Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Non, il n’y pas eu d’affrontements massifs avec la police à Strasbourg début 2017
L'actu 

Non, il n’y pas eu d’affrontements massifs avec la police à Strasbourg début 2017

par Louis Pillot.
Publié le 14 mars 2017.
Imprimé le 24 octobre 2021 à 21:42
4 433 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Depuis mi-février, une carte censée représenter les affrontements entre « les racailles et notre police » est devenue virale. Strasbourg y figure parmi les lieux de heurts. Mais cette carte est fausse, elle ne sert qu’à propager des rumeurs malveillantes, de tensions sociales intenses en France et d’un silence médiatique, forcément complice.

Strasbourg serait-elle une zone d’affrontements entre manifestants et policiers ? On pourrait le croire à la vue d’une carte, partagée massivement sur Internet, via les réseaux sociaux Facebook et Twitter depuis mi-février.

Celle-ci montre une quarantaine de villes soi-disant touchées par des heurts violents, dans le sillage de l’affaire Théo, ce jeune homme de Aulnay-sous-Bois hospitalisé après avoir été blessé par un policier lors d’un contrôle. Strasbourg figure sur cette carte, comme Mulhouse, Lille, Rennes, Paris ou Marseille. La publication s’interroge sur la non-médiatisation (suspectée volontaire) de tels événements.

Cette carte de 2005 est réutilisée en 2017 pour faire croire à des affrontements (capture d’écran Facebook)


Une carte de 2005

En réalité, comme l’a démontré l’initiative de vérification de l’information CrossCheck, dont Rue89 Strasbourg est partenaire, cette carte ne présente pas les affrontements actuels : elle a douze ans. Une vérification a permis de retrouver l’image d’origine, publiée dès novembre 2005 dans un article du tabloïd anglais The Daily Telegraph. L’article n’est aujourd’hui plus en ligne mais on peut également la retrouver dans un article de The iPinions Journal, un média en ligne anglophone d’opinion, qui rendait compte de manière déformée des vagues de révoltes dans les banlieues françaises en 2005.

Déjà à l’époque, cette carte était inexacte : le site Hoaxbuster, spécialisé dans le démantèlement de fausses informations, a retrouvé une infographie du Parisien qui regroupe les véritables lieux d’affrontements en 2005. Strasbourg était concernée comme une cinquantaine de villes.

Carte des affrontements dans les banlieues en 2005 (capture d’écran Le Parisien)


Strasbourg, une « no go zone »

La publication de la fausse carte a été partagée plus de 12 000 fois sur Facebook. Ce n’est pas la première fois que cette fausse carte circule sur Internet depuis sa création. Elle a aussi été reprise par les partisans de Donald Trump aux États-Unis avant son élection en novembre 2016, pour alimenter le fantasme autour des zones de non-droit (ou « no go zones » inventées par la chaîne conservatrice américaine Fox news) en France.

Republiée aujourd’hui, elle est cependant toujours aussi fausse, ce qui ne l’empêche pas d’être partagée et repartagée. Les affrontements entre manifestants et policiers suite à l’affaire Théo sont bien réels, mais ils se sont cantonnées à la région parisienne et Strasbourg n’a jamais été concernée. Seule une manifestation pacifique, ayant regroupé une centaine de personnes le 11 février, a été organisée dans la capitale alsacienne.

L'AUTEUR
Louis Pillot
Stagiaire à la rédaction de Rue89 Strasbourg. Éditeur pour le projet CrossCheck.

En BREF

Reprise de l’usine Aptis : l’offre de Punch rejetée par Alstom

par Maud de Carpentier. 521 visites. 2 commentaires.

Stocamine : la justice annule le stockage illimité des déchets toxiques

par Jean-François Gérard. 1 113 visites. 3 commentaires.

Manifestation des salariés d’Alstom-Aptis : « Il vaut mieux un bon plan social qu’une mauvaise reprise »

par Maël Baudé. 605 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×