Pierre le Crieur relégué à l’extrémité du marché de la Krutenau
L'actu 

Pierre le Crieur relégué à l’extrémité du marché de la Krutenau

Depuis plus d’un an, Pierre le Crieur est présent lors du marché de la Krutenau. Un mercredi sur deux, il installe sa petite scène au milieu de la place de Zurich et scande haut et forts des messages que lui laissent les passants. Mais cette semaine, suite aux plaintes de quelques commerçants, il n’a pas pu prendre place au milieu des étals.

Ce mercredi 3 juillet, Pierre le Crieur n’a pas pu installer sa petite scène au même endroit que d’habitude, au centre de la place de Zurich, en plein coeur du marché de la Krutenau. Certains commerçants se sont plaints auprès du placier de la Ville de Strasbourg : ils reprochent à Pierre de « rassembler trop de monde et d’empêcher la circulation des clients. »

Cette interdiction a été notifiée à Pierre la semaine précédente. Habitué des lieux, il a commencé ses criées en janvier 2018, il n’avait eu jusqu’ici aucun problème avec les commerçants. Pierre se pose et lit avec emphase vers midi des petits mots déposés par des anonymes au cours de la matinée.

C’est souvent très drôle et la mise en scène des textes par Pierre et son acolyte, Rémi, permettent aux clients et aux passants de rire de situations vécues ou subies par les habitants du quartier.

Pierre le crieur
Pendant la criée, Pierre est accompagné d’un autre comédien : Rémi (Photo HJ / Rue89 Strasbourg)

Agacés par le succès du numéro du Crieur

Mais ça ne fait pas rire tout le monde. Ainsi cette vendeuse de légumes, qui ne souhaite donner que le seul nom de son mari, « Monsieur Pfaff », est agacée par cette animation :

« Quand il a commencé les criées, il s’était installé devant notre étal. On n’a pas aimé. Ça faisait beaucoup trop de bruit, c’était devenu impossible de travailler. Les gens étaient attroupés autour de lui, mais il n’y avait plus de clients à notre stand. »

Quelques étals plus loin, un autre vendeur, qui souhaite rester anonyme, partage cet avis. Installé derrière son stand de spécialités à base de champignons, il renchérit :

« Il y a un règlement. Nous, on le paye notre emplacement ! »

Pierre et Rémi les crieurs du mercredi, en pleine démo (vidéo HJ / Rue89 Strasbourg / cc)

Ces commerçants se sont plaints auprès du placier de la Ville de Strasbourg, lequel est allé directement voir Pierre pour lui signifier qu’il n’était plus le bienvenu.

Et tant pis si d’autres commerçants voient en Pierre et Rémi une animation de qualité, susceptible de plaire aux clients qui arpentent la place à cette heure-ci, tel Christine, fleuriste, qui confie en souriant et en montrant d’un signe de tête le commerçant voisin :

« Moi, j’aime bien les criées… mais chut ! Ça me rappelle quand j’étais petite, je venais au marché avec ma grand-mère et il y avait toujours des crieurs ». 

« Pierre, il est sympa ! Moi, les criées, ça ne me dérange pas. Au contraire, ça sort de l’ordinaire », ajoute Astrid depuis son stand de fruits et légumes.

marche krutenau
Une vingtaine de commerçants sont présents au marché de la Krutenau (Photo HJ/ Rue89 Strasbourg)

Mais il en va ainsi apparemment… Quand quelqu’un se plaint, c’est lui qu’on écoute et tant pis si le comédien a du talent, tant pis si des festivals se l’arrachent alors qu’il vient quasi-bénévolement place de Zurich (il laisse un chapeau qui récole de 0 à 20€ par session), tant pis s’il plait et permet aux passants de sortir de leur quotidien quelques instants… Tout ça n’a pas compté apparemment face aux présomptions d’atteintes au chiffre d’affaires des plaignants.

Un moment de partage

Pierre le Crieur avait sérieusement envisagé de « faire grève » et de ne pas se rendre au marché cette semaine. Finalement, il a interpellé les passants, en leur demandant de lui écrire des « messages de solidarité, d’amour », mais aussi des petits mots à l’adresse « du peuple ou même du président ».

pierre le crieur
La criée commence à 12h pile, avec la petite cloche pour marquer le changement de blague (Photo HJ / Rue89 Strasbourg)

Une criée en petit comité

À 12h tapantes, la performance commence. Adeline, une passante, arrive juste à temps. Aujourd’hui, Pierre le Crieur et son acolyte Rémi n’ont pas beaucoup de messages à lire : une dizaine seulement. Adeline se laisse convaincre, et, pour soutenir les deux comédiens, elle fini par rédiger son tout premier message.

Ironiquement, Pierre le Crieur demande aux quelques personnes du public de se rapprocher un peu plus de sa petite scène : « Je veille quand même à ce que les gens qui le souhaitent puissent passer ! »

Certains messages sont drôles, d’autres sont revendicatifs comme d’habitude mais malgré les efforts de Pierre et Rémi pour vocaliser avec entrain depuis le coin de la place de Zurich, seules cinq personnes les écoutent. En général, ce sont entre 20 et 40 personnes qui assistent à la criée du mercredi.

L'AUTEUR
Hélène Janovec
Hélène Janovec
Journaliste stagiaire

En BREF

Enseignants et parents du collège Twinger déçus par la réponse de l’académie

par Pierre France. 1 894 visites. 3 commentaires.

Menacé d’une expulsion, le squat Bugatti mobilise ses soutiens mardi

par Pierre France. 1 224 visites. 6 commentaires.

La place des Halles évacuée pendant cinq heures mercredi

par Rue89 Strasbourg. 10 867 visites. 7 commentaires.