Les migrations forcées mises en lumière à Stimultania
Aux haz'arts
Étudiants du Master Critique-Essais, nouvelle génération à la rencontre de la scène culturelle strasbourgeoise, nous avons à cœur de mêler regard critique et sensibilité curatoriale sur l'actualité artistique.
Aux haz'arts  blogs 

Les migrations forcées mises en lumière à Stimultania

actualisé le 18/01/2018 à 10h04

William Kentridge, «More Sweetly Play the Dance» © Alain kaiser
\ © Stimultania (doc. remis)

Jusqu’au 28 mai, une procession continue de marcheurs habite les murs de Stimultania à Strasbourg. Le pôle de photographie, qui fête cette année ses 30 ans, propose une exposition en deux parties alliant le documentaire à l’artistique autour du thème des migrations forcées. L’artiste star William Kentridge a accepté d’y montrer l’une de ses projections monumentales.

Le phénomène s’est amplifié ces dernières années, et c’est tant mieux : la préoccupation des migrations forcées dans le monde donne naissance à de nombreuses productions artistiques. Les plus engagés et les plus célèbres des artistes visuels ont créé des buzz – pour la bonne cause – en graffant à Calais (Banksy) ou en érigeant des gilets de sauvetage en mémorial (Ai Wei Wei). C’était également l’un des thèmes prédominants au dernier festival de photo documentaire Visa pour l’Image, qui a décerné son premier prix à un travail sur le sujet.

S’il faut prendre garde à la banalisation et à la « spectacularisation » de l’image, le sujet des migrants est encore trop évoqué de manière superficielle dans le débat public. Des points de vue alternatifs nous permettent parfois nous rappeler que nous appartenons tous à la même planète.

Saut de la frontière Maroc-Espagne (enclave de Melilla) © José Palazón, 2014 (doc. remis)

Des rencontres

Pour approfondir le sujet des migrations en compagnie de spécialistes, l’exposition se prolonge avec des rencontres en partenariat avec l’Université de Strasbourg. Le programme sur le site de Stimultania

Des photos choc, des cartes sensibles

En entrant à Stimultania – qui a dû littéralement pousser les meubles pour donner un maximum d’espace à l’exposition – la pénombre soudaine fait ressortir quelques images lumineuses. Sur la première, un golf verdoyant affiche en fond une clôture sinistre où sont perchés quelques hommes et bientôt un policier. Deux golfeurs parviennent à faire semblant d’ignorer la scène, qui se déroule dans l’enclave espagnole de Melilla au Maroc. La violence du contraste et de l’hypocrisie serre le cœur, tout comme, sur une autre image, la monumentale agressivité de la barrière anti-migrants du port de Calais vue depuis l’espace entre la double paroi barbelée. Une série de photos parcourt ainsi de nombreux pays, entre trajets, obstacles et attentes.

 

Moving Beyond Borders / « Après la frontière, le désespoir d’une fin de non-recevoir », extrait cartographique © Lucie Bacon (doc. remis)

Elles correspondent avec une série de cartographies animées, où les données collectées par le réseau Migreurop sur les déplacements de populations entre l’Afrique et l’Europe sont la matière de modélisations édifiantes. Pendant 10 ans, ce réseau d’associations a rassemblé photos, chiffres et témoignages.

Un travail de suivi exceptionnel, d’autant plus parlant qu’il parvient à rendre ses données sensibles : en suivant les points lumineux sur les cartes, on a assiste bien à une nuée de destinées humaines captives des remous de la géopolitique. On peut y retracer des parcours individuels invraisemblables, ou mesurer la réalité de la « forteresse Europe » que prédisait Asian Dub Foundation en 2003 pour… 2022. On y est déjà.

William Kentridge, « More Sweetly Play the Dance », installation © William Kentridge, 2015 (doc. remis)

Une procession universelle

Pour offrir un angle de vue plus artistique au sujet, l’équipe de Stimultania s’est souvenue d’une œuvre de William Kentridge découverte aux dernières Rencontres d’Arles. Camille Bonnet, chargée de la communication et du mécénat, explique ce pari un peu fou :

« C’est la première fois que William Kentridge expose dans un lieu aussi petit, et avec un budget modeste ! Il a accepté de prêter l’oeuvre gratuitement, et aussi de l’adapter aux dimensions de la salle. »

Un peu d’aide ?

Pour réaliser cette exposition, les organisateurs n’ont pas hésité à faire venir l’oeuvre de William Kentridge depuis l’Afrique du Sud – un joli billet de bateau ! Si vous appréciez l’exposition, laissez une petite participation.

La projection s’étend tout de même sur 25 mètres et englobe le spectateur dans une procession de personnages filmés en contre-jour et de dessins animés au fusain. Burlesques, inquiétantes, un peu saccadées, ces images rappellent les premiers cartoons en noir et blanc mais renferment aussi toute l’histoire de la civilisation, à commencer par celle de l’Afrique. Les seuls personnages blancs sont un politicien guignolesque et ses deux dactylos dociles.

La marche est menée au travers d’un paysage sans cesse effacé et redessiné, et chargée de symboles. L’un des marcheurs s’accroche à une perfusion de christianisme, l’autre emporte sa cage avec lui… Dans leurs costumes africains taillés dans des sacs plastiques comme une résistance de l’identité à la misère de l’exode, les personnages exécutent une danse macabre : tous dans le même bateau, tous humains, autant en rire !

William Kentridge, « More Sweetly Play the Dance », installation © William Kentridge, 2015 (doc. remis)

Ce lent défilé se joue sur une musique à la fois solennelle et joyeuse, mêlant l’Internationale à des airs traditionnels du Zimbabwe. Au-delà de l’apartheid, il renvoie à toutes les oppressions qui ont forgé les États et qui ont jeté des hommes sur les routes.

Y aller

Marcher : une double exposition sur les réalités migratoires
Lieu : Stimultania
Date(s) : Jusqu'au Di.28/05, du jeudi au dimanche de 14h à 18h30
Voir l'événement sur jds.fr

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Catherine Merckling
Catherine Merckling
La curiosité est un moteur, et il ne faut pas s'arrêter quand elle nous amène à des choses qu'on ne comprend pas au premier abord. Une forme de divagation constructive qui peut aussi se laisser émerveiller par la beauté et le ressenti !

En BREF

Entre 1 500 et 2 000 Gilets jaunes à Strasbourg pour « l’acte IX »

par Pierre France. 3 237 visites. 10 commentaires.

Schiltigheim appelle ses habitants à corriger « trois erreurs historiques » pour ses transports

par Jean-François Gérard. 3 755 visites. 6 commentaires.

117 migrants mis à l’abri dans un gymnase pour l’hiver

par Pierre Petitcolin. 1 957 visites. 2 commentaires.