Le conseil municipal de Schiltigheim soutient les enseignants du collège Leclerc
L'actu 

Le conseil municipal de Schiltigheim soutient les enseignants du collège Leclerc

actualisé le 06/06/2018 à 11h28 : Pour ajouter le résultat du vote

La nouvelle majorité écologiste et de gauche de Schiltigheim va prendre position sur le sort des collèges Leclerc et Lamartine, dont Rue89 Strasbourg vous parlait lundi. Passés les 12 points à l’ordre du jour de la séance de ce mardi 5 juin à 19h, une motion est proposée au vote des 39 élus.

Mardi soir, les élus de Schiltigheim, majorité et opposition, ont voté le texte à l’unanimité.

À l’occasion d’une refonte de la carte scolaire, les enseignants du collège Leclerc craignent la perte du statut REP (Réseau d’Éducation prioritaire). Le nouveau découpage prévu pour la rentrée en 2019 viserait à envoyer tous les élèves issus du quartier populaire des Écrivains vers le collège Lamartine à Bischheim (REP également), et donc d’y concentrer les difficultés. Le conseil départemental justifie le choix par la taille des établissements.

Des changements dès 2018

Dès la rentrée 2018, les 12 heures de dotation horaire globale hebdomadaires (prévues pour le suivi des élèves en difficultés) des professeurs du collège Leclerc seront supprimées. Elles sont remplacées par la création d’un poste à temps complet de soutien, mais pour une durée d’un an seulement.

Le collège Leclerc à Schiltigheim (photo Salem Slimani – CC Rue89 Strasbourg)

De plus, les élus remarquent que des élèves de CP des écoles Leclerc et Mermoz (toutes deux Rep également) bénéficieraient des classes dédoublées pendant deux ans, avant que ces dernières repassent à 25, une fois le statut perdu.

Une motion n’est qu’une prise de position symbolique, mais elle permet de mettre la pression sur les interlocuteurs, à savoir le Département du Bas-Rhin et le ministère de l’Éducation nationale. Et peut-être d’engager un dialogue ?

Le texte de la motion

Les parents d’élèves, les enseignants du collège Leclerc se mobilisent dans un collectif « Touche pas à mon Rep ». Ils craignent que la refonte de la carte scolaire décidée par le Conseil départemental d’une part et les réformes nationales d’autre part mettent à mal le statut REP du collège Leclerc dès 2019. Cette perte de statut aurait aussi des conséquences sur les écoles Mermoz et Leclerc avec une perte de moyens à terme, alors que le public fréquentant ces écoles primaires et maternelles ne changera pas.

Nous, élu(e)s à Schiltigheim, tenons à exprimer notre inquiétude et notre désaccord quant à l’éventualité d’une sortie de notre secteur de la nouvelle carte des Réseaux d’Éducation Prioritaire (REP).

Considérant que cette refonte de la carte scolaire serait une atteinte à la mixité sociale et une menace pour le statut REP. Elle serait préjudiciable à la cohésion et au vivre ensemble de notre commune. Les collégiens schilikois, et plus particulièrement ceux de Lamartine, en seraient les premières victimes. La mixité sociale est pour nous une chance. L’intérêt pédagogique doit primer sur les considérations purement comptables et géographiques.

Considérant que cela mettrait en péril la réussite de nos élèves bénéficiant aujourd’hui d’une éducation primaire et secondaire de qualité, rendue possible grâce aux moyens humains et financiers spécifiques alloués à l’éducation prioritaire.

Considérant également que l’application de la refonte de l’enseignement primaire (12 élèves en classe de CP puis en CE1), déjà en place dans les établissements REP+ et qui sera effective dans les REP à la rentrée 2018, aura pour conséquence que les élèves de CP seraient à 12 dans les écoles Leclerc et Mermoz à la rentrée (avec les moyens matériels et humains nécessaires et mis en place), avant de voir repasser les effectifs à 25 dans deux ans. Ce choix ne serait pas cohérent.

Ainsi, la Ville de Schiltigheim demande au Département et au Ministère de l’Éducation nationale un engagement ferme et pluriannuel quant au maintien des moyens financiers et humains du REP tant pour nos deux collèges que dans nos écoles.

Nous demandons également la prise en compte de l’évolution démographique de notre territoire dans les critères d’attribution du statut de REP.

Enfin, nous souhaitons que notre maintien en REP ne s’effectue pas au détriment d’autres établissements ayant aussi besoin de ce statut pour la réussite éducative et pédagogique de nos élèves.

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Des riverains obtiennent la fermeture temporaire du Local, bar à concerts de la Krutenau

par Tristan Kopp. 5 372 visites. 15 commentaires.

Venu de l’Ouest, Actu.fr se lance à Strasbourg

par Jean-François Gérard. 1 582 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Trois syndicalistes de France Bleu assignés en justice par leur direction

par Pierre France. 3 589 visites. 5 commentaires.