Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
[Entretien] Gilles Mischler, Alsacien et premier employé français de Facebook
Société 

[Entretien] Gilles Mischler, Alsacien et premier employé français de Facebook

par Pierre France.
Publié le 12 mars 2014.
Imprimé le 17 juin 2021 à 07:51
15 432 visites. 7 commentaires.
Gilles Mischler a été le 20e employé de Facebook (Photo Nicolas Gall / Rue89 Strasbourg)

Gilles Mischler a été le 20e employé de Facebook (Photo Nicolas Gall / Rue89 Strasbourg)

Enfant d’Hochfelden, Gilles Mischler est parti à San Francisco en 2000 pour son stage de fin d’études. En mai 2005, il est le 20e employé d’une start-up qui débute, Facebook. Il y restera presque cinq ans. Il a bâti les fondations du réseau social mondial et il raconte ces années folles.

Quand Gilles Mischler, qui a passé son enfance sur les hauteurs d’Hochfelden, est parti travailler aux États-Unis en 2000, son père a été très déçu : habituellement, les Alsaciens qui réussissent vont en Allemagne pour avoir un meilleur salaire. Mais après le lycée Couffignal à Strasbourg et des études à l’Esigetel près de Paris, Gilles Mischler ne se voyait pas ingénieur réseau dans une grande entreprise allemande. Il a préféré une start-up californienne, Center Price, pour accueillir son stage de fin d’études.

Après l’éclatement de la bulle Internet et le plantage de trois start-ups qui l’avaient embauché, Gilles Mischler parle beaucoup mieux anglais, mais en a un peu marre des start-ups. Abbott Laboratories, une très importante société médicale, lui fait les yeux doux mais lui ne se voit toujours pas affecté à la maintenance du réseau d’une grande entreprise. Il donne une dernière chance aux start-ups californiennes et le 15 mai 2005, il débarque au 471 Emmerson Street à Palo Alto (Californie) pour un entretien d’embauche.

Un réseau social pour les étudiants

Cette dernière start-up vient de lever 12,7 millions de dollars d’Accel Partners, son objectif est de construire un réseau social pour les étudiants appelé Facebook. Gilles Mischler a rendez-vous à 9 heures, mais personne n’est présent pour l’accueillir. Les bureaux sont sens dessus dessous, des « red cups« , reliquats d’une soirée arrosée, sont encore sur tous les bureaux. Il s’enquiert de Taner Halicioglu, le n°4 de Facebook avec qui il a rendez-vous. On lui répond qu’il dort probablement, et qu’il vaut mieux repasser dans une heure.

Quand il revient, il rencontre successivement Mark Zuckerberg et tous les fondateurs du site. Son boulot ? Faire évoluer la messagerie interne de Facebook. Il a deux semaines pour terminer cette mission. S’il réussit, il est embauché. Gilles Mischler y passera quelques nuits mais il livre la nouvelle messagerie en 14 jours. Quand son père apprend que Gilles Mischler travaille dans « un site pour que les étudiants rencontrent leur copine », il est désespéré.

Volontiers blagueur, Gilles Mischler a gardé de bons souvenirs de sa période au sein du premier réseau social mondial (Photo Nicolas Gall / Rue89 Strasbourg)

Volontiers blagueur, Gilles Mischler a gardé de bons souvenirs de sa période au sein du premier réseau social mondial (Photo Nicolas Gall / Rue89 Strasbourg)

« On ne parvenait pas à installer des serveurs assez vite »

Rencontré à l’occasion de son passage en Alsace, il se souvient des débuts de Facebook :

