À la Montagne Verte, les Canotiers sont toujours cachés sous l’autoroute
Société 

À la Montagne Verte, les Canotiers sont toujours cachés sous l’autoroute

Bateaux de plaisance sous l'autoroute (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Bateaux de plaisance sous l’autoroute (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Au bout de la rue, la ville. – Entrelacs de rivières et de canaux, de rues sinueuses et de pistes cyclables, de voies express ou ferrées, le quartier des Canotiers est inconnu des 99,9% de Strasbourgeois qui ne pratiquent ni l’aviron ni la navigation de plaisance. Et pour cause, cette entrée du quartier de la Montagne Verte, située au sud-ouest de Strasbourg, est en grande partie cachée sous l’autoroute A35 depuis 50 ans.

Les automobilistes et usagers des lignes de tramway B et F la connaissent sans la connaître. Et pourtant, la rue de la Montagne-Verte part de la station du même nom et rejoint la rue de la Plaine-des-Bouchers, au nord de la Meinau. Au gré de ce long parcours, plutôt difficile à identifier tant certains tronçons sont difficilement praticables à pied ou à vélo, elle enjambe l’Ill par le pont éponyme, construit en bois puis en fer en 1892, en béton en 1959 et complété en 1999 par une passerelle pour le tram.

Plan de la rue de la Montagne-Verte - Photos satellites des parties nord et sud (Google map)

Plan de la rue de la Montagne-Verte – Photos satellites des parties nord et sud (Google map)

Illusion d’optique : la Montagne Verte est plate

Sillonnant l’ancien lieu dit « Grünenberg » (1817) ou Montagne Verte, la rue qui nous intéresse englobe un secteur au confluent de l’Ill et du canal du Rhône-au-Rhin, dédié depuis deux siècles aux activités nautiques. Sur le blog Strasbourg Montagne Verte, l’on obtient au passage quelques éléments sur l’origine du nom « Montagne Verte »  :

« La seule explication avancée par Louis Schneegans, historien strasbourgeois (1812-1858), réside dans l’existence de l’auberge de la Tour Verte et d’une sorte d’illusion d’optique : en venant du sud de Strasbourg, on pouvait voir des massifs d’arbres (chênes et peupliers) si denses et étendus qu’on aurait cru une petite montagne (alors qu’en réalité le paysage est plat !).

Une coïncidence plus tardive relate également le terme de « Montagne Verte ». En effet, en 1875, sont érigées les nouvelles fortifications de la ville, mais en 1900, elles avaient déjà perdu leur intérêt militaire et servaient de lieu de balade à l’ombre des arbres. Ces arbres ont donc été plantés sur les talus des fortifications. La vision donnée était celle d’une petite montagne verte, jusqu’à ce que l’autoroute A35 soit construite par-dessus, mise en service en 1965. »

À la confluence des rivières, hors les murs de Strasbourg

Ce n’est que vers le VIe siècle qu’un premier peuplement est attesté sur les bords de l’Ill, indique la notice historique des quartiers de l’Elsau et de la Montagne Verte, sur le site internet de la ville de Strasbourg. Au VIIe siècle, Saint Arbogast y vécut en ermite, avant de devenir évêque. Il y fit construire une chapelle qui devint un lieu de pèlerinage après sa mort. En 1060, deux chanoines de la cathédrale de Strasbourg transforment la chapelle en couvent d’Augustins (couvent Saint-Arbogast).

Une petite agglomération s’installe tout autour, en adopte le nom, qu’elle garde jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

Plans des XIIIème, XVème et XVIIIèmes siècles (Captures page Wikipédia "Enceintes de Strasbourg")

Plans des XIIIème, XVème et XVIIIèmes siècles (Captures page Wikipédia « Enceintes de Strasbourg »)

Le quartier est plusieurs fois dévasté entre le XIIe et le XVe siècle. Au XIVe siècle, le magistrat (ou maire) de Strasbourg fait raser le faubourg, en vue de dégager les glacis devant les fortifications de la ville. Des tours de guet sont implantées en position avancée aux environs de 1429, comme la Tour Verte (Grüne Warth), mentionnée plus haut, près de la route de Schirmeck. Seul subsiste le couvent Saint-Arbogast, dans lequel Gutenberg se serait installé entre 1434 et 1444.

