Épuisés, les interprètes du Parlement européen coupent le son
Société 

Épuisés, les interprètes du Parlement européen coupent le son

Leur mouvement de grève est inédit, mais les interprètes du Parlement européen, à bout, n’ont pas trouvé de meilleur moyen pour faire entendre leur voix. Leurs conditions de travail se sont vues soudainement dégradées : temps en cabine rallongés, pauses bien trop courtes ou beaucoup trop longues, les interprètes craignent des burn-outs généralisés. Réquisitionnés, ils sont contraints de travailler même s’ils sont à 90% en grève. La situation est explosive et l’institution bien décidée à taire le conflit. Rencontre avec les « voix » du Parlement européen.

Derrière des vitres fumées, ils se distinguent à peine dans l’hémicycle du Parlement européen ou dans les salles de réunion des commissions parlementaires. Il faut s’approcher de très près pour voir leurs lèvres bouger, souvent à la vitesse de l’éclair, ou croiser leur regard toujours si concentré. Les interprètes du Parlement européen – 259 fonctionnaires et plus de 2 000 indépendants au total, qui forment le plus grand service d’interprétation du monde – sont des femmes et des hommes de l’ombre. Ils en sortent depuis mardi 5 juin pour faire entendre leurs voix cette fois, leurs mots à eux. Ils sont en grève à 90% pendant la session plénière de juin. Et comme ils l’ont rappelé à l’envi, sur des pancartes à l’attention des eurodéputés : « Sans ma voix, tu n’as plus ton mot à dire ! »

L'hémicycle du Parlement européen à Strasbourg, vu depuis une cabine d'interprètes. (Photo CS / Rue89 Strasbourg / cc)

L’hémicycle du Parlement européen à Strasbourg, vu depuis une cabine d’interprètes. (Photo CS / Rue89 Strasbourg / cc)

De cela, les députés sont tout à fait conscients. Une grande majorité d’entre eux soutient le combat des interprètes, dont les revendications ne concernent ni le salaire, ni le statut, mais les conditions de travail. Car les élus le savent : c’est grâce à eux que les débats, discours et autres interventions sont disponibles dans chacune des 24 langues officielles de l’UE… ce qui représente pas moins de 552 combinaisons possibles. Concrètement, une cabine compte trois interprètes. Ensemble, ils couvrent déjà un certain nombre de langues puisqu’un interprète sait souvent parler jusqu’à quatre, cinq ou six langues. Si la bonne langue manque malgré tout, le trio peut alors « se brancher » sur une autre cabine, et procéder malgré tout à la traduction de l’intervention, « en relais ».

Perpétuellement sur le qui-vive

Alors, mardi matin, le temps d’une opération coup de poing, l’eurodéputé Édouard Martin (PSE) a emmené avec lui une poignée de ses collègues jusqu’à la cabine technique de l’hémicycle, où le petit groupe de soutien aux interprètes a tout bonnement coupé le courant, fermant ainsi les micros et retardant le début de la session plénière. Le président du Parlement, Antonio Tajani (un homme politique issue de la droite italienne, un proche de Silvio Berlusconi) a vivement « regretté que des députés jouent les syndicalistes ». Pas de quoi impressionner Édouard Martin, ancien syndicaliste lui-même, qui rappelle combien le travail des interprètes est précieux :

« Je ne travaille qu’en français, même si j’ai pris des cours d’anglais. Et je continuerai toujours d’exiger une interprétation ! Les interprètes ne font pas du mot à mot, ils interprètent et retransmettent une idée, bref, ils sont essentiels au bon fonctionnement de ce Parlement européen qui n’a de cesse de revendiquer le multilinguisme. »

Les interprètes considèrent que les réquisitions, auxquelles l'administration du Parlement a procédé ces dernières semaines, font à l’encontre de leur droit de grève. (Photo CS / Rue89 Strasbourg / cc)

Les interprètes considèrent que les réquisitions, auxquelles l’administration du Parlement a procédé ces dernières semaines, vont à l’encontre de leur droit de grève. (Photo CS / Rue89 Strasbourg / cc)

Une interprète, qui officie dans l’institution depuis plus de vingt ans en tant qu’indépendante, explique :

