Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
« Nous perdons nos étudiantes et étudiants »
Tribune 

« Nous perdons nos étudiantes et étudiants »

par Caroline Zorn.
Publié le 15 janvier 2021.
Imprimé le 22 octobre 2021 à 20:46
2 085 visites. 4 commentaires.

Caroline Zorn, vice-présidente de l’Eurométropole, conseillère municipale et co-présidente du groupe Écologiste et Citoyen, signe une tribune en faveur du déconfinement des étudiants et pour une refonte du système de bourse.

« Si seulement ma fille arrêtait ses études et trouvait un vrai travail ! Elle pourrait sortir de sa chambre de 9m2, elle pourrait relever la tête », ai-je entendu récemment à la caisse d’un supermarché, rare lieu à permettre encore des échanges in vivo.

Cette dame inquiète pour sa fille se pose une question essentielle et, si elle n’est pas inédite, contient un élément inconnu jusqu’alors : les études conduiraient les jeunes à l’isolement. De fait, un nombre croissant de jeunes abandonne leurs études. Une situation qui se révélera vite être une catastrophe collective.

Mis à l’isolement

Hier accusés de toutes les « bamboches », nos étudiants sont aujourd’hui mis à l’isolement, présumés moins capables de respecter les gestes barrières dans leurs campus que les salariés dans leurs entreprises. Pourtant, d’autres continuent à étudier normalement : quel raisonnement abracadabrantesque a conduit le gouvernement à fermer les Universités, tout en laissant ouverts les BTS et les classes préparatoires aux grandes écoles ?

La Conférence des Présidents d’Université a fait part de sa stupéfaction devant ce traitement différencié, le 29 octobre dernier dans un communiqué : « Chacun le sait, les classes préparatoires, souvent bondées, accueillent des élèves issus de milieux sociaux plus favorisés. Rien ne peut justifier, en dehors d’un réflexe sociologique de reproduction, une telle différence de traitement. Cette décision ôte toute crédibilité aux annonces du gouvernement en faveur de l’égalité des chances, dont il prétend faire son cheval de bataille. »

Une misère galopante

Ce dimanche 10 janvier, un étudiant de Master s’est défenestré du 4ème étage de sa résidence étudiante à Lyon, là où, en novembre 2019, un autre s’était immolé.

À Strasbourg aussi, la misère en milieu étudiant explose : cloîtré dans de petits logements dont il est devenu difficile de payer le loyer, assigné à un écran d’ordinateur du lever au coucher du soleil, sans ressource après avoir perdu brutalement leur job (la moitié des étudiants travaille pour financer leurs études, seulement 37% bénéficient d’une bourse sur critères sociaux), un nombre inquiétant de ces jeunes appellent au secours.

L’aide alimentaire est devenue incontournable. Les distributions organisées sur le campus par le Secours Populaire, l’Afges (association des étudiants d’Alsace, cf notre reportage) ou encore Les Compagnons de l’espoir connaissent un triste succès. L’exceptionnelle solidarité et la force du tissu associatif en Alsace permettent de répondre à ce besoin d’aide alimentaire, mais, de l’avis général, un élément est plus critique encore : la perte de lien qui conduit à la perte de sens.

Une détresse psychologique grave

Les services d’aide médico-psychologiques sont saturés. Les professionnels qui œuvrent à aider les étudiants à ne pas s’enfoncer psychologiquement en témoignent : la situation n’est plus tenable.

La réponse du gouvernement par l’autorisation d’un accueil par groupe de dix « personnes fragiles » n’est pas une option réaliste : comment organiser des cours en présentiel pour ce public sélectionné, mais aussi en distanciel pour les autres ? L’équation est ingérable administrativement, mais aussi inhumaine pour les jeunes et pour leurs enseignants au bord de la rupture. Ainsi que l’écrivent des étudiants de l’Université de Haute-Alsace dans une poignante tribune « Monsieur le Président, ceci est la Lettre des Derniers confinés » : « Même les lieux de culte ont pu rouvrir, avec une jauge de 30 personnes, quand les lieux de culture et de connaissance ne peuvent reprendre leurs activités […] Nous n’avons plus d’espoir ».