L'entrée du quartier a été bouleversé par l'arrivée de l'autoroute et des échangeurs routiers en 1965 (Document CUS)

L’entrée du quartier a été bouleversée par l’arrivée de l’autoroute et des échangeurs routiers en 1965 (Document CUS)

L’île Gutenberg, en passant par la très sinueuse rue des Imprimeurs

Une stèle lui est dédiée sur l’île Gutenberg, en contre-bas du pont de la Montagne-Verte, à côté de l’ancienne ferme maraîchère accueillant aujourd’hui l’association Entraide – Le Relais. Il est aisé de passer à côté de ce minuscule décrochage de terre, pourtant charmant… À noter que, chaque année, des centaines d’imprimeurs faisaient le déplacement pour rendre hommage à l’inventeur du XVe siècle.

C’est ainsi que la ruelle qui part de la rue de la Montagne-Verte, longe les jardins familiaux, passe par l’île Gutenberg et sous trois ponts d’autoroute, avant de se terminer sous la rue de la Montagne-Verte, s’appelle rue des Imprimeurs depuis 1970. Auparavant, ce « chemin du Fahrgarten » devait son nom au bac qui traversait là le Rhin Tortu.

La très sinueuse rue des Imprimeurs (Capture Google map)

La très sinueuse rue des Imprimeurs (Capture Google map)

Une stèle en grès indique que l'imprimerie fut inventé par Jean Gutenberg à la Montagne Verte (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Une stèle en grès, commandée par le naturaliste Ferdinand Reiber, qui lègue son île (Coleo devenue Gutenberg) à la ville de Strasbourg en 1892, indique que l’imprimerie fut inventée par Jean Gutenberg à la Montagne Verte (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Des centaines d'ouvriers du livre se retrouvaient chaque année aux abords de l'île Gutenberg (Document remis)

Des centaines d’ouvriers du livre se retrouvaient chaque année le 24 juin aux abords de l’île Gutenberg (DR)

Vers 1830-40, la petite industrie colonise la Montagne Verte

Au XVIIe siècle, le développement du trafic fluvial attire de nouveaux habitants à la Montagne Verte. « C’est avec l’avènement de l’ère industrielle que la vie tranquille du quartier est bouleversée, apprend-t-on à la lecture de la notice historique de la Ville. Creusement du canal du Rhône-au-Rhin (1834), fixant la frontière entre l’Elsau et la Meinau, construction de la ligne de chemin de fer Strasbourg-Bâle (1841) créant la séparation avec Koenigshoffen, arrivée du tramway en 1900, remplacé par la ligne de bus Kléber-Lingolsheim en 1955. »

L’Elsau, qui faisait partie autrefois du faubourg de la Montagne-Verte, était surtout composé de terrains inondables avant la canalisation et la régulation des cours d’eau. Seul un petit quartier ancien, rue de l’Unterelsau, qui part de la rue de la Montagne-Verte, rappelle ce passé.

Artisans et industries dans le secteur de la rue de la Montagne Verte fin XIXème (Document CUS)

Artisans et industries dans le secteur de la rue de la Montagne Verte fin XIXème (Document CUS)

Parc naturel urbain : nouvelle entrée pour le quartier des Foulons

Au XIXe siècle, la Montagne Verte est, comme d’autres quartiers périphériques, un coin de campagne près de Strasbourg où les bourgeois viennent se promener le dimanche. De nombreux restaurants et auberges y sont installés. Des ateliers artisanaux et de petites industries viennent s’y implanter (ci-dessus), notamment dans le quartier des Foulons qui, bien qu’intégré au glacis (ceinture défensive où l’urbanisation est théoriquement interdite), est néanmoins construit en « dur » dès les années 1900.

Réaménagée récemment grâce aux crédits dégagés dans le cadre du parc naturel urbain (PNU), l’entrée du quartier des Foulons (station Montagne Verte) accueille désormais de nouveaux jardins familiaux. C’est aussi un départ de promenades et notamment celle du « parcours des Canotiers ».

Début de la rue de la Montagne Verte : les abords de l'îlot Foulons-Coudreuse-Corroyeurs ont été rénovés dans le cadre des crédits Parc naturel urbain (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Début de la rue de la Montagne Verte : en face de bâtiments anciens (restaurants), les abords de l’îlot Foulons-Coudreuse-Corroyeurs ont été rénovés dans le cadre des crédits PNU (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Un peu plus loin, le long des rails du tram, plusieurs bâtiments sont inoccupés depuis plusieurs années, rue de la Montagne-Verte et Chemin de la Montagne-Verte.

