Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Dans la cantine du Parlement européen, l’épreuve des testés à la Covid-19
Société 

Dans la cantine du Parlement européen, l’épreuve des testés à la Covid-19

par Robin Dussenne & Abdesslam Mirdass.
Publié le 13 mai 2020.
Imprimé le 25 mai 2022 à 03:55
2 607 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Photos Abdesslam Mirdass, sons Robin Dussenne

Depuis lundi 11 mai, le Parlement européen abrite dans son réfectoire un centre de dépistage Covid-19 sur ordonnance. Les patients asymptomatiques y découvrent le test PCR et son écouvillon glissé à l’arrière du nez. Reportage en images et en sons.

Depuis près d’un mois, les locaux du Parlement européen attendaient d’être utilisés pour faire face à la pandémie de coronavirus. Dès le 22 avril, l’Agence régionale de santé (ARS) avait mis le dispositif de dépistage de la Covid-19 en place. Il ne restait plus qu’à attendre le déconfinement et ses modalités. Lundi 11 mai, le siège strasbourgeois du Parlement européen s’est ainsi transformé en centre de dépistage. Réparti en 21 box individuels, il a pris place au cœur du réfectoire du bâtiment Louise Weiss.

Les premiers patients, tous asymptomatiques, ont été accueillis depuis le début de la semaine. Après avoir été en contact avec un cas avéré de Covid-19, ils vont devoir subir le fameux test PCR au cours duquel un biologiste glisse un écouvillon à l’arrière du nez, à la jonction avec le pharynx. Avec une capacité maximale de 2 400 tests par jour, ce laboratoire géant est le plus vaste centre de dépistage du département du Bas-Rhin.

L'AUTEUR
Robin Dussenne & Abdesslam Mirdass

En BREF

Le salon Bio&Co va projeter un documentaire anti-vaccins réalisé par un complotiste

par Achraf El Barhrassi. 5 704 visites. 22 commentaires.

Le port autonome lance une procédure d’urgence pour faire expulser le squat quai Jacoutot

par Thibault Vetter. 840 visites. 3 commentaires.

Électricité de Strasbourg protègera finalement ses clients contre la hausse des prix du gaz

par Laurence George. 1 236 visites. 2 commentaires.
×