Les raisons du succès de Tuncer Saglamer dans les quartiers
Société 

Les raisons du succès de Tuncer Saglamer dans les quartiers

actualisé le 27/03/2014 à 20h24

Une vue de la cité nucléaire de Cronenbourg à Strasbourg (Photo Fabien Romary / Archi-Strasbourg / cc)

Une vue de la cité nucléaire de Cronenbourg à Strasbourg (Photo Fabien Romary / Archi-Strasbourg / cc)

Les sondages lui donnaient à peine 1%, mais avec 2,63% des voix lors du premier tour des élections municipales, le candidat Tuncer Saglamer a surpris. À la cité nucléaire de Cronenbourg, près d’un bulletin exprimé sur quatre est allé au Mouvement Citoyen de Strasbourg (MCS), une liste créée ex-nihilo fin janvier ! Nous nous sommes rendus sur place pour comprendre.

Au marché de la place de Haldenbourg à Cronenbourg, les communautés turque et maghrébine se croisent. Mais même entre les deux tours des élections municipales, on y parle peu de politique. Dimanche, le taux d’abstention du bureau de vote du quartier est monté à 75% ! C’est aussi ici que le candidat franco-turc Tuncer Saglamer a réalisé son plus haut score avec plus de 23% des voix exprimées.

Interrogés entre les légumes et le poissonnier, les habitants ne reconnaissent pas spontanément la tête de liste du Mouvement Citoyen de Strasbourg (MCS) : « Sagla quoi, vous dîtes ? » À la brasserie de la Cité en face, pareil. De toutes façons sur une trentaine de personnes interrogées, une quinzaine se sont abstenues dimanche avec cette même raison : « La politique, même locale, ça ne m’intéresse pas. Peu importe l’issue du vote, que ce soit le PS ou l’UMP, rien ne change dans notre quotidien, on est complètement abandonnés par les partis politiques ».

Un peu plus loin dans le marché, notamment dans la zone tenue par les commerçants turcs, le nom de Tuncer Saglamer devient plus familier. Ayse Karakoc, jeune femme explique avec ses cabas aux mains :

« Oui, j’ai voté pour Saglamer. Faisant comme lui partie de la communauté turque, j’ai eu l’occasion de le voir plusieurs fois à des mariages et également à la mosquée lors de séminaires où il a pris la parole. Comme il vit également dans un quartier (la Montagne Verte, ndlr), il partage notre quotidien et connaît nos problèmes, notamment la discrimination dont nous souffrons parfois. Nous avons toujours cette impression d’être tous mis dans le même panier ayant pour étiquette « étrangers », alors que beaucoup d’entre nous ont la nationalité française. Je pense que M. Saglamer a sans doute connu ces mêmes situations de rejet et a réellement envie de faire changer les choses. »

« Il est Turc comme moi alors je le soutiens »

Quelques stands plus loin, une autre femme ajoute :

« Ça fait longtemps que l’on n’a pas vu quelqu’un issu des quartiers sur les listes électorales, alors il s’est tout de suite fait remarquer. Il est vrai que je n’ai pas pris connaissance de son programme, mais j’ai entendu à droite et à gauche qu’il était turc comme moi, alors j’ai décidé de le soutenir. »

Sur une dizaine d’électeurs de Tuncer Saglamer rencontrés, peu avaient connaissance des 50 propositions pour Strasbourg du candidat. Le SkyTran, sorte de tramway sur rail aérien, n’a été cité qu’une fois. Le MCS a été officiellement lancé le 23 janvier, avec comme ambition de faire participer les citoyens à la vie publique. Auparavant, Tuncer Saglamer était surtout connu pour être l’un des cofondateur du Cojep (conseil pour la justice, l’égalité et la paix), un mouvement réputé proche de l’AKP, le parti religieux au pouvoir en Turquie.

Carte graduelle du vote MCS de dimanche 23 mars

Si la mobilisation d’une partie de la communauté turque s’est retrouvée dans les bulletins du MCS, Tuncer Saglamer a également séduit plus largement dans la communauté musulmane simplement parce qu’il est musulman, selon quelques personnes rencontrées. Au final, c’est la proximité du candidat et de ses colistiers qui a rallié les habitants du quartier. Un riverain qui a souhaité resté anonyme confie :

« Je ne connais pas M. Saglamer personnellement mais j’ai vu grandir quelques uns de ces colistiers ici, je les vois régulièrement, plus en tout cas que M. Ries ou Mme Keller que l’on n’aperçoit qu’au moment des élections, bizarrement… Les colistiers du MCS vivent ici, travaillent ici. Ils connaissent nos problèmes, ils seront mieux à même de nous représenter. »

« On ne voit plus les élus »

À la Cité Nucléaire, le terrain semble avoir été complètement déserté par les partis politiques. Même pour cette vendeuse de légumes, impliquée dans la vie du quartier, et qui affirme avoir soutenu Roland Ries par le passé, elle déplore :

« Ça fait quelques années que je n’ai plus vu d’élu assister aux réunions parents-professeurs des écoles du quartier. Les travaux entrepris à l’école Charles Wurtz n’étaient pas suffisamment protégés. Il y avait des risques pour nos enfants, mais nous n’avions plus personne à qui nous adresser. Comme pour la réforme des rythmes scolaires : comme ils [la Ville] savaient que la plupart des parents y seraient opposés, ils ont fait très peu de communication. Du coup, la plupart des parents ont manqué le jour du vote et la réforme a finalement été mise en place. »

De son côté, Tuncer Saglamer se défend d’être à la tête d’un mouvement communautariste, ou uniquement à destination des quartiers. Habib Oualidi, chargé de la communication du Mouvement citoyen de Strasbourg, détaille :

« Les questions religieuses et de société, comme le mariage pour tous ou la théorie du genre, on les a laissées de côté. Ce sont des thèmes “de diversion” pour nous. On n’a pas dit aux gens “votez pour nous parce qu’on est musulmans”. Ce qui a fait notre succès dans les quartiers, c’est parce que la plupart de nos colistiers en sont issus. Et aussi parce que nous sommes les seuls candidats avec qui ces gens ont pu parler, mais vraiment parler, pendant toute la campagne. Inversement, nos scores ont été mauvais dans les quartiers du centre-ville parce que nous n’y sommes pas allés, et que nous n’avons pas réussi à convaincre suffisamment de Français “autochtones” de rejoindre notre liste. »

Le MCS a dépensé plus de 50 000€ dans cette campagne, un chiffre encore provisoire. Selon Habib Oualidi, cette somme sera intégralement remboursée par les colistiers. Mercredi soir, Tuncer Saglamer a appelé à voter Fabienne Keller indiquant que 37 des 50 propositions qu’il a portées se retrouvaient dans le programme de la sénatrice UMP. Quant au MCS, il devrait perdurer après les élections selon Habib Oualidi.

(Édité par Pierre France)

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : Les franco-turcs font-ils de l’entrisme électoral ?

L'AUTEUR
Thomas Triebel
Thomas Triebel
Apprenti Journaliste.

En BREF

Invité de l’apéro : Gabriel Cardoen du collectif « D’ailleurs nous sommes d’ici »

par Pierre France. Aucun commentaire pour l'instant.

Une sixième Marche pour le Climat samedi 25 mai, à connotation européenne

par Jean-François Gérard. 1 784 visites. 1 commentaire.

Les locataires de Hautepierre dans la rue samedi

par Claire Gandanger. 3 474 visites. 2 commentaires.