#Enjeux2020 – Hébergement d’urgence : les propositions des candidats
Politique 

#Enjeux2020 – Hébergement d’urgence : les propositions des candidats

Rue89 Strasbourg a sollicité les candidats aux élections municipales pour connaître leurs propositions concernant les personnes sans-abri.

Les estimations sur le nombre de personnes sans-abri à Strasbourg augmentent, en dépit de plusieurs actions de la Ville menées au cours du mandat. À quelques exceptions près, la thématique de l’hébergement d’urgence et des SDF est assez peu mise en avant dans les programmes électoraux.

C’est pourtant un enjeu auquel sera forcément confronté le ou la future maire de Strasbourg.

Que proposent les listes ? Revue d’effectif.

Catherine Trautmann (PS, Faire Ensemble Strasbourg)

  • Création d’un fond de 500 000 euros pour des nouvelles réponses collectives à inventer.
  • Création d’une consigne solidaire accessible 24h/24, avec des casiers assignés pour un an, dans des espaces dotés de bornes de recharge de téléphones portables et de distributeurs de produits hygiéniques.
  • Soutien aux lieux d’accueil de jour pour les jeunes, notamment migrants de 16 à 25 ans, leur assurant information et accompagnement en droit, santé, formation, apprentissage de la langue.
  • Création d’une plateforme numérique d’information à destination des habitants qui souhaitent accompagner et soutenir les migrants et les personnes sans-abris.
  • Renforcement de l’accompagnement des publics migrants dans l’apprentissage de la langue, l’accès aux droits, l’inclusion par le sport, la culture, etc.

Jean-Philippe Vetter (LR, Un nouveau souffle pour Strasbourg)

  • Créer un Centre intercommunal d’action sociale, pour coordonner et développer une vision globale sur l’ensemble de l’Eurométropole.
  • Augmenter le nombre des travailleurs sociaux pour l’accompagnement des personnes hébergées, car les services sont complètement saturés. Un meilleur accompagnement des sans-abris et un sérieux travail de suivi pour leur permettre de trouver un toit pérenne au travers de la réinsertion. Nous prioriserons dans un premier temps les Centres d’hébergement et de réinsertion sociale qui existent sur Strasbourg.
  • Développer et soutenir les réseaux d’aide Alimentaire, vestimentaire, être à l’écoute de la réalité du terrain. 
  • Soutenir les nombreuses structures qui œuvrent à reloger les sans-abris ou qui effectuent des maraudes.

Alain Fontanel (LREM, 100% Strasbourg)

  • La création de nouveaux lieux d’hébergement d’urgence, la création d’un centre d’accueil de jour et la mise en place d’un réseau de familles d’accueil pour les migrants.
  • Une augmentation des capacités d’accueil d’urgence des femmes victimes de violences et de leurs enfants.
  • La création de places dans les foyers d’hébergement d’urgence destinées à accueillir des personnes accompagnées d’animaux domestiques.

Jeanne Barseghian (EELV, Strasbourg écologiste et citoyenne)

  • Ouverture de 500 places en appartement et avec accompagnement par la municipalité, sur le modèle des 100 places ouvertes lors du mandat.
  • Ouverture de 50 places pour les femmes et enfants victimes de violences.
  • Retrait de l’arrêté anti-mendicité.

Hombeline du Parc : (RN, Rassemblement pour Strasbourg)

  • Interdiction de tout début de campement sauvage de migrants 
  • Poursuite d’ouvertures de places en foyers moyennant un travail pour la collectivité, d’intérêt général, notamment dans le domaine écologique.
  • Favoriser, en priorité, nos compatriotes vulnérables dans l’obtention de places en foyer.
  • Fin des subventions aux « associations immigrationnistes »
  • Appliquer avec fermeté, voire développer, l’arrêté anti-mendicité agressive.
  • Étudier plus sérieusement la question des animaux de compagnie dans les foyers pour sans-abri.

Kévin Loquais (LFI, Strasbourg en commun)

  • Mise en place d’un service social municipal aux migrant.e.s à Strasbourg : un accès à un logement digne, aux transports publics, à la scolarité des enfants, un accès sanitaire aux malades et souffrants, un accompagnement pour les démarches administratives.
  • Mise en place d’un plan d’urgence pour un accueil digne des sans-abris, en y associant celles et ceux qui les accompagnent au quotidien.
  • Ouvrir le nombre de places nécessaires pour ne plus avoir personne à la rue.
  • Encourager l’accueil des personnes sans-abris accompagnées d’animaux dans les centres de jour et de nuit.
  • Soutien à l’hébergement citoyen solidaire
  • Renforcement et développement de centres d’accueil pour les mineurs isolés, notamment en cas de rupture familiale des mineurs LGBTI+.
  • Soutien au projet de l’Hôtel de la rue
  • Retrait de l’arrêté anti-mendicité.

Chantal Cutajar (Citoyens Engagés, Agissons ensemble protégeons chacun) :

  • Conversion de 3 parkings du centre-ville élargi (Austerlitz, Nouvel hôpital civil, Broglie ou Kléber) en « Hôtel pour sans-abris ».
  • Collecte quotidienne auprès des restaurants, magasins, marchés et producteurs locaux, et création de surfaces de mise à disposition
  • Distribution quotidienne aux plus démunis
  • Allocation de 1000€/mois aux plus précaires (sans-abris, allocataire RSA, étudiants précaires)
Campement Ducs d'Alsace
11 campements de sans-abri, évacués par la suite, se sont formés à Strasbourg entre l’été 2017 et octobre 2019. (Photo Rue89 Strasbourg)
L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

À Koenigshoffen, un jeune homme en possession de cannabis frappé par des policiers

par Florian Schotter. 4 123 visites. 6 commentaires.

Fred Ficus, DJ producteur : « Dans six mois, trois fois plus d’albums publiés »

par Florian Schotter. 413 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’Épide mobilisé pour confiner les sans-abris malades

par Kévin Gasser. 1 601 visites. 1 commentaire.