Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Les enseignants s’inquiètent du manque de personnel et des élèves en souffrance
Société 

Les enseignants s’inquiètent du manque de personnel et des élèves en souffrance

par Thibault Vetter.
Publié le 25 novembre 2022.
Imprimé le 28 janvier 2023 à 12:06
1 473 visites. 5 commentaires.

Pas assez d’infirmières scolaires pour prendre en charge les élèves suicidaires ou harcelés, recours à de nombreux contractuels sans formation d’enseignant, démissions… Le syndicat FSU a désigné des points de tension dans l’académie de Strasbourg lors d’une conférence de presse vendredi 25 novembre.

« Les élèves ne vont pas bien, et on ne peut pas suffisamment les prendre en charge », résume Valérie Wolff, infirmière scolaire et membre de FSU, syndicat majoritaire dans l’éducation qui fait le bilan de la rentrée 2022 ce 25 novembre. Les chiffres qu’elle donne sont éloquents : « On est 150 dans le Bas-Rhin et 100 dans le Haut-Rhin. Il faudrait 1 100 postes de plus en Alsace pour arriver à un encadrement satisfaisant, avec à minima un poste d’infirmière à temps plein par établissement. »

Valérie Wolff, infirmière scolaire et représentante FSU (Photo Amélie Schaeffer / Rue89 Strasbourg / cc)

Un mal-être psychologique croissant chez les élèves, et trop peu de personnel pour y répondre

Selon elle, depuis la crise sanitaire, les élèves sont de plus en plus nombreux à demander des consultations pour des problèmes psychologiques : « Au collège Bugatti de Molsheim, sur 650 élèves, j’en suis une vingtaine pour des idées suicidaires, des questions liées au genre, du harcèlement, ou des difficultés familiales. Les jeunes viennent nous voir de plus en plus tôt. Ils sont presque une dizaine en primaire à être concernés sur notre secteur », indique t-elle.

Arnaud Sigrist et Agathe Konieckza, respectivement co-secrétaires FSU pour le premier et le second degré, dénoncent le manque d’effectif :

« Depuis le début du premier mandat d’Emmanuel Macron en 2017, le nombre d’enseignants dans le second degré n’a cessé de baisser. Dans l’académie de Strasbourg, on a 150 élèves de plus pour 169 professeurs en moins, soit l’équivalent du corps enseignant d’un gros lycée de 1 500 élèves. »

Arnaud Sigrist, co-secrétaire FSU pour le second degré

De grosses inégalités entre les hommes et les femmes

« Le rectorat ne veut pas nous donner les chiffres précis. Rien que dans le Bas-Rhin, on en était à 18 classes sans enseignant dans le premier degré le jour de la rentrée », ajoute Géraldine Delaye, secrétaire départementale de FSU. Selon les représentants du syndicat majoritaire, lors de l’année scolaire 2021-2022, 18% des enseignants étaient contractuels dans l’académie : « Ce sont des personnels précaires, souvent en grande difficulté car embauchés sans formation », explique la secrétaire départementale.

De gauche à droite, Géraldine Delaye, Florence Fogelgesang et Agathe Konieckza, du syndicat FSU (Photo Amélie Schaeffer / Rue89 Strasbourg / cc)

FSU profite de l’occasion pour poser la question des inégalités de genre dans l’éducation nationale. Florence Fogelgesang, co-secrétaire départementale, explique que les femmes représentent 73,4% des personnels, mais que leur part est bien plus importante dans les postes les moins bien payés : dans l’académie de Strasbourg, elles sont 84,5% dans le personnel administratif et de santé, contre seulement 52,8% dans le personnel de direction et d’inspection. Jacky Dietrich, qui porte la parole du personnel administratif dans le syndicat, insiste :

« Dans les métiers administratifs, la rémunération moyenne des femmes est de 1 911 euros contre 2 469 euros pour les hommes. 61% des femmes occupent des postes de catégorie C, soit les moins bien payés. »

70 démissions dans le premier degré

Pascal Thil, enseignant en lycée professionnel, rappelle qu’un mouvement social d’opposition à une réforme de l’enseignement professionnel est en cours. Il conspue la volonté du gouvernement d’augmenter de 50% les périodes de stage en entreprise et d’adapter les enseignements aux filières industrielles locales :

« Ce n’est pas ça l’éducation nationale. On n’est pas là pour s’adapter à ce que veulent les patrons, et les jeunes ne sont pas une main d’œuvre bon marché. Si la réforme passe, il y aura des inégalités régionales dans la carte des formations, moins d’heures de cours pour former les élèves alors qu’ils en ont besoin, y compris pour les filières professionnelles, et moins de postes d’enseignant. »

Pascal Thil, représentant FSU pour les lycées professionnels (Photo Amélie Schaeffer / Rue89 Strasbourg / cc)

D’après Géraldine Delaye, en raison du manque de moyens, de la difficulté du métier et des rémunérations faibles, le secteur connait une crise d’attractivité sans précédent, d’où les difficultés de recrutement. Sur l’année 2021-2022, 65 enseignants ont démissionné dans le premier degré en Alsace.

Article actualisé le 28/11/2022 à 10h44
L'AUTEUR
Thibault Vetter
Thibault Vetter
enquête sur l'hébergement d'urgence, la grande précarité, les pollutions et l'industrie.

En BREF

À Hautepierre, concertation lancée pour un nouveau pont sur la M351

par Loris Rinaldi et Pierre France. 7 114 visites. 3 commentaires.

Maison d’arrêt de Strasbourg : un détenu succombe à ses brûlures après un feu survenu dans une cellule

par Loris Rinaldi. 650 visites. 3 commentaires.

Un festival de banalités pour transformer le Marché de Noël

par Eva Chibane. 3 773 visites. 4 commentaires.
×