Avec Fakear, Boyz Noize et d’autres, les Nuits de l’Ososphère retrouvent enfin la Coop
Culture 

Avec Fakear, Boyz Noize et d’autres, les Nuits de l’Ososphère retrouvent enfin la Coop

actualisé le 01/05/2017 à 23h33

Festival des cultures numériques, l’Ososphère étend ses travaux pluridisciplinaires à Strasbourg depuis maintenant 20 ans. Les Nuits, rendez-vous de musiques électroniques au rayonnement européen, réinvestissent La Coop vendredi 28 et samedi 29 avril.

Originellement organisées dans tout le quartier Laiterie à Strasbourg, délocalisées à La Coop pendant 3 ans, puis ramenées vers la grande salle de la rue du Ban de la Roche, les Nuits électroniques de l’Ososphère ont beaucoup bougé ces dernières années. Pour cette édition 2017, bonne nouvelle : elles sont de retour dans le site de La Coop.

Le teaser du retour de l’Ososphère à la Coop

Friche urbaine électronique

Moments de rencontre et de croisement entre la musique, l’espace, les arts visuels, la ville et ses habitants, l’Ososphère est un festival qui n’a cessé d’interroger et de confronter l’espace urbain à toutes les formes du numérique. Il conviendra donc de célébrer le retour à la Coop, l’un des lieux strasbourgeois les plus en mouvement du moment, juste avant le commencement des travaux qui verront sa transformation en lieu public pour 2019.

Sur le chemin vers l’Allemagne, ancienne zone industrielle qui devient chaque jour un peu plus le bastion des nouvelles cultures, il sera agréable de profiter là-bas des expositions et performances proposées par ailleurs jusqu’au 7 mai.

Une programmation underground et exigeante

Mais avec ses deux dancefloors, c’est surtout la programmation de ces nuits de l’Ososphère qui attire l’oreille. Vendredi 28 avril, la première Nuit électronique propose une affiche presque exclusivement francophone.

Parmi les têtes d’affiches, Fakear, jeune beatmaker de 26 ans, découvert en 2013 avec son titre La Lune Rousse. Après avoir envoûté le Printemps de Bourges, celui-ci s’apprête à entraîner les Strasbourgeois en proposant les titres de son récent album intitulé Animal dans des sonorités trip-hop lancinantes.

Sheer Khan de Fakear

Dans un registre tout aussi jeune, Strasbourg accueillera les deux dandys chics de la nouvelle vague deep house française, Synapson. Le duo parisien, révélé en 2015 avec son album Convergence,  mixe plusieurs influences musicales, proposant ainsi une musique à danser, électronique teintée de jazz et de groove.

Le duo belge 2manydjs sera également de la fête. Officiant depuis 1995 , ils réunissent leur chansons préférées pour en créer des enchaînements rapides. Sur scène, les deux frères offrent leur culture musicale inépuisable, qu’ils mixent afin de créer un nouveau style artistique. Une base référentielle à laquelle ils ajoutent leur touche personnelle, offrant au public un shoot d’énergie.

Techno variété / cyber troubadour de Salut c’est cool

Salut c’est cool, proposeront quant à eux , leur « techno variété / cyber troubadour ». De l’électropunk volontairement désordonnée, aux accents kitsch dans laquelle ils jouent sur la dérision. Dans la même vague d’originalité, le collectif d’électro chill Bon entendeur fera découvrir au public strasbourgeois ses mixtapes de musique comprenant des passages d’interview en hommage à des personnalités françaises.

Boum boum dans les oreilles ! (vidéo Salut c’est cool / YouTube)

Le très attendu Boys Noize complétera la liste, avec un DJ set teinté de titres de Mayday, dernier album de l’Allemand qui saura sans aucun doute transformer le port du Rhin en club survolté à l’ambiance berlinoise.

Samedi 29 avril, DJ et groupes de toute l’Europe viendront encore électriser les deux salles. Les lives de Stephan Bodzin, Allemand à la techno minimale, et Bjarki, petit prodige islandais qui lorgne du côté d’Aphex Twin, se disputeront l’adhésion d’un public qui aura de quoi faire. En effet, sont aussi prévus ce soir-là le duo français Sinners, le meilleur DJ 2016 Sven Väth et l’habitué du Berghain Rødhad. De grands noms de la scène underground qui seront précédés des talents à suivre, comme la Belge Charlotte De Witte ou le Français MOLECULE 60°43′ nord.

Bjarki – Naked Naked

Une Osophère franco-allemande

L’édition 2017 s’inclut dans un week-end festif, le « tramfest », avec l’inauguration vendredi du tram vers Kehl suivi d’une série de manifestations, rencontres et spectacles des deux côtés du Rhin. Une très belle occasion de célébrer l’amitié franco-allemande sur les beats effrénés des meilleurs DJs d’outre-Rhin, pour deux nuits uniques et qui promettent d’être courtes.

Aller plus loin

Sur Ososphère.org : programmation et horaires

L'AUTEUR
Morgane Milesi avec Emma Schneider

En BREF

Le tout premier urinoir féminin testé au festival Summer Vibration

par Hélène Janovec. 3 471 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Sécheresse dans le Bas-Rhin, l’usage de l’eau restreint

par Hélène Janovec. 5 053 visites. 3 commentaires.

À Gambsheim, un restaurateur sert un menu Affaires à la sauce Zemmour

par Jean-François Gérard. 14 176 visites. 24 commentaires.