Quartier du Bruckhof : le prix de la densité
Environnement  Politique 

Quartier du Bruckhof : le prix de la densité

actualisé le 28/03/2016 à 21h43

L'ensemble du Bruckhof est déjà en partie habité. La partie privée (au sud du site) est en cours de finition (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

L’ensemble du Bruckhof est déjà en partie habité. La partie privée (au sud du site) est en cours de finition (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Les aménagements qui ont fait débat (1). Le long de la route du Rhin au nord, du Ziegelwasser au sud, de la station de tram Aristide-Briand à l’Est, des terrains de foot à l’ouest, le nouveau quartier du Bruckhof s’élève sur l’ancien dépôt CTS de Neudorf. Inaugurés le 11 juillet 2013, ses 657 logements sont déjà en partie habités. Retour sur un dossier devenu le symbole du « bétonnage » reproché à l’équipe municipale sortante.

Eté 2013, 9 heures, à l’angle de la rue de Bucarest et de l’avenue du Rhin, en face des terrains de foot. Une famille sort de la résidence Le Bruckhof, un immeuble géré par le bailleur social Habitat de l’Ill, habité depuis quelques mois. Les rires résonnent dans la cage d’escalier où s’alignent une dizaine de boîtes aux lettres.

(Google map)

La résidence Habitat de l’Ill se situe face aux terrains de foot, dans l’ilot nord (Google map)

Un peu plus loin, toujours rue de Bucarest, cette fois en plein cœur de ce nouveau « morceau de ville » inauguré par les géants du BTP Bouygues et Eiffage le 11 juillet dernier, l’ambiance est calme, résidentielle. Les immeubles sont plus cossus. En levant le nez, l’on aperçoit une femme en train de bronzer sur une chaise longue. Le balcon est généreux, enchâssé dans ses barreaux de métal noir. Au rez-de-chaussée de la résidence, des carrés de jardins. L’un accueille déjà une ribambelle… de nains de jardin.

Quartier du Bruckhof, 650 logements là où n'en étaient prévus que 350 (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Logements au cœur de l’ilot nord, plus cossus (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

En face, dans l’ilot sud, le long du Ziegelwasser (photo en haut de page), les travaux sont en cours de finition. Ici, la pelouse est en encore en phase de pousse, des récupérateurs d’eau de pluie inutilisés sont disposés sur les terrasses en rez-de-chaussée, des panneaux solaires habillent les toits. Comme ailleurs au Bruckhof, la peinture grise et le blanc sur des murs en béton dominent, mais le bois est aussi présent, assurant un peu d’intimité et de chaleur aux balcons, proches les uns des autres. On est loin néanmoins de l’image de « quartier vert » vendue par Bouygues.

D’ailleurs, au printemps 2012, le promoteur présentait encore un projet appelé « Jardins de l’Ecopole », rebaptisé aujourd’hui… « Allées de l’Ecopole ».

Les Jardins de l'Ecopole, quartier du Brückhof (DR)

Les « Jardins de l’Ecopole », quartier du Brückhof (Document remis en 2012)

Maquette des "Allées de l'Ecopole", à l'inauguration du Bruckhof par Bouygues-Eiffage, jeudi 11 juillet 2013 (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Maquette des « Allées de l’Ecopole », à l’inauguration du Bruckhof par Bouygues-Eiffage, jeudi 11 juillet 2013 (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

En fin d’année, les 657 logements de ce nouveau quartier du nord de Neudorf seront habités, aussi bien les logements sociaux (Habitat de l’Ill et CUS Habitat pour 25% des surfaces, auxquelles s’ajoutent 10% d’accession sociale à la propriété) que les résidences étudiantes (Fac Habitat et le Crous) ou des appartements privés, dont certains sont loués par Foncia. Les commerces, dont les « cellules » sont aménagées en bas d’immeubles le long de la station de tram, devraient être occupés d’ici quelques mois. L’hôtel Ibis, au coin de l’avenue du Rhin et de l’avenue Aristide-Briand, accueillera ses premiers clients en 2014.

Comment densifier sans bétonner

Si le Bruckhof devient progressivement un quartier comme un autre, « ni pire, ni mieux » que ce qui se fait ailleurs dans l’agglomération, où l’on construit près de 3 000 logements par an depuis quelques années, cet ensemble urbain a catalysé un débat important : dans une ville où l’on s’accorde sur le besoin en constructions supplémentaires, comment densifier l’habitat sans bétonner ? Comment aussi, construire la ville dans ses limites sans sacrifier la qualité de vie des futurs habitants ?

