Mobilités : l’usage de la voiture toujours en recul à Strasbourg
L'actu 

Mobilités : l’usage de la voiture toujours en recul à Strasbourg

Une étude sur la mobilité des Bas-Rhinois en 2019 révèle que les usages de la marche à pied et du vélo progressent en ville et pour les déplacements courts. En revanche, la voiture reste plébiscitée dès qu’on s’éloigne de Strasbourg.

En 2019, 65% des déplacements de moins de 1 km sont réalisés à pieds. En 2009, ces déplacements très courts étaient encore faits à 38% en voiture. Cet enseignement résulte d’une étude sur les mobilités, réalisée auprès de 6 000 Bas-Rhinois au premier trimestre 2019 par l’Adeus (Agence de développement et d’études de l’agglomération de Strasbourg).

Cette étude, commandée au coût de 300 000€ par l’Eurométropole de Strasbourg et financée par les collectivités territoriales, est réalisée tous les dix ans, ce qui permet d’apprécier les évolutions.

La proportion de la voiture en chute dans la métropole depuis 1997. (doc Adeus)

Sans grande surprise, les politiques publiques menées en faveur des modes de déplacements alternatifs à la voiture produisent leurs effets : la part modale de la voiture recule partout.

Les mobilités en 2019 (doc Adeus)
Les mobilités en 2019 (doc Adeus)

Mais ces chiffres montrent aussi une stagnation en dehors de Strasbourg en ce qui concerne le vélo. En première couronne, les déplacements sont toujours de 6% en 2009, comme en 2019. En deuxième couronne, on remarque aussi une stagnation à 6% pour la partie nord. La partie sud baisse même de 7 à 4%, même si cela s’explique aussi par l’intégration des 5 nouvelles communes plus rurales.

Pour le président (PS) de l’Eurométropole de Strasbourg, Robert Herrmann, ces chiffres sont encourageants mais pas suffisants :

« Il faut donc continuer dans cette voie et améliorer les infrastructures, comme le GCO, afin de mieux séparer les flux. Car si on promeut le vélo mais que les gens ont peur parce qu’ils sont frôlés par des voitures, on n’y arrivera pas… »

100 000 véhicules de moins à Strasbourg chaque jour

De son côté, Alain Fontanel, premier adjoint (LREM) au maire de Strasbourg, a pointé :

« Derrière chaque point gagné sur la voiture, ce sont de très nombreuses émissions polluantes qui sont évitées. Ainsi en 10 ans, les véhicules accédant Strasbourg sont passés de 340 à 240 000 véhicules par jour. C’est considérable même s’il faut persévérer. »

Pour Jean-Baptiste Gernet (La Coopérative), conseiller communautaire en charge du vélo, mais en froid avec le président depuis le début 2019, la stagnation du vélo en périphérie de Strasbourg s’explique par l’absence d’investissements :

« Seuls deux millions d’euros ont été dépensés lors du mandat pour le réseau Vélostras qui a été présenté en 2013. Même si de l’argent a été dépensé sous d’autres formes, via le Velhop ou les aménagements cyclable le long des trams, l’objectif de Velostras était justement de relier la première et la deuxième couronne à Strasbourg. Il aurait fallu que les budgets soient en adéquation avec les intentions, de l’ordre de 1,5 millions par an. »

La marche à pied a beaucoup progressé pour les petits déplacements (Photo Raoul Esmere / FlickR / cc)

Les regards se tournent à présent vers la tranche des déplacements de 3 à 10 km. L’étude ne mentionne pas encore les vélos à assistance électrique, qui étaient bien trop rares en 2009 et qui font office de meilleure solution pour ces déplacements. Sur l’ensemble du département, encore 54% des déplacements de 1 à 3 km sont réalisés en voiture.

Aller plus loin

L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Menacé d’une expulsion, le squat Bugatti mobilise ses soutiens mardi

par Pierre France. 1 068 visites. 6 commentaires.

La place des Halles évacuée pendant cinq heures mercredi

par Rue89 Strasbourg. 10 759 visites. 7 commentaires.

Municipales : Alain Fontanel officiellement candidat

par Rue89 Strasbourg. 2 524 visites. 21 commentaires.