Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Descente de la police aux frontières dans un gymnase ouvert pour loger des sans-abris
L'actu 

Descente de la police aux frontières dans un gymnase ouvert pour loger des sans-abris

par Thibault Vetter.
Publié le 6 janvier 2022.
Imprimé le 07 octobre 2022 à 08:17
4 811 visites. 15 commentaires.

Jeudi 6 janvier, la police aux frontières est intervenue au gymnase Branly à Strasbourg, où des SDF sont abrités dans le cadre du plan grand froid. Une quinzaine de personnes ont été emmenées en car à Bouxwiller, dans une structure qui vise à les reconduire à la frontière. Le collectif Pas d’enfant à la rue dénonce cette pratique des autorités qui « transforme des dispositifs d’hébergement d’urgence en piège ».

Depuis Noël, le gymnase Branly est réquisitionné pour les personnes sans-abri dans le cadre du plan grand froid. Il peut accueillir 80 personnes. Selon le collectif Pas d’enfant à la rue, constitué de parents d’élèves et d’enseignants en lien avec plusieurs familles abritées dans ce gymnase, il doit rester ouvert au moins jusqu’au 11 janvier. Mais au matin du jeudi 6 janvier, la police a réveillé les bénéficiaires du dispositif d’accueil pour contrôler leur situation administrative.

Une famille monte dans le bus de la police aux frontières. (photo remise)

Selon trois témoins, une quinzaine de personnes ont été emmenées dans un car affrété par la police aux frontières. Elles ont été redirigées vers un centre d’hébergement à Bouxwiller. D’après les associations, cette structure permet d’organiser les retours à la frontière, mais les personnes qui y sont placées restent libres. Cécilia Quintiliani, infirmière scolaire et membre du collectif Pas d’enfant à la rue, est arrivée sur place peu après 7h. Elle raconte :

« Il y avait un car, un fourgon de gendarmerie et des voitures de la police nationale qui sécurisaient le site. Les personnes ont été triées selon leur situation administrative avec des bracelets de couleur. Un bracelet vert signifie que les personnes sont en situation irrégulière. Elles m’ont expliqué que la police a essayé de leur faire signer un papier qui autorise la préfecture à les reconduire dans leur pays d’origine. Heureusement, elles ont refusé. Ensuite, elles ont été emmenées au centre de Bouxwiller. Les personnes qui ont un bracelet rouge peuvent rester au gymnase. »

Les situations administratives de toutes les personnes présentes au gymnase Branly ont été examinées. (photo remise)

« Ces pratiques sont violentes »

Delphine Bernard est membre de la FCPE (Fédération des conseils de parents d’élèves) et du collectif Pas d’enfant à la rue. Également en lien avec des familles, elle s’insurge de la tentative des policiers de faire signer des papiers qui autorisent la reconduite à la frontière :

« Le gymnase Branly est censé être un dispositif de solidarité. Quel est le message que la préfecture envoie à ces familles précaires ? Elles risquent de ne plus oser venir s’abriter dans le gymnase malgré le froid. Ces pratiques sont violentes, elles traumatisent les enfants. Il y a vraiment une volonté, de la part de la préfecture, d’expulser des familles. Elle transforme les dispositifs d’hébergement d’urgence en pièges. »

Pour la deuxième fois en un mois, la police aux frontières intervient au gymnase Branly. (photo remise)

Au moment d’écrire ces lignes, la préfecture du Bas-Rhin n’a pas encore communiqué sur l’opération. Les forces de l’ordre ont quitté le site vers 10h. Lors de la précédente évacuation du gymnase Branly le 16 décembre, plusieurs familles avaient été emmenées au centre de Bouxwiller. Sabine Carriou, présidente de l’association Les Petites Roues, explique :

« Nous logeons en ce moment une famille iranienne qui a refusé de retourner en Iran et qui est partie de Bouxwiller le 4 janvier. Nous sommes aussi en contact avec une famille tchétchène, qui avait été emmenée à Bouxwiller le 16 décembre. Eux ont signé les papiers pour être reconduits dans leur pays d’origine. Ils n’en pouvaient plus et ont renoncé à rester en France. Mais on ne connait pas tout le monde et comme la préfecture ne communique pas, c’est très difficile de savoir exactement ce qu’il se passe là-bas. »

L'AUTEUR
Thibault Vetter
Thibault Vetter
enquête sur l'hébergement d'urgence, la grande précarité, les pollutions et l'industrie.

En BREF

Une pétition pour mettre fin aux plats réchauffés dans les cantines scolaires de Strasbourg

par Thibault Vetter. 4 316 visites. 14 commentaires.

Une manifestation en solidarité avec le peuple iranien mardi

par Pierre France. 608 visites. 2 commentaires.

Le Conseil d’État maintient la suspension du confinement de Stocamine

par Pierre France. 612 visites. 1 commentaire.
×