Le Carillon débarque à Strasbourg pour rapprocher SDF et commerçants
Société 

Le Carillon débarque à Strasbourg pour rapprocher SDF et commerçants

Se couper les cheveux, aller aux toilettes, se réchauffer, voilà des gestes simples mais difficiles d’accès pour les personnes à la rue. Le Carillon veut rassembler des commerçants prêts à offrir ces quelques services. Déjà présent dans plusieurs villes de France, le réseau a ouvert une antenne à Strasbourg mi-novembre et cherche désormais des bénévoles.

Assises au fond du bar « La Taverne Française », six personnes discutent autour d’une grande table en bois. Gabrielle Ripplinger, la directrice du Carillon à Strasbourg, présente le projet aux quelques curieux présents ce soir-là. Elle cherche des bénévoles pour démarcher des commerçants et leur proposer d’offrir quelques services aux personnes vivant dans la rue.

Le Carillon créé par la Cloche

La Cloche est une association née en 2014 pour venir en aide aux personnes vivant dans la rue. Elle poursuit cet objectif à travers différents projets dont fait partie le Carillon. Ce réseau de commerçants solidaires existe déjà à Paris, Lyon, Marseille, Lille, Bordeaux, Nantes, Melun, et maintenant Strasbourg. Le nom de l’association s’inspire des cloches qui sonnaient la fin des marchés au Moyen-Âge. Les plus démunis pouvaient alors récupérer les invendus.

Ces services peuvent correspondre aux savoir-faire des commerçants. Ainsi, un boulanger peut donner un sandwich, un coiffeur peut offrir une coupe de cheveux, etc. Mais il s’agit aussi de services beaucoup plus basiques comme, par exemple, utiliser les toilettes ou recharger son téléphone. Pour Gabrielle Ripplinger, l’idée n’est pas non plus de submerger les commerçants :

« Si certains sont prêts à faire partie de notre réseau, ils peuvent tout à fait mettre une limite. Par exemple, ne pas offrir plus de 30 sandwichs ou 5 coupes de cheveux par mois. On doit créer un sentiment de confiance. Le commerçant ne doit pas imaginer que des hordes de SDF vont débarquer chez lui et faire fuir toute sa clientèle. Si on y arrive, on diminue le sentiment de rejet partagé par beaucoup de personnes à la rue. »

Cette démarche vise à encourager le « faire-ensemble » pour reprendre les mots de Gabrielle Ripplinger :

« Ce n’est pas juste un service offert par les commerçants, c’est aussi un moment de rencontre et d’échange. »

Pour que ce soit vraiment le cas, les commerçants peuvent indiquer, sur leur vitrine, à quels horaires les personnes à la rue peuvent venir les voir. L’idée est d’éviter les heures de fortes affluences pour que les commerçants aient, par exemple, un peu de temps pour discuter.

Faire connaitre le réseau aux personnes qui vivent dans la rue

Si fin 2019 le Carillon a atteint son objectif de créer un réseau de 50 à 70 commerçants, encore faudra-t-il que les personnes à la rue connaissent les boutiques dans lesquelles elles peuvent recevoir des services. Pour ce faire, dès qu’un commerçant devient partenaire du Carillon, il reçoit un macaron à coller sur sa vitrine pour indiquer qu’il fait partie du réseau. Les bénévoles lui fournissent également des auto-collants avec des petits symboles correspondant aux services offerts dans le magasin.

Les commerçants qui adhérent au réseau du Carillon reçoivent cet auto-collant à coller sur leur vitrine (Photo Maxime Nauche / Rue89 Strasbourg / cc)

Sur leurs vitrines, les commerçants pourront coller ces petits logos pour indiquer quels services ils offrent (Photo Maxime Nauche / Rue89 Strasbourg / cc)

Au fur et à mesure que le réseau du Carillon s’agrandit, les bénévoles vont à la rencontre des personnes à la rue pour leur distribuer une carte indiquant où se trouvent les commerçants partenaires.

Vérifier que « tout le monde joue le jeu »

Le Carillon ne cherche pas à étendre son réseau de commerçants à tout prix. Sa directrice Gabrielle Ripplinger aime le rappeler :

« Ça ne sert à rien d’avoir 1 000 commerçants partenaires si nous sommes incapables de vérifier que tout le monde joue le jeu. On doit pouvoir contrôler que les relations se passent bien entre les commerçants et les personnes qui sont sensées bénéficier de leurs services. »

Donc plus le réseau du Carillon sera grand, plus il y aura besoin de bénévoles. Certains joueront même les « clients mystère » pour voir si les commerçants respectent leurs engagements.

S’engager

Le Carillon demande à ses bénévoles d’être disponibles environ quatre heures par mois. Le prix de l’adhésion est libre. Gabrielle Ripplinger est joignable au 07 82 05 10 62 et à l’adresse strasbourg@lacloche.org. Depuis le 1er décembre, le Carillon a un lieu d’accueil au 30 rue du Maréchal Juin, au centre Bernanos, à Strasbourg – Esplanade.

Aller plus loin

Sur Facebook : la page du Carillon de Strasbourg

L'AUTEUR
Maxime Nauche
Journaliste indépendant

En BREF

Invité de l’apéro : Gabriel Cardoen du collectif « D’ailleurs nous sommes d’ici »

par Pierre France. Aucun commentaire pour l'instant.

Un camp d’une soixantaine de sans-abris aux Canonniers, à l’entrée du Neuhof

par Jean-François Gérard. 1 361 visites. 3 commentaires.

Stade de la Meinau : 100 millions et 4 000 places de plus pour le grand public

par Jean-François Gérard. 1 609 visites. 7 commentaires.