« Tout est allé très vite. En un an, on est passés de 20 à 110 employés. Au début, il y avait une ambiance bizarre… On était réservé aux étudiants et on était derrière MySpace. On enregistrait un million de nouveaux utilisateurs par mois, eux 10 par semaine ! Mais nos utilisateurs restaient plus longtemps, on savait qu’on était tous sur un bon cheval. On était tous très motivés. Pour les fondateurs de Facebook, il était impensable qu’on ne soit pas le premier réseau social. Puis News Corp a racheté MySpace et ça a été le début de leur déclin, les utilisateurs se sont massivement reportés chez nous. J’étais chargé d’installer des serveurs pour que le site réponde… mais notre équipe ne parvenait pas à installer des serveurs assez vite ! Je me souviens d’être assis par terre dans la salle machines, à surveiller la température tandis qu’on exploitait la salle à 110% de sa capacité ! Je courrais partout pour débrancher des serveurs avant qu’ils ne surchauffent. »

Lorsque Gilles Mischler est entré à Facebook, l’entreprise n’était qu’une petite PME. Plus d’une fois, il est allé acheter avec sa carte bancaire une dizaine d’ordinateurs à l’Apple Store du coin pour les nouveaux employés… Le contrat qu’il signe alors est standard, un salaire annuel de 85 000$ et des options sur les actions de l’entreprise (stock options) à 3 cents l’action. Elles valent aujourd’hui environ 72$. Gilles Mischler ne comprendra qu’il est riche qu’à la projection de « The Social Network » en 2010 :

« Tous les jours, je regarde le cours de l’action. Toutes les banques sont venues me voir, dont Goldman Sachs ou JP Morgan. Mais je suis resté avec ma petite banque locale qui gère mon stock d’actions très bien. Le truc est d’en conserver un maximum tout en vendant une petite partie aux bons moments. À propos de The Social Network, Mark Zuckerberg est bien plus sympa qu’il n’est décrit dans le film. Et il y avait d’ailleurs intérêt parce qu’âgé de moins de 21 ans, il avait besoin de nous, les operations managers, qui avions la trentaine, pour boire de l’alcool. »

Un bug et tout était à recommencer

Sous l’impulsion des fonds d’investissements, qui ont placé leurs conseillers, Facebook s’est rapidement professionnalisé. Gilles Mischler se souvient :

« Au début, on installait 30 racks (1 200 serveurs) en un mois et quand je suis parti, on était capables d’installer 125 racks en 48 heures (5 000 serveurs). On avait conçu un programme appelé Faceboot qui s’occupait de tout… Tout allait très vite. On achetait les espaces dans les centres de données par tranches de 6 mégawatts (de 30 à 40 000 serveurs) et on n’en avait jamais assez. Je me souviens qu’un temps, on espérait pouvoir souffler parce qu’on avait une capacité d’accueil en avance de six mois par rapport aux prévisions de trafic. Mais il y a eu un changement dans l’affichage du newsfeed (la page principale de Facebook) et dans la nuit, nous nous sommes retrouvés à avoir trois mois de retard ! »

Chargé de l’infrastructure réseau, Gilles Mischler a établi ses quartiers dans le centre de données de 1 300 m² à San Francisco, tout près des quelques premiers pétabytes de stockage (des millions de millions d’octets) de Facebook. Photos d’anniversaire, d’Halloween ou du dernier bambin, messages publics ou privés que s’échangent les utilisateurs du réseau social, tout arrivait à quelques mètres de Gilles Mischler, dont le travail consistait à faire en sorte que ces millions d’opérations effectuées chaque seconde se déroulent sans accroc.

Ça n’a pas toujours été le cas. Gilles Mischler a des souvenirs précis de nuits qu’il a dû passer au milieu des ordinateurs, lorsqu’une fois un bug avait planté toute la messagerie : « Pendant un temps, Mark Zuckerberg n’avait plus d’email. Je peux vous dire qu’on a réglé ça très très rapidement et qu’on était tous dessus » ou lorsque les photos des utilisateurs sont devenues introuvables à la suite d’une mise à jour mal contrôlée…

Gilles Mischler reprend du service chez Dropbox, en ne s'interdisant pas d'investir ici ou là (Photo Nicolas Gall / Rue89 Strasbourg)

Gilles Mischler reprend du service chez Dropbox, en ne s’interdisant pas d’investir ici ou là (Photo Nicolas Gall / Rue89 Strasbourg)

« Vous travaillez ici M. Mischler ? »

Gilles Mischler a rencontré sa femme Irma en Californie et fonde une famille américaine dotée de deux enfants. Il souffle un peu lors de congés, exceptionnellement généreux à Facebook, 21 jours, soit quatre semaines, deux de plus que la plupart des Américains. Mais un jour, alors qu’il retourne au siège de Facebook à Palo Alto, il se rend compte que plus personne ne le connait !

