Quatre étudiants frappés pour avoir arraché des affiches du Bastion Social
L'actu 

Quatre étudiants frappés pour avoir arraché des affiches du Bastion Social

Quatre étudiants ont été agressés dans la nuit du 28 au 29 mars entre l’Agora et la fac de droit avant 23h. Ils arrachaient des affiches du Bastion Social. Une dizaine d’individus les ont frappés sur le haut du corps et au visage. Pompiers et polices se sont rendus sur place. Les jeunes sont indemnes, d’après un premier bilan.

23h30, à deux pas de l’arrêt de tram Esplanade. Une vingtaine de personnes sont massées au 30, avenue du Général de Gaulle. Dans la nuit du mercredi 28 au jeudi 29 mars, quatre étudiants, dont un lycéen, ont été frappés après avoir arraché des affiches du Bastion Social sur un espace d’affichage libre.

Le lieutenant-chef de groupe des pompiers Guy Colling a été appelé à 23h06. Après un premier bilan sur place, les quatre personnes agressées sont indemnes.

Décollage solitaire

Dans la soirée, une alerte a été publiée sur les pages Facebook de groupes antifascistes. Elle signalait que le Bastion Social est en train de coller des affiches sur le campus de l’université. Selon le groupe de victimes, ils étaient partis à la recherche d’un ami, parti seul pour arracher ces affiches. « Un comportement dangereux », déplore un militant antifasciste qui s’est rapidement rendu sur place.

Parmi les victimes, un lycéen qui a tenu à garder l’anonymat. Il raconte ce qui s’est passé :

« Un groupe d’une dizaine de personnes s’est dirigé vers nous. Ils n’ont pas cherché à dialoguer. Ils nous ont tout de suite proféré des insultes sexistes et homophobes et se sont mis à nous frapper : des coups de poing sur le haut du corps et le visage. Ils ont frappé pendant qu’un de nous était au sol. »

Contactée par téléphone jeudi 29 mars, une victime affirme qu’elle portera plainte « dès la semaine prochaine ». Âgée de 18 ans, elle a aussi été frappée au visage.

Réaction du président de l’Université de Strasbourg, Michel Deneken

« J’ai appris que des étudiants et des lycéens ont été victimes d’actes de violence la nuit dernière sur le campus universitaire de l’esplanade. Je tiens à exprimer toute ma solidarité avec les étudiants et lycéens qui ont subi ces violences. Par-delà les légitimes différences d’opinion, je les assure de ma ferme volonté de maintenir dans notre université, sur ses campus, dans ses locaux, les conditions d’exercice des libertés publiques et académiques…

Le débat d’idées, surtout quand il concerne et implique étudiants, lycéens et enseignants, suppose le recours aux moyens démocratiques, exige le respect des personnes.

Je condamne ces violences d’autant plus fermement qu’elles ont été commises sur l’espace universitaire qui doit rester un lieu de liberté, de rencontre et d’échange. »

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste en alternance depuis la rentrée 2017.

En BREF

Des riverains obtiennent la fermeture temporaire du Local, bar à concerts de la Krutenau

par Tristan Kopp. 4 559 visites. 12 commentaires.

Venu de l’Ouest, Actu.fr se lance à Strasbourg

par Jean-François Gérard. 1 464 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Trois syndicalistes de France Bleu assignés en justice par leur direction

par Pierre France. 3 497 visites. 5 commentaires.