Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
« La place d’une autre », un film romanesque sur la destinée sociale
Rives et Toiles
L'actualité du cinéma à Strasbourg, laissez vous guider et n'ayez pas peur, j'ai l'habitude.
blogs Rives et Toiles 

« La place d’une autre », un film romanesque sur la destinée sociale

par Manon Charbonnier.
Publié le 22 janvier 2022.
Imprimé le 16 mai 2022 à 16:16
2 061 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Pour son troisième long-métrage, Aurélia Georges raconte une histoire d’amour filial inattendu entre deux femmes de catégories sociales différentes. Elle livre un récit romanesque sur l’injustice sociale. Entretien.

Nélie (Lyna Khoudri) a échappé à une existence misérable en devenant infirmière auxiliaire sur le front en 1914. Un jour, elle prend l’identité de Rose (Maud Wyler), une jeune femme qu’elle a vue mourir sous ses yeux alors qu’elle était promise à un meilleur avenir. Nélie se présente à sa place chez une riche veuve, Eléonore (Sabine Azéma), dont elle devient la lectrice. Le mensonge fonctionne au‑delà de ses espérances. Adapté du roman de Wilkie Collins, The new Magdalen, de 1873, le film aborde la problématique toujours contemporaine de la destinée sociale, dans un récit à la fois romanesque et subtil.

La bande-annonce de « La place d’une autre »

Rue89 Strasbourg: Qu’est-ce qui vous a poussé à adapter le roman de Wilkie Collins The new Magdalen ?

Aurélia Georges: Il y a plusieurs choses, c’est un récit très riche. D’abord la question du transfuge social, qui est une question toujours brûlante aujourd’hui et puis c’est une histoire de femmes, les questions qu’elles se posent sont des questions d’êtres humains. Le récit est original et haletant, avec un dilemme moral incroyable : c’est l’histoire d’une menteuse sincère ! Elle n’a aucune intention de nuire mais elle se place de fait dans un endroit très inconfortable. Être obligée de mentir à des gens qui vous accueillent la met dans une position intenable. Et le romanesque de cette histoire m’a plu, et je l’ai appuyé, notamment à la fin : au fond c’est une histoire d’amour filial, bouleversante et qui n’était pas écrite d’avance.

Le roman se déroule pendant la guerre franco-prussienne de 1870, pourquoi avoir préféré la Première guerre mondiale pour votre histoire ?

Je voulais rapprocher l’histoire de nous, la Première guerre mondiale nous est plus familière mais c’est aussi une période plus moderne et de transition plus nette pour les femmes.

Le choix de Lyna Khoudri peut paraître audacieux puisque c’est une jeune actrice franco-algérienne, alors qu’elle interprète une jeune fille sensée venir d’une famille bourgeoise suisse du début du siècle. Mais ça fonctionne complètement, et cela renforce le fait qu’Éléonore (Sabine Azéma) ne veut pas voir qu’elle n’est pas la personne qu’elle dit être.

Énormément d’actrices françaises pourraient être d’origine étrangère et ont joué tous les rôles. En France, il y a tous les types physiques. Je l’ai choisie pour elle-même, ses qualités d’actrices et ses traits. Ce qui m’intéressait était d’offrir à cette jeune comédienne son premier rôle classique, en costume.

Nélie (Lyna Khoudri) et Eléonore (Sabine Azéma)

Comment avez-vous travaillé la reconstitution historique ?

Je voulais quelque chose qui soit évocateur, surtout pas de reconstitution empesée, pléthorique. La maison par exemple est un mélange de plusieurs époques car le lieu où l’on vit est souvent le fruit de plusieurs générations différentes. Pour la lumière, nous avons travaillé sur le clair-obscur : cela nous a permis de créer des zones d’ombres et une atmosphère plus inquiétante.

Comment s’est passé le financement de ce film ? Je pose cette question pour comprendre quel cinéma français est soutenu aujourd’hui.

Il a pris du temps, notamment parce que je suis mal identifiée par les financeurs : je n’avais réalisé que deux films en 13 ans et ils étaient restés assez confidentiels. S’ajoute à cela une proposition de récit assez classique, inattendue pour une cinéaste venant de la marge. Nous n’avons pas obtenu l’Avance sur Recettes du CNC (Centre …etc), ce qui est dommage, parce qu’il y a encore peu de films sur des femmes et réalisés par des femmes. Mais nous avons eu le soutien de la Région Grand Est, de Canal+ et d’Arte.

Y aller

La place d’une autre est en salle depuis mercredi 18 janvier, à Strasbourg dans les cinémas Star et UGC Ciné Cité.

Tags
Voir tous les articles de ce blog
Article actualisé le 22/01/2022 à 19h25
L'AUTEUR
Manon Charbonnier
Manon Charbonnier

En BREF

Ateliers Ouverts : dans toute l’Alsace, des artistes dévoilent leur travail les week-ends du 14 et du 21 mai

par Alizée Chebboub-Courtin. 897 visites. 2 commentaires.

Stocamine : début des travaux de confinement, la Collectivité d’Alsace demande leur suspension

par Thibault Vetter. 437 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Parade à vélo au rythme de musiques électro samedi à Strasbourg

par Nicolas Dumont. 988 visites. 2 commentaires.
×