« Il n’y a rien de pire qu’une mauvaise interprétation ! Parfois, les députés lisent à tout blinde, ils ont un texte préparé à l’avance, n’improvisent pas du tout. Et puis, avec tous les partis d’extrême-droite, nous sommes perpétuellement sur le qui-vive. Ils usent et abusent d’humour noir, ils sont dans la provoc’, dans l’insulte. Nous, on a toujours peur de faire une boulette, de mal comprendre quelque chose, de ne pas saisir l’ironie… Il faut toujours s’assurer que les propos sont cohérents, logiques, et pour réussir à faire cela, nous devons être au top de nos capacités en permanence. »

« Maintenant, ça suffit ! »

Aucun doute, l’exercice de l’interprétation demande une concentration hors-norme. Dès lors, les interprètes réclament que la durée quotidienne passée dans la cabine soit limitée à sept heures et demie, alors que la direction du Parlement veut l’augmenter de sept à huit heures, dans le souci de faire des économies. Le service de l’interprétariat coûte quelque 50 millions d’euros au Parlement européen chaque année (salaires des interprètes, techniciens, matériel et formations compris). Les interprètes souhaitent aussi ne pas être affectés à plus de deux missions d’interprétation en soirée chaque semaine, et que le temps entre leur première mission de la journée et leur dernière n’excède pas onze heures.

Une interprète, qui travaille à partir d’une langue d’Europe de l’Est, explique :

« Interpréter huit heures par jour, c’est compliqué… C’est impossible, en fait. C’est sûr et certain que le nombre d’arrêts maladie va monter en flèche. Vous savez, il y a déjà eu deux cas d’infarctus dans notre équipe. Difficile d’établir un lien certain avec le travail, mais ce qui est clair, c’est que le niveau de stress auquel nous sommes soumis est innommable, intolérable. »

La grève entamée par les interprètes du Parlement européen a commencé le mardi 5 juin à 14 heures. Et leur grogne ne faiblit pas. (Photo CS / Rue89 Strasbourg / cc)

La grève entamée par les interprètes du Parlement européen a commencé le mardi 5 juin à 14 heures. Et leur grogne ne faiblit pas. (Photo CS / Rue89 Strasbourg / cc)

Mais face à ces appels de détresse, l’administration du Parlement européen fait la sourde oreille. Depuis le début du conflit, aucun dialogue n’a été instauré. Pourtant, les interprètes ne réclament que cela. Un homme, en particulier, est pointé du doigt : le secrétaire général de l’institution, l’Allemand Klaus Welle. Édouard Martin en dresse un portrait peu flatteur :

« Il gère le Parlement européen comme une entreprise. Mais s’il faisait 10% de ce qu’il fait ici dans une entreprise privée, il se ramasserait des grèves tous les deux jours ! À-t-il déjà passé quatre heures dans une cabine d’interprétation pour se rendre compte du travail qui y est fourni ? »

Les interprètes regrettent que de nouvelles conditions de travail leur aient été imposées unilatéralement par l'administration du Parlement européen, sans consultations préalables. (Capture d'écran)

Les interprètes regrettent que de nouvelles conditions de travail leur aient été imposées unilatéralement par l’administration du Parlement européen. (Capture d’écran)

Sa collègue Pervenche Berès (PSE), qui siège au Parlement européen depuis 1994, n’est pas plus enthousiaste :

« M. Welle ne serait pas contre le monolinguisme au sein du Parlement. Faire des économies là-dessus l’arrange. Il veut se rapprocher du modèle du Congrès ; il préfère dépenser son budget autrement que dans l’interprétation, comme en commandant des études qui font plaisir à leurs auteurs et aident, soi-disant, le travail parlementaire… »

Comme bon nombre de ses collègues, la députée européenne Pervenche Béres porte un badge « we are not robots » pour afficher son soutien aux interprètes. (Photo CS / Rue89 Strasbourg / cc)

Comme bon nombre de ses collègues, la députée européenne Pervenche Berès porte un badge « We are not robots » pour afficher son soutien aux interprètes. (Photo CS / Rue89 Strasbourg / cc)

Une interprète, qui vit à Strasbourg depuis plus de vingt ans, résume la situation :

« C’est la dégradation progressive des relations avec l’administration qui a mené à ces décisions radicales, car les propositions inacceptables se sont enchaînées. On ne se met pas en grève de gaieté de cœur, c’est sûr, ce mouvement est totalement inédit et pas franchement dans notre nature, mais un grand nombre d’entre nous a l’impression d’être face à un mur. Maintenant, ça suffit ! Le but, ce n’est quand même pas d’avoir toutes ses synapses grillées après chaque réunion à interpréter ! Car on ne récupère pas de la fatigue intellectuelle avec une nuit de sommeil… Donc il ne faut pas trop pousser le bouchon. »