Demain, un manque de jeunes diplômés ?

Dès lors, faut-il continuer ses études ? Faut-il poursuivre ce parcours du combattant « quoi qu’il en coûte » ? Les demandes de remboursement de frais d’inscription pour cause d’abandon pleuvent sur les Universités. Or, ces demandes proviennent de celles et ceux issus des familles les moins aisées pour qui la pression est devenue trop lourde.

Le risque est un décrochage massif et que nous nous trouvions dans quelques années avec un déficit de médecins, de psychologues, de profs, d’ingénieurs… bref de jeunes diplômés.

La priorité : déconfiner les étudiants

Les Universités ne sont équipées aujourd’hui ni pour accueillir tous leurs étudiants (amphis souvent vétustes, trop petits et mal aérés), ni pour un vrai enseignement en ligne. Les enseignants dispensent un cours à l’aveugle « face caméra », pour un public collé à son écran (s’il dispose du bon matériel) sans dynamique pédagogique. De plus, les plateformes institutionnelles n’ont pas été conçues pour un usage permanent de la communauté universitaire et saturent. Il est urgent de reprendre une majorité des cours en présentiel, quoi « qu’il en coûte » !

En réalité, la situation de l’Université est préoccupante depuis longtemps et la gestion de la crise sanitaire ne fait qu’enfoncer les étudiants dont tout le statut doit être revu globalement.

Pour une vraie politique de soutien aux étudiants

La Ville de Strasbourg et l’Eurométropole se sont mobilisées comme jamais par le versement d’aides au fonds d’urgence pour les étudiants de l’Université de Strasbourg, le doublement des subventions aux associations étudiantes, le soutien au recrutement du Centre d’accueil médico-psychologique de Strasbourg (CAMUS), la fourniture de masques réutilisables pour les plus précaires, la mise à disposition de gymnases, l’aide logistique aux collectes, etc.

Mais les collectivités territoriales peuvent bien continuer d’atténuer les effets de la crise par des mesures d’aides exceptionnelles, là où l’État se satisfaisant simplement de sa loi pour la programmation de la recherche qui consacre les inégalités à l’Université : il est aujourd’hui question d’une crise sans précédent dont la Nation doit s’emparer, pour son avenir et celle de ses jeunes.

Ainsi, seuls des États Généraux de la vie étudiante et la mise en place d’une allocation autonomie universelle étudiante permettra à cette population de se projeter à nouveau dans un parcours universitaire. Quand un étudiant sur cinq est sous le seuil de pauvreté, cela signifie que le système de bourses est dépassé et doit être remis à plat.

Là où la France augmente, lentement mais sûrement, les frais d’inscription à l’Université en excluant une réforme des bourses, le système danois par exemple propose aux étudiants la gratuité des frais et une bourse de 750 €, ce qui attire de plus en plus d’étudiants notamment français. L’idée d’une allocation autonomie universelle étudiante date de l’après-guerre et de nombreux économistes l’ont chiffrée. Les syndicats étudiants la réclament. Cette solution est réaliste et réalisable !

Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, déconfinez nos étudiants ! Mesdames et Messieurs les parlementaires, donnez à (tous) nos jeunes l’envie et la possibilité de continuer leurs études. Nous en avons besoin.

L'AUTEUR
Caroline Zorn
Vice-présidente de l’Eurométropole en charge de l'Enseignement supérieur, la recherche, vie étudiante, métropole numérique et innovante. Conseillère municipale et co-présidente du groupe Écologiste et Citoyen.

En BREF

Reprise de l’usine Aptis : l’offre de Punch rejetée par Alstom

par Maud de Carpentier. 488 visites. 2 commentaires.

Stocamine : la justice annule le stockage illimité des déchets toxiques

par Jean-François Gérard. 1 071 visites. 3 commentaires.

Manifestation des salariés d’Alstom-Aptis : « Il vaut mieux un bon plan social qu’une mauvaise reprise »

par Maël Baudé. 576 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×