Dans les coulisses du service de réanimation du NHC
Société 

Dans les coulisses du service de réanimation du NHC

En première ligne face au coronavirus, deux infirmiers témoignent de leur quotidien aux urgences du Nouvel hôpital civil de Strasbourg.

Infirmier en réanimation au Nouvel hôpital civil de Strasbourg, Jérémie est aussi photographe. Il livre à Rue89 Strasbourg une série de clichés sur son quotidien actuel, en première ligne face au coronavirus.

Le service de réanimation s’est complètement réorganisé pour n’accueillir que les urgences liées au coronavirus. (Photos Jérémie Rumpier)

L’infirmier de 31 ans a sorti son objectif pour témoigner de la réalité de son quotidien :

« Quand j’en parle autour de moi, quand je vois les gens, je n’ai pas l’impression qu’ils se rendent compte de ce qu’il se passe dans une salle de réanimation… »

Le service de réanimation du NHC ne fait plus que du traitement des détresses respiratoires.

Depuis que la crise sanitaire est entrée dans sa phase aiguë, son service a été entièrement reconfiguré. Il est passé de 25 à 30 lits et toutes les interventions non-urgentes ont été déprogrammées ou transférées. Résultat : 100% de l’activité du service est liée au traitement des cas les plus sévères de covid-19 et Jérémie assure que tous les patients qui lui sont adressés peuvent être intubés :

« Tous les lits sont occupés avec de la réanimation lourde, des personnes intubées sous respirateur artificiel. On ne fait plus que de la détresse respiratoire. Dès que les patients sont stabilisés, ils sont envoyés ailleurs. C’est très tendu, c’est sûr mais j’ai le sentiment qu’on tient le coup. On trouve l’énergie, on est transcendés par la gravité de la situation je pense… »

L’intubation doit permettre aux malades de retrouver de l’oxygène.
Les protections du personnel sont arrivées mais les stocks sont très faibles.

Durant la journée de samedi, une centaine de personnes sont décédées du coronavirus dans le Grand Est. Avec 155 personnes en réanimation, le Bas-Rhin est le département avec le plus de lits occupés (480 cas au total dans les 10 départements). La mort est là, présente, tous les jours.

Camille (prénom changé), également infirmière aux urgences du NHC, raconte :

« On a des décès, des gens qu’on laisse partir, des vraies réanimations de personnes qu’on veut sauver… Qu’on soit patient ou soignant, c’est très stressant parce qu’une réa, c’est très visuel. Les gens viennent pour cette maladie, ils savent que les autres qu’ils voient ont la même maladie et qu’ils se font intuber… »

Les gestes sont répétés des centaines de fois chaque jour. À la clé : la survie.

Jérémie reprend :

« On sent bien qu’on est submergés mais on n’est pas fatalistes. On est en première ligne mais on a été entraînés pour ça, on a un mental de guerriers en quelque sorte. L’ennui, c’est surtout qu’on ne sait pas combien de temps ça va durer comme ça… »

Le service de réanimation du NHC dispose désormais de 30 lits pour les détresses respiratoires, tous occupés en permanence.

Jérémie assure que son service dispose d’assez de masques et de protections :

« On a de tous petits stocks, à un moment on a dû utiliser des masques périmés et pendant un jour ou deux, on n’avait plus de gel hydroalcoolique mais maintenant ça va. C’est aussi parce qu’on est un service très sollicité de l’hôpital… »

Camille confirme :

« Au poste avancé, tout le monde est habillé de la tête au pied : charlotte, masque, surblouse… Ça ressemble à une zone de guerre. »

Mais ce qui inquiète surtout Camille, c’est la propagation du virus au sein de l’équipe soignante :

« Avec le nombre de patients, le risque de tomber malade augmente. C’est un stress supplémentaire, inédit. On ne sait pas trop ce qui nous attend. Même les soignants ne sont pas testés sans symptômes apparents, donc on est sans doute porteurs. Moi j’ai le nez qui coule, ça peut être la fatigue, comme ça peut être le virus et on n’en sait rien. »

D’après Camille, au moins sept membres de son service, ont été contaminés au coronavirus.

L'AUTEUR
Pierre France et Guillaume Krempp
Journalistes confinés.

En BREF

Fred Ficus, DJ producteur : « Dans six mois, trois fois plus d’albums publiés »

par Florian Schotter. 492 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’Épide mobilisé pour confiner les sans-abris malades

par Kévin Gasser. 1 711 visites. 1 commentaire.

Incendie maîtrisé au terminal nord du Port de Strasbourg

par Jean-François Gérard. 1 403 visites. 1 commentaire.