Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Mouillé dans l’affaire Benalla, le commissaire Creusat muté à Haguenau
Vigies 

Mouillé dans l’affaire Benalla, le commissaire Creusat muté à Haguenau

par Pierre France.
Publié le 19 novembre 2018.
Imprimé le 26 novembre 2022 à 16:26
6 226 visites. 1 commentaire.
Maxence Creusat lors de son audition au Sénat (capture d’écran public sénat)

C’est l’excellent site d’informations Les Jours qui le révèle : le commissaire Maxence Creusat a été réintégré par la police nationale, quatre mois après sa mise en examen dans l’affaire Benalla et sa suspension. Il doit prendre ses fonctions à la sécurité publique du commissariat de Haguenau. Les Jours suit de près l’affaire d’Alexandre Benalla, cet ancien garde du corps du président de la République Emmanuel Macron, puisqu’il s’agit d’une des « obsessions » de ce site web, qui traite l’actualité en séries : « l’homme du président. »

Les Jours rappellent que Maxence Creusat, 30 ans, était affecté à la Direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC) de la préfecture de police de Paris, lorsqu’il a transmis à Alexandre Benalla des images issues de la vidéosurveillance des altercations place de la Contrescarpe à Paris, dans lesquelles l’ancien garde du corps de l’Élysée est impliqué. Deux autres policiers ont été mis en examen pour « violation du secret professionnel » et « détournement d’images issues d’un système de vidéoprotection. »

Selon Les Jours, les fonctionnaires suspendus continuent de travailler et à toucher leur rémunération. Pour des faits de cette nature, ils ne risquent pas la révocation et sont donc seulement éloignés de leur service en attendant les conclusions de l’enquête administrative.

Article actualisé le 15/03/2021 à 12h20
L'AUTEUR
Pierre France
Fondateur et directeur de la publication de Rue89 Strasbourg.

En BREF

Manifestation spontanée mercredi contre une conférence anti-avortement au Parlement européen

par Maud de Carpentier. 1 014 visites. 1 commentaire.

Épuisés, les magistrats de Strasbourg exigent une réponse concrète du gouvernement

par Pierre France. 1 819 visites. 1 commentaire.

À l’IHU, « 50% des infirmières de bloc sont parties, mais on continue de faire 100% de l’activité »

par Guillaume Krempp. 1 511 visites. 3 commentaires.
×