Durant le confinement, les Strasbourgeois font parler leurs balcons
Société 

Durant le confinement, les Strasbourgeois font parler leurs balcons

actualisé le 11/04/2020 à 18h09

Depuis trois semaines, banderoles, calicots et pancartes fleurissent aux fenêtres. Ils transmettent à la rue des messages de soutien, des slogans, de la poésie, des maximes. Nous avons interrogé leurs auteurs.

Contrairement à ceux de Marseille ou de Nantes, les habitants de Strasbourg s’expriment peu sur les murs de la cité, par des tags ou des graffitis. Et encore moins d’affiches à leurs fenêtres. Mais ces dernières semaines, les messages affichées sur les façades strasbourgeoises se sont multipliés. La crise du coronavirus, qui donne matière à débattre et empêche de se retrouver physiquement pour le faire, a été l’élément déclencheur. Faute de pouvoir descendre eux-mêmes dans cette rue qu’ils convoitent, les Strasbourgeois y envoient leurs mots.

À commencer par les messages chaleureux, sans destinataire particulier. Comme celui-ci, à la Krutenau. « Forest », la brune, est assistante de direction. « Poupette », la blonde, tient une boutique de bijoux. Le contact quotidien avec les gens lui manque :

« C’est la première fois qu’on accroche quelque chose à notre fenêtre. On a fabriqué la banderole lundi pour faire un coucou à nos voisins. On est trop sociables pour être confinées ! »

« Poupette » : « On est trop sociables pour être confinées ! » (Photo FrG)

Soutien au personnel soignant

Mais beaucoup des messages de soutien s’adressent précisément aux membres du corps médical. Comme celui-ci, très coloré, que Céline a attaché à son balcon, quartier gare. C’est une idée de ses enfants, Hugo, 9 ans et Lise, 6 ans :

« Ce sont eux qui ont écrit le texte. Pour la première phrase, ils trouvent que trop de monde passe encore dans la rue malgré le confinement. Pour la seconde, le papa de leurs cousins est médecin. Bien sûr, nous applaudissons les soignants chaque soir. »

Lise et Hugo ont écrit le texte. (Photo FrG / Rue89 Strasbourg)

« Les caissiers, les livreurs, les éboueurs… »

Robin et sa compagne Mélanie ont aussi mis les soignants en tête des banderoles qu’ils ont confectionnées. Avec l’aide de leur petite Ellie, 2 ans et demi. Mais leur gratitude ne s’adresse pas seulement aux blouses blanches : elle va aussi aux livreurs, aux éboueurs, aux chauffeurs des trams qui passent sous leurs fenêtres.

« Mélanie et moi on voulait soutenir tous ceux qui nous permettent de vivre aujourd’hui. On se sentait impuissants, alors comme nous faisons de l’art tous les deux et que nous avons du temps à revendre, ça nous a permis de nous rendre utiles de façon agréable. »

Robin : « Tous ceux qui nous permettent de vivre en ce moment » (Photo FrG)

« C’est notre première banderole »

Dans la Neustadt, même inspiration pour Dominique, retraité du monde du spectacle, et pour Catherine, enseignante. Jusque là, ils s’étaient contentés de mettre des bougies à leurs fenêtres après les attentats, ceux de Paris et celui du marché de noël. Mais jamais encore de banderole.

« Comme il y avait déjà dans la rue une pancarte pour les soignants, on s’est dit qu’il ne fallait pas oublier les employés des magasins, ceux qui vident nos poubelles, les travailleurs sociaux… Ils ont eux aussi du mérite. »

Catherine : « C’est notre première banderole » (Photo FrG)

Continuer à défendre l’hôpital

Du soutien à la revendication, il n’y a qu’un pas. Sarah et Sacha l’ont rapidement franchi. Réparateur de vélo et, surtout, passionné de calligraphie, Sacha avait le matériel à portée de main dans leur appartement proche des Halles. Et le message en tête. C’est le même qu’ils scandaient déjà avant le confinement, dans les manifestations en faveur des personnels hospitaliers en lutte.

« C’est notre manière de poursuivre la manifestation. Certains de nos amis refusent d’applaudir « sur commande ». Nous, quand nous nous mettons au balcon à 20 h, notre banderole clame que nous n’oublions pas ce qu’il s’est passé avant. Dès qu’on pourra sortir, on retournera manifester. En attendant, grâce à cette saleté, on a fait connaissance avec les voisins d’en face. Ici, tous les soirs on se croirait au stade de la Meinau ! »

Sacha : « On n’oublie pas ce qu’il s’est passé avant » (Photo FrG)

Pas leur première banderole

Les colocataires de cet appartement du quartier gare sont aussi des habitués des manifs. Pour la photo, ces jeunes graphistes ont d’ailleurs enfilé les masques qu’ils arborent dans les cortèges. Et cette banderole n’est pas la première. C’est Anouk (chat jaune) qui raconte :