Au n°10, c’est l’ancienne Poste du quartier, ouverte en 1897 et transférée rue de Friedolsheim en 1965, au moment de la mise en service de l’autoroute, qui dépérit lentement derrière un grillage. Reconvertie en appartements et sans locataires depuis 5 ou 6 ans, on ignore encore ce que son propriétaire, Habitation Moderne, compte en faire…

Au n°10 de la rue de la Montagne-Verte, l'ancienne Poste du quartier est inoccupée. De nombreux autres bâtiments sur ce tronçon sont laissés à l'abandon (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Au n°10 de la rue de la Montagne-Verte, l’ancienne Poste du quartier est inoccupée. De nombreux autres bâtiments sur ce tronçon, comme cet ancien atelier chemin de la Montagne-Verte, sont laissés à l’abandon (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

A mi-parcours, la rue de la Montagne-Verte surplombe l'A35 (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

A mi-parcours, la rue de la Montagne-Verte surplombe l’A35 (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Aérienne, la rue surplombe l’A35 et le canal du Rhône-au-Rhin

Alors que le tram B/F quitte la rue de la Montagne-Verte pour rejoindre l’Elsau, cette dernière s’élève et surplombe l’autoroute, doublée par la voie ferrée. Là, piétons et cyclistes ne sont pas les bienvenus. Ni véritable trottoir, ni piste cyclable n’ont été prévus en 1965, date de mise en service du tronçon. Un peu plus loin, la rue – toujours la même – passe cette fois au-dessus du canal du Rhône-au-Rhin, par un pont appelé « pont de l’Ecluse 85 ». À proximité, les bateaux de plaisance stationnent, les péniches et kayaks circulent, nombreux.

Sous la rue de la Montagne-Verte, le canal du Rhône-au-Rhin voit passer kayaks et péniches (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Sous la rue de la Montagne-Verte, le canal du Rhône-au-Rhin voit passer kayaks et péniches (Photos MM / Rue89 Strasbourg)

Tout près, les îles Weiler et Stella abritent depuis plus de 100 ans des clubs d’aviron, de canotage et de canoë. Six au total vers 1880 : le Rowing club, l’Ill club, le Sport club 1900, le club nautique Stella, etc. L’activité nautique, d’abord réservée à une classe aisée, a perduré malgré la construction de l’autoroute, impliquant une double lecture étonnante du quartier des Canotiers.

Au Herrenwasser, la pollution de l’eau l’a emporté sur l’hygiénisme municipal

L’île Weiler est par ailleurs ainsi nommée du nom de François-Charles Weiler, « à qui incombait notamment de porter secours aux baigneurs en détresse », apprend-t-on dans le Dictionnaire historique des rues de Strasbourg (Maurice Moszberger, Le Verger, 2012). En 1911, un club d’aviron, parmi les six installés dans un périmètres de 400 mètres carrés, s’installe sur l’île – il y est encore. En face, sur les berges de l’Ill côté Foulons, une piste cyclable passe depuis 1997 et porte le nom de Herrenwasser. À noter que c’est l’île Weiler qui portait d’abord ce nom, Herren désignant les bourgeois de la ville.

Aviron et bains du Herrenwasser (à droite) vers 1930 (DR) - hangar à bateaux le long de la piste cyclable actuelle (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Aviron et bains publics du Herrenwasser (à droite) vers 1930 (DR) – Comme d’autres hangars dans le secteur, celui de la Société nautique, le long de la piste cyclable du Herrenwasser, fait grise mine (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Déjà mentionné par un arrêté municipal de 1811, les bains du Herrenwasser deviennent les premiers bains de rivière aménagés à Strasbourg en 1861. Situés sur la rive nord de l’Ill, en face de l’île Weiler donc, et à proximité de la ville intramuros (les fortifications sont toujours debout à l’époque), ils constituent la première démarche hygiéniste de la municipalité. L’établissement disposait de bains de soleil, de vestiaires et de bassins spéciaux pour les enfants avec cours de natation pour les écoliers.

Mais, la pollution de l’eau devenant de plus en plus importante, il est décidé de les fermer et d’interdire la baignade sur le site en 1971, comme dans tous les bains de rivière à Strasbourg. En 2012, militants et élus écologistes se mobilisent pour le retour des baignades naturelles en ville, prenant le site du Herrenwasser comme symbole. Peut-être, un jour, les baigneurs se joindront-ils à nouveau aux pratiquants d’aviron. Sous l’autoroute ?

L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.

En BREF

Mobilités : l’usage de la voiture toujours en recul à Strasbourg

par Pierre France. 1 899 visites. 18 commentaires.

Strasbourg compte bannir les plus vieux diesel dès 2021

par Jean-François Gérard. 3 348 visites. 27 commentaires.

Épuisées, des mères d’enfants handicapés devant le rectorat pour obtenir de l’aide

par Guillaume Krempp. 10 879 visites. 15 commentaires.