Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Ils hébergent des sans-abris : « Si chacun fait quelque chose, on va y arriver »
Société 

Ils hébergent des sans-abris : « Si chacun fait quelque chose, on va y arriver »

par Déborah Liss.
Publié le 30 novembre 2021.
Imprimé le 22 mai 2022 à 22:24
4 086 visites. 6 commentaires.

JRS : la solution ficelée des cathos pour accompagner un demandeur d’asile

De son côté, JRS Welcome (pour Jesuit Refugee Service) propose aussi un cadre pour héberger des personnes seules. Mais en l’occurrence, exclusivement des demandeurs d’asile, pendant le temps que dure leur procédure.

« On parle plutôt de mise à l’abri d’ailleurs », explique Thomas Chandesris, coordinateur de l’antenne strasbourgeoise. « Car aussitôt qu’une place se libère dans les structures d’hébergement officielles, la personne sort de notre dispositif ». La mise à l’abri peut donc durer six à neuf mois, pendant lesquels six ou sept foyers accueillent à tour de rôle ces demandeurs d’asile, pour des périodes allant de six à huit semaines. Le critère le plus important : avoir une chambre à proposer et pas seulement un canapé.

C’est ainsi que Maëlys, jeune retraitée dont les enfants ont quitté le domicile, a pu accueillir trois demandeurs d’asile à quelques mois d’intervalle entre 2019 et 2020 (deux hommes et une femme), dans son appartement du Conseil des XV. Le fait que JRS soit une « structure solide » qui « fonctionne à l’international » l’a rassurée :

« On est accompagné par une personne tierce, on ne se sent pas seul, il y a tout un réseau. »

Au début de l’aventure en février 2018, 40 familles s’étaient engagées. JRS Strasbourg avait pu faire accueillir six demandeurs et demandeuses d’asile. Depuis, il y a eu le covid, l’arrêt total du dispositif à l’été 2020… et une timide reprise cet automne, explique Thomas Chandesris :

« Un planning (une boucle d’accueil, NDLR) est rempli, le deuxième est en train de se boucler et nous allons peut-être pouvoir en faire un troisième. »

Thomas Chandesris est coordinateur depuis le début de l’aventure strasbourgeoise, Maëlys est une hébergeante chevronnée qui a rejoint les bénévoles organisateurs/coordinateurs (Photo DL / Rue89 Strasbourg).

Une fois les craintes passées, des rencontres qui marquent

En témoignant, Maëlys espère apaiser les craintes que le citoyen lambda pourrait avoir en ouvrant ses portes à un ou une totale inconnue :

« C’est vrai qu’on peut se demander si on va y arriver, ou si on aura des choses à se dire, ou tout simplement ce que ça va être d’avoir quelqu’un qui va s’installer chez nous, occuper la cuisine, etc. Mais pour nous, ça s’est toujours super bien passé. Grâce à la convention JRS, on détermine si on s’engage à des repas partagés, si la personne aura sa propre clé, etc. »

Elle retient des rencontres avec des personnalités « très différentes » :

« Tous venaient d’Afrique subsaharienne, un jeune homme était musulman, l’autre chrétien… Il nous a beaucoup parlé de la situation politique de son pays. Si la jeune femme parlait beaucoup moins, ils étaient tous très sympas et respectueux. »

Maëlys a aussi aimé créer des liens avec les différentes familles d’accueil, sentir une émulation collective avec des gens qui, comme elle, considèrent qu’il est nécessaire d’accueillir des personnes dans le besoin.

L'AUTEUR
Déborah Liss
Pigiste. Je travaille sur des sujets de société, les questions féministes et d'inclusion. Et le franco-allemand, parfois !

En BREF

Le port autonome lance une procédure d’urgence pour faire expulser le squat quai Jacoutot

par Thibault Vetter. 715 visites. 3 commentaires.

Électricité de Strasbourg protègera finalement ses clients contre la hausse des prix du gaz

par Laurence George. 1 141 visites. 2 commentaires.

Match Scherwiller contre Neudorf : le district Alsace ne retient pas les propos racistes

par Guillaume Krempp. 1 552 visites. 1 commentaire.
×