Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Du poulet et des œufs d’élevages confinés vendus avec le label « plein air » en magasin
Environnement 

Du poulet et des œufs d’élevages confinés vendus avec le label « plein air » en magasin

par Thibault Vetter.
Publié le 9 janvier 2023.
Imprimé le 08 février 2023 à 08:41
8 333 visites. 5 commentaires.

Comme ailleurs en France, toutes les poules d’Alsace sont claustrées depuis le 11 novembre à cause d’une épidémie de grippe aviaire. Depuis trois ans, des produits sont régulièrement vendus avec les labels « plein air » ou « bio » alors qu’ils proviennent d’élevages confinés.

De nombreux consommateurs achètent plus cher des poulets, des œufs ou du canard avec les labels « plein air », « label rouge » et « bio », en espérant que les animaux soient mieux traités que dans les exploitations conventionnelles. Mais en France, aucune volaille n’est élevée en plein air depuis le 11 novembre. Le niveau de risque lié à la grippe aviaire est passé de « modéré » à « élevé » ce jour là, à cause de la baisse des températures et de la forte activité migratoire des oiseaux sauvages.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a accordé une dérogation pour que les producteurs et distributeurs continuent d’utiliser les labels avec les emballages correspondants et même les codes sur les œufs censés exposer les conditions d’élevage. Un simple affichage à l’attention des consommateurs doit cependant les informer de la situation dans les magasins. Mais au Auchan de la rue des Grandes-Arcades, au Naturalia de la rue Finkmatt, à la Biocoop rue de Sébastopol ou au Carrefour City de l’avenue des Vosges, aucune indication relative à la grippe aviaire n’est visible dans les rayons.

22 millions de volailles tuées en France en 2022

Au Auchan des Halles, une feuille est accrochée sur le côté de l’étagère des œufs plein air mais elle est cachée par des articles. Jean-Luc Langevin, directeur du magasin Biocoop, dit ne pas être pas au courant qu’une information aux consommateurs est censée être réalisée. Le responsable de Naturalia assure n’avoir reçu aucune consigne de la part du service marketing. La direction de l’enseigne affirme que « l’information est mal descendue en région Grand Est ». Suite à la sollicitation de Rue89 Strasbourg, le distributeur va « procéder à l’ajustement et à la mise en conformité ». Contactés, les groupes Auchan, Carrefour et Biocoop n’ont pas répondu aux questions de Rue89 Strasbourg.

Cela fait trois ans que des mesures sanitaires contre la grippe aviaire empêchent l’élevage en plein air d’exister, au moins une partie de l’année. En 2022, l’épidémie a tué et nécessité l’abattage de 50 millions de volailles en Europe dont 22 millions en France. La centaine d’élevages de poules -pondeuses et de chair confondues- en Alsace a été épargnée d’après Thomas Kelhetter, responsable aviculture à la chambre d’agriculture : « On n’a pas eu de foyer en élevage comme en Vendée ou en Pays-de-la-Loire. »

Plus de restrictions pour les élevages près du Rhin

Le territoire est divisé en zones normales et zones à risque dans les couloirs de migration, par exemple aux abords du Rhin ou près de lacs en Moselle. Dans ces zones à risque, les volailles étaient déjà confinées depuis que le risque est passé de « négligeable » à « modéré » le 2 octobre. Pierre-Luc Laemmel, porte parole de la Confédération paysanne en Alsace et éleveur de poules en plein air constate que dans certains élevages, les poules ne peuvent quasiment plus sortir :

« Lors de la saison 2021-2022, les éleveurs en zone à risque ont dû confiner leurs poules ou leurs canards fin septembre et on pu les ressortir début juin, pour les reconfiner dés le 2 octobre. Les animaux n’ont pu sortir que quatre mois dans l’année. Moi je suis en zone normale donc c’était six mois, mais c’est un crève-cœur. »

C’est plutôt le marketing vert qui saute aux yeux au Auchan des Halles. (Photo TV / Rue89 Strasbourg)

Pour la Confédération paysanne, la propagation du virus de la grippe aviaire est liée au modèle industriel, avec sa segmentation des étapes d’élevage, ses mouvements de gros effectifs de volailles sur différents sites, et la promiscuité dans les grosses exploitations. Pierre-Luc Laemmel regrette que les petites exploitations pâtissent des pratiques de l’élevage intensif et soient concernées par les restrictions :

« J’ai des poules qui naissent et meurent dans mon exploitation. Avec des filets au-dessus de leurs parcours, le risque est très limité pour qu’elles attrapent la grippe aviaire. Mais je dois quand même les confiner. »

Une vaccination devrait être bientôt disponible

Thomas Kelhetter précise que seuls les poulets de chair ont la possibilité de sortir sur un parcours réduit à partir de leur dixième semaine d’élevage, sachant qu’ils peuvent être abattus au bout de onze ou douze semaines avec la certification label rouge ou bio. « Les volailles peuvent devenir agressives entre elles voire cannibales à cause du confinement. Cette mesure permet d’améliorer la situation », explique le responsable aviculture de la chambre d’agriculture d’Alsace. Il ajoute :

« Comme la maladie semble s’installer, l’élevage plein air ne pourra pas continuer sans vaccination. Mais il faut aussi que des accords commerciaux soient trouvés au niveau européen pour garantir les exportations, car certains pays importateurs montrent des réticences à acheter des volailles vaccinées. »

Un élevage « plein air » de près de 40 000 poules à Preuschdorf, où on compte environ 1 500 poules dehors. Il faut donc imaginer à peu près 36 500 poules à l’intérieur du bâtiment. (Photo TV / Rue89 Strasbourg)

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, syndicat agricole productiviste, estime que le vaccin sera prêt en juin. Les principaux acteurs agricoles attendent cette solution médicale pour continuer l’élevage industriel. Les scientifiques accusent pourtant ce modèle de créer régulièrement des épidémies et d’être une source potentielle de pandémie.

L'AUTEUR
Thibault Vetter
Thibault Vetter
enquête sur l'hébergement d'urgence, la grande précarité, les pollutions et l'industrie.

En BREF

Troisième journée de grèves et de manifestation mardi contre la réforme des retraites

par Thibault Vetter. 8 537 visites. 6 commentaires.

La Foire Saint Jean 2024 aura lieu à Hautepierre

par Thibault Vetter. 3 230 visites. 1 commentaire.

Après un accident mortel, une marche organisée vendredi pour des routes moins dangereuses à Cronenbourg

par Pierre France. 1 146 visites. 6 commentaires.
×