Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Frissons et chavirement du cœur avec l’expo musicale Fascination à Altkirch
Aux haz'arts
Étudiants du Master Critique-Essais, nouvelle génération à la rencontre de la scène culturelle strasbourgeoise, nous avons à cœur de mêler regard critique et sensibilité curatoriale sur l'actualité artistique.
Aux haz'arts blogs 

Frissons et chavirement du cœur avec l’expo musicale Fascination à Altkirch

par Reyhan Hessami.
Publié le 19 décembre 2021.
Imprimé le 19 mai 2022 à 18:20
1 133 visites. 3 commentaires.

Benjamin Seror, artiste et performeur lyonnais, s’unit de ses mélodies ainsi que de ses chansons pour faire jaillir nos sentiments au Centre Rhénan d’art contemporain (CRAC) d’Altkirch. La commissaire et directrice de l’établissement, Elfi Turpin, ouvre sa pensée autour d’une exposition fusionnant l’audio et le visuel.

Depuis le mois de novembre, les longs murs blancs du Centre Rhénan d’art contemporain (CRAC) d’Altkirch font résonner la voix de Benjamin Seror dans l’espace. Fascination est le fruit d’années d’échanges et de partages autour du concept d’une « exposition musicale », mais surtout d’une longue amitié entre Elfie Turpin, la directrice de l’établissement du sud de l’Alsace, et Benjamin Seror. Questionnant notre relation immédiate avec la musique, Fascination aborde cette thématique avec confort, simplicité et fragilité.

Benjamin Seror, Depressing Times, 2021. Chanson, vidéo; durée 6’40″. Courtesy de l’artiste. Vue d’exposition au CRAC Alsace par Aurélien Mole.

Réalisées à partir de divers instruments comme le clavier, la guitare, la boîte à rythme, les œuvres Depressing Times, Ne plus redire ne plus revoir, Demain, Second Earth, Stresssssss, Those with the Fake shoes, Relaxer et Mediocre se transforment en titres musicaux dont Benjamin Seror est le compositeur. Les chansons ont été composées et réalisées au cours de la pandémie sauf l’une d’entre elle qui se nomme Demain. « Les chansons datent de deux années d’écriture et d’enregistrement dans le Home studio qu’il a créé dans son atelier », explique Elfi Turpin.

Des chansons percutantes et fortement émotionnelles

Avec une activité d’enseignant en parallèle à son statut d’artiste et performeur, Benjamin Seror a également ouvert la voie aux jeunes créateurs, en valorisant les œuvres de ses anciens étudiants de l’École Supérieure d’Art et Design de Grenoble. Binta Diaw d’Italie, Ru Kim d’Allemagne, Yan Li de Chine, et Sohyun Park de Corée ont donc contribué à l’enrichissement de l’exposition grâce à leurs créations plastiques situées au rez-de-chaussée.

Ru Kim, Œil nez bouche oreille front menton pommette sourcil, 2021. Installation sonore.
Vue de l’exposition Fascination au CRAC Alsace.

Couleur joyeuse, ambiance mélancolique

« Benjamin Seror se décrit comme professeur de frisson plutôt que professeur tout court » , explique Richard Neyroud, chargé des publics et de la communication au CRAC Alsace. Un attribut qui lui correspond bien, car dès le premier étage, les mélodie diffusées nous interpellent dans un environnement atypique. Cette « disco-sentimentale », comme il le décrit lui-même, n’est pas chaotique. Une forme d’harmonie se dégage de l’exposition : même son journal adopte la forme d’un livret musical.

Benjamin Seror, Second Earth, 2021. Chanson, vidéo; durée 6’09 ». Courtesy de l’artiste.
Vue d’exposition au CRAC Alsace par Aurélien Mole

Chaque œuvre est accompagnée d’un son associé à des projections de fleurs colorées sur des grands écrans télévisés ou des installations plastiques condensées, spécifiques à chaque musique. Le tout s’harmonise avec des lumières scintillantes et multicolores dans les recoins de l’espace qui a l’allure d’un club de disco solitaire où le visiteur est portés par des paroles tristes et mélancoliques posées sur des rythmes enjoués.

Je ne veux plus mentir au soir

Lui dire que tout va bien

Tout reprendre le sourire vain

Prétendre encore et encore

Le jour finit encore une fois

Et comme toujours rien ne change

Je vais encore mentir au soir




(Extrait de la chanson Won’t repeat, won’t see again traduit par Benjamin Seror et Thomas Patier).

Ce texte semble nous être destiné. Won’t repeat, won’t see again est une œuvre dont la mélodie reste dans la tête pour quelques jours. C’est l’une des rares à avoir été interprétée à la fois en français et anglais. Accompagnée d’une projection lumineuse de couleur magenta, la fleur de rose figurant sur l’écran, immerge le spectateur dans une tristesse. La voix de Benjamin Seror accentue la phrase : « Ne plus redire, ne plus revoir » pour nourrir le cœur de son interlocuteur. Il interpelle le public à écouter la voix des plus démunies et fragiles.

Ce qui hurle, mais ne s’entend pas

Elfi Turpin explique que Benjamin Seror s’est inspiré de l’image de l’actrice interprétant la Mère Courage en 1957 :

« Il y a une histoire de cri dans l’œuvre de Benjamin, tout comme celle de la Mère Courage. Des injustices et des obstacles subis, qui s’extériorisent par l’image d’un cri mué. Qu’est-ce qu’on entend de son cri ? »

Prise à l’occasion de la pièce de théâtre de Bertolt Brecht créé en 1941, le portrait en noir et blanc montre Hélène Weigel hurlant, les yeux fermés. La photo symbolise l’accablement des innocents et de leurs vies rompues, causé par l’Homme.

D’une manière intuitive, Benjamin Seror devient le porte-parole d’une nature oubliée au détriment de son apparence. En chantant, il devient l’intermédiaire entre le public et les sentiments des voix silencieuses qui fredonnent le désespoir.

Voir tous les articles de ce blog
Article actualisé le 27/12/2021 à 15h03
L'AUTEUR
Reyhan Hessami
Étudiante du master critique - essai de l'Université de Strasbourg

En BREF

Délai supplémentaire pour le squat Bourgogne, qui accueille une centaine de sans-abris

par Thibault Vetter. 1 161 visites. 4 commentaires.

Ateliers Ouverts : dans toute l’Alsace, des artistes dévoilent leur travail les week-ends du 14 et du 21 mai

par Alizée Chebboub-Courtin. 1 092 visites. 2 commentaires.

Le déontologue pointe un manque de transparence de la municipalité

par Pierre France. 1 340 visites. 2 commentaires.
×