« Au bout d’un moment, ceux qui sont arrivés au début, les « généralistes », on gênait un peu. Tout devenait très spécialisé, les tâches ont été extrêmement segmentées. On était un peu coincés. Et puis Facebook n’était plus une start-up à cette époque, mais l’un des géants du web. Enfin, tu disposes de toutes tes options d’achat sur les actions après un peu plus de quatre ans passés dans l’entreprise. C’est un cycle qui se terminait. »

Gilles Mischler quitte donc Facebook après quatre ans et sept mois dans la plus fulgurante réussite d’Internet à ce jour. Après quelques temps chez Nokia, il s’est réinstallé dans le sud de la France et investit au gré de ses envies :

« J’ai quand même mon cœur en France et puis mes enfants parlaient mal le français. Mais impossible pour Irma, qui est à moitié salvadorienne, de s’acclimater avec les températures alsaciennes. Et l’idée d’avoir toute la famille dans un rayon de 20 kilomètres, ça ne lui disait pas trop non plus… Donc on habite dans le sud de la France et je regarde ce qui me plait, We Love Words, un réseau social d’auteurs par exemple et le développement d’une fourche révolutionnaire pour les motos. »

Les Français bien vus par les Américains

Gilles Mischler a gardé un œil sur la France pendant toutes ces années. Les reculades sur la vente de Dailymotion à Yahoo! l’ont fait sourire :

« Les Américains apprécient les Français, qu’ils considèrent comme des bosseurs et de très bons généralistes. Ce ne sont pas les compétences qui manquent en France, les blocages proviennent plus d’une présence trop forte de l’administration et de l’État. Comme par exemple pour la démarche French Tech, une bonne idée mais j’ai vu le fonctionnaire chargé de vendre le concept aux entrepreneurs du sud de la France et il ne m’aurait pas du tout donné envie… »

Mais l’univers d’Internet le rattrape, il retourne à San Francisco fin mars pour rejoindre Dropbox, un service de stockage en ligne fondé en 2007 et qui emploie déjà plus de 500 personnes. Il y retrouvera d’anciens collègues de Facebook :

« Je suis allé à la fête des 150 premiers de Facebook, alors que je me trouvais à San Francisco pour mon entretien d’embauche à Dropbox. J’ai revu plein d’anciens collègues de mon époque, qui ne font pas grand chose aujourd’hui et qui ne comprennent pas toujours pourquoi moi je continue à travailler… D’un autre côté, je retrouverai à Dropbox mon ancien patron de Facebook et une douzaine d’anciens collègues. »

Toujours près d’Hochfelden, le père de Gilles Mischler a changé d’avis sur les choix professionnels de son fils. Il a suivi des cours d’anglais, et s’est inscrit sur Facebook.

Aller plus loin

Sur Business Insider : qui sont les 20 premiers employés de Facebook (en anglais)

WhoOwnsFacebook : un site pour savoir à qui appartient Facebook

Article actualisé le 16/05/2014 à 10h47
L'AUTEUR
Pierre France
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Interpellés pour terrorisme puis relâchés, quatre nouveaux Tchétchènes stigmatisés

par Stéphanie Wenger. 1 900 visites. 8 commentaires.

La Maison des associations condamnée pour le licenciement d’une salariée victime de harcèlement sexuel

par Pierre France. 891 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Zoo de l’Orangerie : la Ville veut obtenir de l’association gestionnaire la libération des animaux sauvages

par Manuel Magrez. 3 336 visites. 12 commentaires.
×