« On en avait une pour soutenir l’Hôtel de la rue, une autre pour défendre les réfugiés. Aujourd’hui, au-delà de la gestion de la crise sanitaire on dénonce surtout la libéralisation qui nous a collés dans cette situation. Alors tous les soirs à 20h on applaudit les soignants, mais après on reste aux fenêtres et on chante des chansons de lutte. Pour dire qu’on est toujours-là. »

Anouk : « On dénonce surtout la libéralisation qui nous a collés dans cette situation » (Photo FrG)

« La banderole, on ira manifester avec ! »

Tout près du Musée d’Art Moderne et Contemporain, une autre colocation d’étudiants en arts graphiques. Militants, eux aussi, ils n’avaient encore jamais utilisé leur balcon pour s’exprimer : au 4e étage, il n’est pas très visible. C’est le rituel de 20h, auquel ils participent, qui les a poussés à faire une banderole.

Emilie : « Nous avons ressorti un vieux slogan, mais toujours d’actualité » (Photo FrG)

William :

« Nous ne voulons pas jouer le jeu de l’héroïsation des soignants sans remettre en cause le système. Alors nous avons a ressorti un vieux slogan de Besancenot. Malheureusement, il est toujours d’actualité. La banderole, on la décrochera pour aller manifester avec ! »

« Pâques au balcon, Macron démission »

Quartier Laiterie, ce professeur ronge lui aussi son frein, frustré de ne pas pouvoir descendre dans la rue pour protester contre le pouvoir. Il préfère ne pas donner son prénom et cache son visage. Certains disent avoir peur de la répression à venir. Lui craint d’abord sa hiérarchie et une application extensive du « devoir de réserve professionnel ». Pourtant, ça n’est pas à son ministre qu’il s’en prend sur ses pancartes.

Une pancarte saisonnière a remplacé provisoirement celle consacrée au préfet de police de Paris (Photo FrG)

« Ça m’énerve de voir ce gouvernement encenser les infirmières qu’il castagnait juste avant l’épidémie. Le responsable, c’est Macron. Et puis j’ai ajouté Lallement, qui applique avec zèle sa politique. Je viens de le remplacer par une pancarte de saison, et si ça dure, je trouverai sans doute autre chose : j’ai du temps et du carton. »

« Confinons le virus néolibéral »

Avenue des Vosges, Baptiste et ses quatre colocatairess ont accroché leur calicot dès le début du confinement. Inspirés par l’exemple de Nantes. Ils militent, dans différentes associations, mais il n’y a eu ni hésitation, ni désaccord sur le texte. Juste un brainstorming.

Baptiste : « On commence à réfléchir au texte d’une deuxième banderole » (Photo FrG)

« On est assez fiers de « Confinons le virus néolibéral ». On sait que notre geste n’a qu’une portée limitée, mais comme on est sur une artère passante, on espère quand même inspirer d’autres gens. D’ailleurs, il y a un événement Facebook, « A nos banderoles », lancé par plusieurs collectifs, qui les recense. Vu qu’on a encore de la place sur la façade et du matériel, on commence à réfléchir au texte d’un deuxième calicot. »

Poésie et sagesse populaire

D’autres messages sont moins politiques. En tous cas moins revendicatifs. Par exemple celui de Natacha. Cette dame discrète a l’habitude de fleurir son balcon, ainsi que les parterres au pied de son immeuble du quartier gare. C’est dans le même état d’esprit, « égayer la rue », qu’elle a accroché sa banderole orange. Mais pourquoi de la poésie ?

« Le bonheur en partant a dit qu’il reviendrait. » Jacques Prévert (Photo FrG)

« J’enseigne le français à des mineurs isolés et à des jeunes demandeurs d’asile. Ces temps-ci, je leur envoie de courts poèmes pour les aider à garder le moral. Souvent du Prévert, un auteur que j’aime énormément, et dont la langue fait remarquablement passer les émotions. Cette citation est un message d’espoir adressé à mes voisins et à tous les passants. On en a bien besoin en ce moment. »

Et puis il a cet aphorisme, à la Krutenau, laissé par une personne qui n’a répondu ni aux coups de sonnette, ni aux « Hello ! » lancés de la rue. Peut-être était-elle occupée à lire…

Dans quel ordre ?
L'AUTEUR
Francis Gérardin
Curieux depuis toujours, et toujours pas persuadé que c'est un vilain défaut.

En BREF

Le tribunal administratif suspend l’arrêté sur les masques au centre-ville

par Pierre France. 15 990 visites. 8 commentaires.

Les mobilités du monde d’après en débat

par piet. 1 146 visites. 4 commentaires.

Le tribunal administratif juge que le port obligatoire du masque au centre-ville est légal mais inutile

par Pierre France. 9 704 visites. 9 commentaires.