Partout dans le Parlement, tracts et communiqués informent de cette grève sans précédent dans l’institution. (Photo CS / Rue89 Strasbourg / cc)

Partout dans le Parlement, tracts et communiqués informent de cette grève sans précédent dans l’institution. (Photo CS / Rue89 Strasbourg / cc)

L’une de ses collègues, qui habite également dans la région, témoigne à son tour (anonymement, toujours, car tous les interprètes rappellent que leur hiérarchie leur a bien fait comprendre qu’ils ne devaient pas s’exprimer ouvertement sur le sujet…) :

« Beaucoup d’entre nous n’ont plus envie, tout simplement. L’usure, la démotivation, la morosité sont palpables, visibles. D’autant que face à nous, l’administration tient un discours délétère : à les entendre, on se tourne les pouces toute la journée. Pour eux, c’est simple : on est des pions, des numéros. Ils peuvent faire ce qu’ils veulent de nous, changer nos horaires au dernier moment. La pire galère des plénières à Strasbourg, c’est la garde des enfants. On nous dit qu’on va finir à 18h, et finalement, c’est beaucoup plus tard. Parfois aussi, on est supposé finir à 21h, mais on nous ré-affecte à un autre créneau, alors on est libre le soir, mais la nounou est déjà prévenue… »

Éviter un nivellement par le bas

De plus, selon les interprètes, l’administration a tendance à ne se pencher que sur « la partie émergée de l’iceberg », à savoir le temps en cabine. Les temps de préparation aux réunions, notamment, ne seraient pas pris en compte. Or parler de pêche, de transport, de marchés financiers ou de recherche spatiale, en maîtrisant tout le vocabulaire technique afférent dans plusieurs langues, ne s’invente pas.

Pour veiller à ce que les travaux, notamment pendant la session plénière à Strasbourg, ne soient pas perturbés, le Parlement européen a choisi de réquisitionner les interprètes. (Photo CS / Rue89 Strasbourg / cc)

Pour veiller à ce que les travaux, notamment pendant la session plénière à Strasbourg, ne soient pas perturbés, le Parlement européen a choisi de réquisitionner les interprètes. (Photo CS / Rue89 Strasbourg / cc)

Alors, la déception pointe dans la voix de bon nombre d’interprètes. Beaucoup voyaient le Parlement européen comme une « maison exemplaire », accomplissaient »un rêve » en y étant recrutés. Nombreux sont ceux qui disent « adorer la politique », « aimer les débats » : le Parlement avait tout pour leur plaire. Mais même si plusieurs d’entre eux se sentent des « privilégiés » parmi la profession, ils craignent pour leur santé et parlent tantôt d' »épuisement », de « stress intense » ou de « machine à broyer ». « On n’est pas des robots », rappellent-ils régulièrement.

Timides ouvertures de l’administration

Qui plus est, aux yeux de certains interprètes, le combat qu’ils mènent aujourd’hui au sein du Parlement européen sert à toute la profession. « Sur le marché privé, les conditions sont plus difficiles encore. Alors si nous, on accepte de lâcher du lest, cela engendrerait un nivellement par le bas pour tout le secteur », insiste une interprète.

Mercredi 11 juillet, le secrétaire général Klaus Welle et le président du Parlement Antonio Tajani ont enfin accepté une réunion avec les représentants syndicaux des interprètes. Côté Parlement européen, on se veut optimiste : « En se réunissant toute une journée, on va parvenir à un accord, c’est certain. » Les interprètes, eux, ont déjà prévenu : « On ne lâchera rien ! »

L'AUTEUR
Céline Schoen
Céline Schoen
Européenne.

En BREF

Le bar La Solidarité vandalisé dimanche soir

par Judith Barbe. 1 605 visites. 2 commentaires.

Coupe du monde : Strasbourg en fête après la victoire des Bleus!

par Guillaume Krempp avec Jean-François Gérard. 2 980 visites. 2 commentaires.

Ouverture d’une enquête judiciaire sur la mort de Naomi Musenga

par Jean-François Gérard. 1 761 visites. 2 commentaires.