Brève assemblée générale de « lycéens en lutte » jeudi matin au Palais Universitaire
L'actu 

Brève assemblée générale de « lycéens en lutte » jeudi matin au Palais Universitaire

Près de 200 lycéens se sont rassemblés jeudi 31 mai dans le hall central du Palais universitaire de Strasbourg. Après avoir passé la matinée à manifester suite à un l’appel national de mobilisation « lycées morts », les élèves ont tenu une assemblée générale afin décider des actions à venir. Une brève irruption des policiers s’est terminée sans heurts.

Près de 200 élèves de plusieurs lycées strasbourgeois ont manifesté dans la matinée de jeudi 31 mai, dans le cadre de la journée de mobilisation nationale « lycées morts ». Des élèves scolarisés aux Pontonniers, à Jean Rostand, Fustel de Coulanges, Marie Curie, Jean Monnet, Jean Rostand, Émile Mathis, Marc Bloch et Louis Pasteur se sont ensuite dirigé vers le Palais universitaire.

Suivi de près par des agents de police durant tout le long de la manifestation, le cortège, a ensuite quitté la route et accéléré la cadence afin de rentrer rapidement dans le Palais Universitaire vers 11h, dans l’optique d’y tenir une assemblée générale.

Nicolas Poulin, co-secrétaire de Sud-éducation Alsace et ingénieur de recherche en statistiques à l’Université de Strasbourg, explique que les agents de police ont couru pour rentrer dans l’établissement en premier et empêcher les manifestants d’y accéder :

« Moi même, il n’ont pas voulu me laisser rentrer. Alors je leur ai précisé que je fais partie du personnel de l’Université de Strasbourg. Je suis donc rentré à l’intérieur du bâtiment et j’ai commencé à les filmer. Puis, je leur ai demandé s’ils avaient été appelés par l’université mais je n’ai pas eu de réponse. Après, ils sont rapidement ressortis. »

Des agents de police sont entrés à l’intérieur du palais universitaire pour suivre le cortège de « lycéens en lutte ». (Vidéo syndicat Sud-Éducation Alsace)

Les services de police expliquent qu’il n’y a pas eu d’intervention mais que des agents présents pour encadrer la manifestation sont rentrés dans la bâtiment en suivant le cortège et accompagnés de personnel de l’université. Les policiers ne sont restés que quelques minutes à l’intérieur du palais universitaire. Dans le cadre d’une intervention, les forces de l’ordre doivent être appelées par le président de l’université.

La Dali (la Direction des affaires logistiques intérieures) de l’université, accompagnée des agents de sécurité privés mobilisés depuis le début des protestations étudiantes et lycéennes sur le campus de l’université de Strasbourg, sont ensuite intervenus pour fermer les portes. Un seul accès a été laissé libre, sur présentation d’une carte étudiante ou de personnel de l’université.

Les lycéens ont tenu leur assemblée générale dans l’aula du bâtiment. L’université a donné son accord pour l’utilisation de cet espace jusqu’à midi.

L’assemblée générale des « lycéens en lutte » s’est donc conclue avant midi et les élèves ont progressivement quitté le bâtiment.

L'AUTEUR
Caroline Alonso
Caroline Alonso

En BREF

Invité de l’apéro : Gabriel Cardoen du collectif « D’ailleurs nous sommes d’ici »

par Pierre France. Aucun commentaire pour l'instant.

Une sixième Marche pour le Climat samedi 25 mai, à connotation européenne

par Jean-François Gérard. 1 783 visites. 1 commentaire.

Les locataires de Hautepierre dans la rue samedi

par Claire Gandanger. 3 474 visites. 2 commentaires.