À Kœnigshoffen, une Maison rose de 3 000 mètres carrés attend des bras et des porteurs de projet
Environnement 

À Kœnigshoffen, une Maison rose de 3 000 mètres carrés attend des bras et des porteurs de projet

actualisé le 05/09/2020 à 18h51

Depuis décembre, l’association Maison rose réaménage un bâtiment du 91 route des Romains. Objectif : transformer les 3000 m2 de cet ancien entrepôt de stockage de la brasserie Gruber en un lieu accueillant des structures professionnelles, artistiques, sportives et associatives en lien avec les acteurs du parc et du quartier.

C’est une maison rose, adossée au plateau d’activité du parc Gruber, quartier Koenigshoffen. Du temps où elle appartenait à la brasserie Gruber, les caves du bâtiment étaient remplies de glace pour conserver les tonneaux de bière au frais toute l’année. Désormais, le sous-sol accueille (entre autres) un parcours du groupe de spéléo du Bas-Rhin ainsi qu’une salle de réception à l’acoustique impeccable. Des guirlandes lumineuses serpentent de l’une à l’autre et des sous-sols aux étages, fil d’Ariane au milieu des travaux et des gravats.

De juillet à octobre, plusieurs chantiers participatifs sont organisés pour aménager les communs de la Maison rose. (Photo Victoire Pirot / Rue89 Strasbourg / cc)

Une quinzaine de bénévoles, 3000 mètres carré

Depuis décembre, une quinzaine de bénévoles réaménagent ce bâtiment de 3000 mètres carré donnant accès à tous les niveaux du parc Gruber. Ils sont artistes, artisans, scénographes, entrepreneurs ou encore praticiens de santé… mais pour l’heure, ils sont surtout bricoleurs. Le petit groupe souhaite créer plusieurs espaces de travail privatifs ou mutualisés, une cuisine, des salles de repos et de réunion, des lieux d’exposition et des salles à disposition associations.

Contacter la Maison rose

Par mail: bonjour@lamaisonrosegruber.org
Par téléphone: 06 85 92 15 37

Tous les participants au chantier ont à leur charge l’aménagement de leurs espaces professionnels, pour le moment délimités par des bandes au sol. La Maison rose compte 37 unités de de ce type, dont une vingtaine sont encore disponibles.

Pour le moment, des bandes au sol marquent les futurs espaces privés. Au premier, des ateliers, pour des activités susceptibles d’être bruyantes, à l’étage, des bureaux. Ce traçage au sol, aussi appelé projet Dogville, a été réalisé par l’atelier NA.

Le projet est né en 2018 d’une rencontre entre résidents des différentes structures artistiques et collaboratives implantées au parc Gruber. Membres de la Drêche, de la Fabrique, ou encore de la Semencerie, ils étaient une quarantaine à chercher un autre lieu où installer leurs activités.

Deux ans de négociation pour un loyer modéré

Le bâtiment a été trouvé rapidement mais deux ans de négociation ont été nécessaires pour signer un bail. Les discussions portaient notamment sur la mise en place d’un loyer modéré et progressif sur 24 mois pour atteindre 4000 euros en 2022, soit environ 220 euros pour 25 à 30 m2 d’espace privatif.

La signature du bail en décembre dernier a permis au projet de redémarrer cet hiver, avec le lancement des travaux d’aménagement et l’arrivée de nouveaux bénévoles-constructeurs-locataires. Car louer un espace à la Maison Rose revient à prendre part au projet, comme l’explique Manuel Simoes, membre co-fondateur de la Maison Rose :

« On ne cherche pas à attirer des personnes qui viendraient à 9h pour repartir à 17h. On veut accueillir des gens qui participent au collectif. C’est là où construire ensemble notre bâtiment est super important. On souhaite avoir un bâtiment résilient en quelque sorte, capable d’évoluer en fonction des besoins. L’objectif n’est pas qu’on le finisse et qu’on l’occupe, mais qu’on le vive, qu’on le redéfinisse constamment. Il peut s’agir de monter ou faire tomber des cloisons pour de nouveaux locataires par exemple. »

Vouloir adhérer à la Maison rose ne suffit pas pour y entrer cependant, puisque chaque nouvelle arrivée doit être approuvée par l’ensemble des locataires. Toutes les décisions sont prises à l’unanimité.

Encore largement en chantier, la Maison rose est décorée de guirlandes qui permettent surtout de trouver son chemin, dans certains endroits pas encore éclairés comme les escaliers.

Eviter de participer à la gentrification du quartier

Les membres de la Maison rose utilisent le terme de tiers-lieu pour désigner leur projet. Cette expression, traduite de l’anglais « third place », désigne d’abord des espaces de vie en dehors du travail la maison et le travail. Elle est aujourd’hui utilisée pour rassembler sous une même famille des lieux aussi variés que les fablab, les espaces de coworking, ou encore les jardins et habitats partagés. Le concept vise à souligner la notion d’échanges, de rencontres entre des acteurs qui ne se seraient pas forcément croisés ailleurs.

C’est aussi l’un des aspects du projet Maison rose qui prévoit de mettre à disposition des espaces pour des acteurs du quartier :

« On ne veut pas participer à la gentrification du quartier, insiste Manuel Simoes. On souhaite proposer des actions qui correspondent aux besoins des habitants. Nous sommes en discussion avec le Conseil citoyen de Koenigshoffen et avec l’association PAR ENchantement pour voir comment on pourrait collaborer avec eux, en mettant à leur disposition des salles gratuitement par exemple. Participer à la vie du quartier, cela peut-être aussi accompagner des porteurs de projets, essayer de soutenir les initiatives locales venant du quartier. »

Implantée au parc Gruber, la Maison rose imagine également pouvoir échanger avec les autres structures présentes sur le site. « On peut être très complémentaires, se réjouit Manuel Simoes. Il y a des artistes à la Drêche, à la Hutte, au Scénoscope, on a une salle d’exposition, des grands espaces qui peuvent accueillir des événements. Même chose avec la Fabrique concernant les outils et les compétences. »

Le Groupe de spéléo du Bas-Rhin s’est installé dans l’une des travées du sous-sol. Les sept mètres sous plafond ont permis d’installer un parcours.

Reste que la Maison rose est encore dans le gros des chantiers. Les locataires les plus ambitieux espèrent pouvoir terminer l’isolation de leurs espaces privés avant l’hiver. « On est également à la recherche de compétences qui nous manquent, glisse malicieusement Manuel Simoes. Des chauffagistes, plombiers, électriciens, ou encore des comptables qui seraient prêts à intégrer le collectif. »

Contacter la Maison rose

Par mail: bonjour@lamaisonrosegruber.org
Par téléphone: 06 85 92 15 37

L'AUTEUR
Anne Mellier
Anne Mellier
Journaliste à contretemps.

En BREF

La Poste à pourvoir

par piet. 1 450 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Nouveau suicide d’un technicien aux Dernières Nouvelles d’Alsace

par Jean-François Gérard. 11 477 visites. 3 commentaires.

Marche aux flambeaux des Gilets jaunes mardi

par Pierre France. 1 360 visites. Aucun commentaire pour l'instant.