Sur le Bruckhof, les réponses à ces questions ont différé entre les options prises par la précédente municipalité de Fabienne Keller, qui a engagé le projet en 2006 et validé la désignation du groupement Bouygues-Eiffage-Habitat de l’Ill pour construire cet ensemble (voir le courrier (PDF) de désignation du groupement), et celle de Roland Ries qui a pris les manettes en 2008, adaptant le projet à ses objectifs politiques : plus de logement social et surtout plus de logements tout court.

Différences entre les projets (Werlé versus Bies)

  • 320 logements versus 657 – Avec le même plan-masse (surface au sol), l’équipe autour de Geneviève Werlé, adjointe à l’urbanisme de Fabienne Keller, faisait 320 logements et autant de places de parking en sous-sol. Le Bruckhof remanié par l’adjoint au logement de l’équipe de Roland Ries, Philippe Bies, comporte 657 logements pour 500 places environ, soit 0,8 places par logement. « Les étudiants n’ont pas tous une voiture », argue Philippe Bies. « Où les gens vont-ils ranger les trottinettes, les vélos en hiver et même les skis? », s’interroge l’opposition.
  • 10% de social versus 35% – Le projet Keller-Werlé comportait 10% d’accession sociale à la propriété et pas de logement social, « déjà très présent dans le quartier ». Les appartements étaient grands, de 2 à 5 pièces. Le projet Ries-Bies a divisé les surfaces pour faire plus de petits logements, et notamment des studios pour étudiants. Selon Philippe Bies, ce redécoupage ne devrait pas entraîner d’augmentation de la population globale du quartier : « On vit à 4 ou 5 dans un 5-pièces, autant que 5 étudiants dans 5 studios! ».
Résidence étudiante au Bruckhof, côté cours rue de Bucarest (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

Résidence étudiante au Bruckhof, côté cours rue de Bucarest (Photo MM / Rue89 Strasbourg)

  • R+2 à 5 versus R+6 – Ce qui renchérit la densité de population en revanche, c’est la surélévation des bâtiments. Deux à trois étages ont été rajoutés sur chacun des immeubles. « Ces ajouts entraineront une plus grande promiscuité et des tensions », prédit Fabienne Keller, qui défendait avec son adjointe des bâtiments bas le long du Ziegelwasser, pour que tous les immeubles puissent avoir des balcons avec vue sur le ruisseau, même ceux le long de la route du Rhin. « De la densité oui, mais plus comme ce qui s’est fait sur l’ilot Lombardie [au sud de la place de l’Etoile] ou à la Kibitzenau, note encore la candidate à la mairie de Strasbourg en 2014. Là, on refait ce qu’on a détruit au Neuhof ! »

« La densité est acceptable à certaines conditions, concède Philippe Bies, [et notamment] si elle mêle habitat, activités et nature, sous toutes ses formes ». Habitat, check. Activités, check. Nature ? Même si l’ilot sud du Bruckhof sera doté d’un hôtel à insectes et d’un nichoir, cet ensemble en béton n’a qu’un lien ténu avec cette nature dont parle le néo-député du Bas-Rhin. Et ce n’est pas la méthode Coué du patron local de Bouygues Immobilier qui va y change quelque chose : « C’est un quartier très vert, avec ses terrains de foot… même s’ils sont en synthétique ».

L'AUTEUR
Marie Marty
Marie Marty
Journaliste indépendante, co-fondatrice de Rue89 Strasbourg. Membre de l'association des Journalistes - écrivains pour la nature et l'écologie.

En BREF

Lahti supplante Strasbourg pour la « capitale verte européenne 2021 »

par Rue89 Strasbourg. 1 138 visites. 11 commentaires.

Ce week-end, la rue du Jeu-des-Enfants devient la rue Alain Bashung

par Hélène Janovec. 1 696 visites. 4 commentaires.

Ballon d’Alsace, Kaysersberg, Ribeauvillé… Ces sites classés pourraient être moins protégés

par Jean-François Gérard. 1 613 visites. Aucun commentaire pour l'instant.