Enquêtes et actualité à Strasbourg et Eurométropole

Le désarroi des profs censés signaler la radicalisation de leurs élèves

Depuis les attentats de 2015, les enseignants doivent signaler à leur hiérarchie toute « atteinte à la laïcité » ou « fait de radicalisation » d’un élève. D’après le ministère de l’Éducation nationale, ces signalements ont fortement augmenté en octobre 2022. Pourtant, du côté des profs, cette pratique semble peu répandue, ni appréciée. Un rôle de « flic » qu’on leur attribue et qui met certains d’entre eux mal à l’aise.

Édition abonnés
Le désarroi des profs censés signaler la radicalisation de leurs élèves

Abonnez-vous

Cet article fait partie de l’édition abonnés. Pour lire la suite, profitez d’une offre découverte à 1€.

Contribuez à consolider un média indépendant à Strasbourg, en capacité d’enquêter sur les enjeux locaux.

  • Paiement sécurisé
  • Sans engagement
Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89 Strasbourg. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#éducation

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options