Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Les auberges Tom’s Fair House, c’est terminé
L'actu 

Les auberges Tom’s Fair House, c’est terminé

par Claire Gandanger.
Publié le 26 janvier 2018.
Imprimé le 28 novembre 2021 à 09:58
3 406 visites. 2 commentaires.

Les auberges Toms’ Fair House, c’est terminé. L’association de Thomas Fritz et de sa famille a fermé le dernier appartement qu’elle gérait fin 2017.

Les auberges Toms’ Fair House, c’est terminé. L’association de Thomas Fritz et de sa famille a fermé le dernier appartement qu’elle gérait fin 2017. Il y a un an, Rue89 Strasbourg avait suivi cette auberge espagnole, qui mêlait hébergement touristique et social. Thomas Fritz impute la fermeture des auberges aux refus des propriétaires des appartements d’accepter de les déclarer en lieux d’hébergement de touristes, comme l’exige une réglementation municipale. Mais le concept n’aurait de toute façon pas convaincu la famille Fritz. Thomas Fritz explique :

“En 2017, on a fait beaucoup de social, ce qui nous a mis en déficit. C’est une expérience en permanente évolution. Nos appartements étaient de petites tailles, l’interconnexion entre eux ne se faisait pas. On préférerait avoir plusieurs appartements dans le même immeuble, avec un dédié aux touristes, un autre au coworking et un dernier pour de l’hébergement social et d’urgence.”

A l'intérieur d'un appartement de Tom's Fair House (Photo Tom's Fair House / Facebook)
A l’intérieur d’un appartement de Tom’s Fair House (Photo Tom’s Fair House / Facebook)

Départ aux Canaries

Devant le manque d’intérêt de la Ville pour cette idée, Thomas Fritz annonce vouloir désormais passer sous le statut d’une société coopérative d’intérêt collectif. S’il ne change pas d’idée d’ici là. Il nous a été impossible de consulter un rapport d’activité détaillé de l’association. Mais Thomas Fritz ne cache pas que celle-ci lui aurait permis en 2017 de financer à hauteur de 4 000 euros un nouveau projet d’énergies renouvelables aux Canaries, où il s’est installé depuis.

Si les auberges Tom’s Fair House ont bien répondu présentes aux travailleurs sociaux qui leur envoyaient des personnes à la rue l’hiver 2016, Thomas Fritz a dû mettre fin à ce système d’hébergement suite à l’irruption d’une série de problèmes de collaboration et de défaut d’accompagnement dans la petite communauté.

Article actualisé le 19/08/2021 à 15h25 : Le dernier paragraphe de cet article a été modifié en titre du droit à l'oubli de Thomas Fritz.
L'AUTEUR
Claire Gandanger
Claire Gandanger
Journaliste indépendante Intérêts : société, économie de la culture, vie pratique

En BREF

À Reichshoffen, l’usine Alstom reprise par l’Espagnol CAF, préféré par les salariés

par Jean-François Gérard. 673 visites. 2 commentaires.

À Kilstett, des hooligans néonazis se battent en plein centre-ville

par Guillaume Krempp. 13 328 visites. 1 commentaire.

Jeudi, une marche contre les violences sexistes et sexuelles

par Maud de Carpentier. 998 visites. 2 commentaires.
×