Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
IDFIX: Fô qu’IDgage !
Tribune 

IDFIX: Fô qu’IDgage !

par Nicolas Hecquet.
Publié le 24 mars 2013.
Imprimé le 04 février 2023 à 02:48
123 commentaires.
La Semencerie, rue du Ban de la Roche

La Semencerie, rue du Ban de la Roche (photo NH/Rue89 Strasbourg)

« IDFIX » : ce tag gangrène de plus en plus les murs de Strasbourg. Et s’il fallait un seul terme pour qualifier ces cinq lettres, celui d’ordure conviendrait parfaitement. Son auteur les jette ici ou là et semble ressentir une certaine jouissance à souiller les murs de la ville. Si le tag a surgi ostensiblement en automne dernier, il n’est pourtant pas nouveau.

Voilà peut-être un peu plus d’un an que j’ai aperçu pour la première fois le tag. Je ne sais plus exactement quand et où. Evidemment, mon cerveau, après l’avoir remarqué, s’est sans doute empressé de l’oublier. Car on ne peut pas dire que le tag «IDFIX », sous l’expression d’un entêtement abruti par l’atrophie du langage « sms-kikoo-lol », brille par l’ingéniosité de sa calligraphie. Sur FlickR, un photographe lui a même décerné le titre de « worst tag artist in Strasbourg ».

Mais sans doute l’ai-je croisé une ou deux fois encore en ressentant moins de l’aversion qu’une envie de réfléchir à son sens. Car je ne suis pas réticent du tout à l’art urbain. Les œuvres de Banksy, par exemple, sont celles d’un génie, intelligentes, provocatrices parfois mais toujours poétiques.

Rue Thomann

Rue Thomann (photo NH/Rue89 Strasbourg)

 

Rue du Fossé des treize

Rue du Fossé des treize (photo NH/Rue89 Strasbourg)

Face à ces « IDFIX », j’ai aussi cru comprendre un message provocateur à l’adresse des personnes trop réactionnaires. L’évolution des pensées, et pour ainsi dire la pensée évolutive, est bien meilleure et bénéfique que la complaisance dans des idées asthéniques. En somme, j’y voyais une exhortation à abandonner les idées fixes qui éperonnent de temps en temps notre cerveau alangui.

Sauf que le message ne passe plus au-delà d’une certaine bienséance. Concrètement, revoir le tag sur un véhicule d’entreprise a ruiné toute la sympathie que je pouvais généreusement accorder à quelqu’un qui m’a permis, un certain moment, de réfléchir. Après avoir rencontré de nouveau le tag sur les wagons de fret au port du Rhin, le coup suprême m’a été asséné lorsque j’ai vu que la porte d’entrée de mon immeuble en avait été « gratifiée ».

IDFIX et autres tags

IDFIX et autres tags (photo NH/Rue89 Strasbourg)

L’auteur du tag, si l’on ne peut pas dire vandale (voir le statut juridique du street art en France) a franchi une limite qui l’inscrit dans une toute autre démarche.

Il ne s’agit plus d’essaimer  quelques réflexions succinctes. En dégradant n’importe quel bien public ou privé, le taggueur est entré dans une course à la popularité. Il tague les murs comme les chiens pissent contre les arbres. Tout est bon pour marquer son territoire. Le tag, ou le « blaze » selon le glossaire des graffeurs, est alors une sorte d’autographe minimal imposé à la vue de tous. IDFIX, dans son tag le plus riche, se dit être un « serpent » (photo Flickr). Peut-être sa queue frétille-t-elle à chaque nouvelle signature…

Et malheureusement, la popularité se fait sentir. Sur Webstagram, il est possible de suivre le hashtag  « #IDFIX ».  Leur profusion fut même à l’origine d’un « challenge ». L’objectif : partager le plus de photos des réalisations sauvages. La « chasse aux trésors » de l’instagrameuse @mélaniie67 lui a permis de remporter haut la main le défi (voir le montage photo). Mais ce genre de pratique n’a pas bonne presse dans le monde des graffeurs professionnels. Dans un précédent article (voir l’article de Rue89 Strasbourg), un vétéran dénonçait :

« Ce genre de tags décrédibilise le graff. Les gens retiennent ces tags, qui souvent dégradent l’espace public avec peu de recherche artistique, et ne pensent pas aux dizaines de fresques qu’ils ont vu et appréciées ».

Face à la Place Broglie

Face à la Place Broglie (photo NH/Rue89 Strasbourg)

Chantier du nouveau Printemps

Chantier du nouveau Printemps (photo NH/Rue89 Strasbourg)

La quête de renommée est malheureusement nourrie par une émulation bête et méchante. IDFIX a trouvé des rivaux : OLAFF, VOMITO, EKLER entres autres… Et la chasse au territoire ne concerne plus que les murs longeant les chemins de fer, elle se mène au centre ville.

Et bientôt quoi ? Verrons-nous des tags immondes sur les façades de bâtiments historiques, ou à l’intérieur de nos immeubles ? Pourvu que les tagueurs ne se soient pas lancés dans une course sans limite. Car la rivalité de « gangs » peut aller loin dans l’art de salir les villes. Sao Paulo est l’exemple par excellence. Les pixaçãos sont partout. (voir cette vidéo).

Article actualisé le 19/05/2017 à 02h14
L'AUTEUR
Nicolas Hecquet
Nicolas Hecquet
Journaliste pigiste. Articles culture et société.

En BREF

Après un accident mortel, une marche organisée vendredi pour des routes moins dangereuses à Cronenbourg

par Pierre France. 807 visites. 4 commentaires.

Réforme des retraites : près de 20 000 manifestants à Strasbourg ce mardi 31 janvier

par Guillaume Krempp. 6 671 visites. 9 commentaires.

Le budget de crise de la Ville de Strasbourg en débat au conseil municipal

par Pierre France. 885 visites. 5 commentaires.
×