ambiance : « C’était l’angoisse »

L’Alsacienne Anne Sander (LR) est la seule eurodéputée présente. Toute la soirée, sa réélection dans l’hémicycle strasbourgeois n’était pas assurée en raison du faible score de sa formation. Le seul cocktail organisé pour cette soirée électorale a l’amer goût de la défaite. Triste ambiance au Parlement, comme en témoigne le président des Jeunes Républicains, Yonas Eshete :

« C’était l’angoisse. On a passé la soirée à appeler les sièges des autres partis du PPE toutes les quinze minutes pour avoir des infos sur le résultat. Notre priorité, c’était le siège d’Anne Sander. »

Anne Sander était la seule eurodéputée présente à Strasbourg (vidéo GK / Rue89 Strasbourg)

Une seule fête, une défaite

« Il y a cinq ans c’était la même chose. Il y avait un seul cocktail organisé et c’était celui de Catherine Trautmann (qui a perdu son siège européen en 2014, ndlr) », commente Caroline Princen, la patronne du bar du Parlement. Ce soir, les eurodéputés lui manquent aussi : « L’activité est faible. Il y a peu de clients par rapport aux soirées de session, où certains députés peuvent fêter une directive votée. »

« Au moins pendant les sessions, les eurodéputés fêtent le vote d’une directive. », regrette la patronne du bar du Parlement.

« C’est à Bruxelles que ça se passe »

Il est près de 23h. Plus de la moitié des chaises du bar sont libres. Un trio de jazz joue pour cinq personnes, dont Larbi, employé du Parlement. Présent à Bruxelles lors des élections de 2014, il n’est pas étonné par ce calme au siège strasbourgeois : « Les chefs de partis, les eurodéputés, ils sont tous là-bas. C’est à Bruxelles que ça se passe, on le voit à la caméra. Mais normalement ils devraient être ici, c’est ici le siège. » Larbi espère quitter la soirée au plus vite.

Un trio de jazz bien seul au milieu du bar, vers 23h.

Aucun eurodéputé français… mais quelques candidates en positions inéligibles comme Pernelle Richardot, du Parti socialiste et Nawel Rafik-Elmrini de La République en marche… Dans le bar, une candidate du Rassemblement national discute autour d’un verre. Hombeline du Parc figurait à la 48ème place de la liste. La conseillère régionale se dit « très fâchée de l’absence d’eurodéputés » mais elle semble la seule élue RN présente au Parlement ce soir. « Les figures du parti sont obligées de rester à Paris, pour répondre aux médias et intervenir en plateau », justifie-t-elle. Les sympathisants de l’extrême-droite ont préféré fêté leur victoire « anti-Macron » au restaurant Zum Striesel.

Un duplex, « quand même important »

Trois tables plus loin, un député LREM de Strasbourg boit un demi en grignotant quelques bretzels. Thierry Michels vient d’arriver au Parlement. L’élu strasbourgeois a d’abord fêté avec l’équipe de campagne à l’Indiana Café sur la presqu’île Malraux. En regardant la trentaine de personnes encore devant l’écran, il regrette presque d’être venu :

« C’est assez étrange. Je ne sais pas trop ce qui se passe. Peut être que je suis venu trop tard. Enfin la prochaine fois je saurai que ce n’est pas la peine de venir après 23h. »

Camille Petitjean se désolé de l’ambiance au Parlement de Strasbourg mais reste positive… (monter le son) (vidéo GK / Rue89 Strasbourg)

Plus optimiste, la présidente des Jeunes Européens de Strasbourg ne s’étonne pas du cours de la soirée. Camille Petitjean invoque la présence de la Commission européenne à Bruxelles et défend l’ouverture du Parlement strasbourgeois ce 26 mai :

« C’est important que tout le monde puisse partager cette soirée électorale ensemble et dans cet endroit qui est méconnu d’une bonne partie de la population. C’est en duplex, mais c’est quand même important. »

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

Un camp pour la « justice climatique » en Alsace

par Hélène Janovec. 409 visites. 6 commentaires.

Les maternités de Thann et d’Altkirch fermées dès novembre

par Pierre France. 791 visites. 5 commentaires.

L’A35 sera fermée une partie de l’été entre la Vigie et l’Elsau

par Hélène Janovec. 4 761 visites. 6 commentaires.