L’Orchestre philharmonique de Strasbourg raccorde ses violons
Culture 

L’Orchestre philharmonique de Strasbourg raccorde ses violons

Après la brutale interruption causée par la crise sanitaire et le confinement, l’Orchestre philharmonique de Strasbourg propose une saison entre innovations scéniques et classiques du répertoire.

Secouée par la crise sanitaire et l’amputation de la saison précédente, la vie culturelle reprend timidement dans les salles strasbourgeoises. C’est le cas pour l’Orchestre philharmonique de Strasbourg (OPS), qui a déjà ouvert sa saison, aussi ambitieuse que les années précédentes, malgré les précautions imposées par la pandémie.

Le spectre du Covid

Comme pour tout le secteur artistique, le confinement a porté un rude coup à l’orchestre de la municipalité, avec pas moins de 42 spectacles annulés depuis le printemps 2020. En découlent les complications financières et logistiques du remboursement des places et du report des spectacles. Certains ont pu être reprogrammés, soit cette saison (notamment Stefan Dohr qui jouera en mars 2021), soit plus tard en 2021-2022.

Comme nombre de structures culturelles, l’OPS doit se conformer à la limitation des jauges des spectacles, afin de maintenir la distanciation recommandée. Le port du masque durant la représentation ne suffit plus, et laisser des sièges vides amènera à repenser l’équilibre financier de spectacles. Certains événements indiquent d’ores et déjà des programmes alternatifs, « si le contexte sanitaire l’impose ».

L’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, 15 décembre 2016 (Photo Pascal Bastien / doc remis)

Une offre diversifiée dans les tons et les cibles

L’OPS reprend son cycle consacré à Gustav Mahler, notamment avec l’une de ses plus grandes pièces : sa 9e symphonie. Les 4 et 5 février 2021, Le Testament de Mahler sera l’occasion de découvrir une pièce crépusculaire que son auteur lui-même n’a jamais pu entendre, mort avant qu’elle ne soit jouée. En écho de cette dernière symphonie achevée, le programme propose également celle de Mozart, le 20 février 2021.

La saison comporte aussi son lot de pièces plus légères. Clément Lebrun présente le cocasse Bourgeois gentilhomme et les aventures de la marionnette Petrouchka. Bandes originales, les 8 et 9 octobre 2020, invite à redécouvrir des musiques cinématographiques cultes. De Psychose à Orange mécanique en passant par Le Hobbit, c’est l’occasion d’entendre ces musiques en direct.

Une saison charnière qui porte des nouveautés

Plusieurs nouveautés pour l’OPS cette année, à commencer par le changement de sa direction. En place depuis 2012, le chef slovène Marko Letonja laissera, dès la saison prochaine, sa place au jeune chef ouzbek Aziz Shokhakimov. Il dirigera L’Esprit du cor avec Stefan Dohr les 11 et 12 mars 2021 au Palais de la Musique et des Congrès.

Cette saison est également l’occasion pour l’OPS d’initier de nouveaux partenariats. Avec le Musée Tomi Ungerer, Remi Studer et l’OPS créent Otto en mars 2021, l’adaptation de l’histoire Otto, Autobiographie d’un ours en peluche. Et ce sera dans les musées de la Ville de Strasbourg que seront jouées les œuvres du projet Miroirs, le premier dimanche de chaque mois. Des concerts de musique de chambre qui mettront en regard œuvres plastiques et musicales. Comme suggestion pour la Saint-Valentin, l’OPS proposera une expérience sonore et gustative avec le chocolatier strasbourgeois Thierry Mulhaupt.

L'AUTEUR
Tristan Kopp
Rédacteur transmédia. Pour une culture au service du social.

En BREF

À Niederhausbergen, Jean-Luc Herzog porte les élections jusqu’au Conseil d’État

par Pierre France. 1 273 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Des peines de prison confirmées en appel pour des militants anti-GCO

par Félix Paulet. 1 628 visites. 1 commentaire.

Harcèlement de rue : une marche « Ensemble en jupe » samedi 24 octobre

par Félix Paulet. 1 957 visites. 2 commentaires.