Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Dans le Bas-Rhin, la grande chasse des petits fraudeurs du RSA
Vigies 

Dans le Bas-Rhin, la grande chasse des petits fraudeurs du RSA

par Pierre France.
Publié le 10 avril 2014.
Imprimé le 01 décembre 2021 à 00:56
1 983 visites. 1 commentaire.
A LIRE SUR

LIBERATION.FR

 

(capture d'écran)

(capture d’écran)

Dans une enquête publiée dans Libération, on apprend que chaque maire bas-rhinois est démarché par un conseiller territorial du Conseil général du Bas-Rhin. L’objectif ? Lister tous les bénéficiaires du RSA de la commune, vérifier leur train de vie pour débusquer d’éventuels fraudeurs. Ce contrôle échoit normalement à la Caisse d’allocation familiales, qui verse les indemnités aux bénéficiaires et qui estime à 2% le pourcentage de malversations. Mais Guy-Dominique Kennel, président (UMP) du Conseil général du Bas-Rhin, qui finance le RSA, pense qu’il y en a plus que ça, compte tenu de l’augmentation de cette charge sur son budget (de 92M€ en 2012 à 130M€ en 2013).

L’article de Libération, signé par notre collègue Noémie Rousseau, montre comment les maires se muent parfois en zélés délateurs, parfois en résistants, souvent en médiateurs. À Strasbourg, les élus ont refusé de participer au programme, ce qui concentre l’attention des services du CG67 sur les autres communes, car la ville concentre 70% des allocataires.

Le Conseil général aurait détecté ainsi quelque 300 000€ indus mais embauché de nouveaux contrôleurs, soit 160 000€ de charges supplémentaires au minimum… Quant au recouvrement, il est évidemment très compliqué et aucun chiffre n’a été avancé. Pour Guy-Dominique Kennel, en période de crise et de restrictions budgétaires, il n’y a aucun moyen de faire autrement.

Lire l’article complet sur Libération.fr (accès abonnés)

Aller plus loin

Sur TF1.fr : Ils traquent les fraudeurs du RSA (reportage)

L'AUTEUR
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Un collectif de profs s’organise pour sortir leurs élèves et leurs familles de la rue

par Camille Balzinger. 3 139 visites. 13 commentaires.

À Reichshoffen, l’usine Alstom reprise par l’Espagnol CAF, préféré par les salariés

par Jean-François Gérard. 747 visites. 2 commentaires.

À Kilstett, des hooligans néonazis se battent en plein centre-ville

par Guillaume Krempp. 13 638 visites. 1 commentaire.
×