J’ai perdu mon corps: un film d’animation à fleur de peau
Rives et Toiles
L'actualité du cinéma à Strasbourg, laissez vous guider et n'ayez pas peur, j'ai l'habitude.
blogs  Rives et Toiles 

J’ai perdu mon corps: un film d’animation à fleur de peau

actualisé le 15/11/2019 à 17h50

Pour J’ai perdu mon corps, le réalisateur français Jérémy Clapin a reçu le Grand Prix Nespresso de la Semaine de la Critique à Cannes. Dans ce long-métrage d’animation, une main part en quête du reste de son corps, celui d’un jeune homme qui tente de se reconstruire face à un destin qui a mal tourné.

Une main s’échappe, très agile, d’un laboratoire. Elle part à la recherche de son corps comme l’indique le titre du premier long-métrage de Jérémy Clapin, J’ai perdu mon corps. Commence le parcours d’une combattante : une main qui glisse des toits de Paris vers les rails du métro, attaquée, malmenée, mais qui retombe toujours sur ses doigts. Le découpage est haletant, drôle et angoissant à la fois.

Course poursuite singulière sous le métro parisien (Rezo Films)

Une main perdue, une main qui cherche

Pourquoi une main rechercherait son corps ? En parallèle, le spectateur découvre l’histoire de Naoufel, livreur de pizza solitaire, avant qu’il ne perde sa main. Cette main qui grimpe et s’agrippe symbolise le chemin du héros pour recoller les morceaux. Le récit se tisse subtilement entre passé et présent : les séquences d’enfance, dans un noir et blanc gorgé du soleil marocain, font face à des scènes urbaines pluvieuses, à l’ambiance plus rude.

Enfant, Naoufel enregistrait ses parents sur un magnétophone qu’il écoute maintenant en boucle pour essayer de comprendre et d’accepter l’inacceptable : leur disparition. Mais la voix qui fait battre son cœur aujourd’hui est celle de cette fille à l’interphone, qui n’a pas voulu de sa pizza écrabouillée. Naoufel a désormais un but : la retrouver. La quête amoureuse rejoint la quête de sens.  

Dans le long-métrage d’animation J’ai perdu mon corps, la quête amoureuse rejoint la quête de sens. (Rezo Films)

Entre Happy hand, Rubber et Miyazaki

Quand Jérémy Clapin découvre le roman Happy hand de Guillaume Laurant, il est passionné par l’idée de rendre vivante et crédible cette main baladeuse. Il va donc réaliser J’ai perdu mon corps en se revendiquant d’un film dingue comme Rubber, où le réalisateur Quentin Dupieux raconte l’histoire d’un pneu assassin.

Les décors sont plutôt inspirés de l’animation japonaise. Les personnages sont perdus dans un Paris d’ultra moderne solitude, dans le métro ou sur les toits de tours d’immeubles immenses, plus proche des mégapoles asiatiques que des représentations « carte postale » habituelles.

Pour la finesse des sentiments, on pense aussi à des auteurs comme Miyazaki et Takahata. Jérémy Clapin allie habilement les genres, du fantastique à l’intime, sans jamais perdre le spectateur. Sa réussite tient aussi de sa capacité à dessiner un jeune héros fragile, toujours sur la brèche, comme on en voit rarement au cinéma.

Bande annonce de J’ai perdu mon corps (Rezo Films / YouTube)

Y aller

J’ai perdu mon corps est programmé à Strasbourg au cinéma Star, rue du Jeu-des-Enfants au centre-ville et à l’UGC Ciné-Cité à Neudorf.

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Manon Charbonnier

En BREF

Manifestation déclarée le jour, sauvage la nuit

par Guillaume Krempp. 2 823 visites. 4 commentaires.

Environ 10 000 personnes défilent contre la réforme des retraites

par Rue89 Strasbourg. 6 746 visites. 5 commentaires.

Un technicien de 43 ans se suicide aux Dernières Nouvelles d’Alsace

par Pierre France. 19 756 visites. 24 commentaires.