Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Racing : Encore trois matchs à tenir !
Fièvre bleue
Le football est ma religion, le Racing ma confession. Je ne suis pas baptisé, si ce n'est à la sueur de mes premières émotions de supporter. Déjà 20 ans que ça dure et ce n'est pas prêt de s'arrêter...
blogs Fièvre bleue 

Racing : Encore trois matchs à tenir !

par Paolo.
Publié le 6 mai 2013.
Imprimé le 22 octobre 2021 à 22:11
1 144 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
Racing-Belfort (2-1) samedi à la Meinau : une victoire précieuse mais sans convaincre (Photo : Racingstub)

Racing-Belfort (2-1) samedi à la Meinau : une victoire précieuse mais sans convaincre (Photo : Racingstub)

Auteur d’une énième piètre prestation samedi dernier face à Belfort, le Racing n’a pourtant jamais été aussi proche de son objectif. En fait, c’est peut-être tout simplement parce que la saison touche à sa fin. Le RC Strasbourg jouera-t-il en National en 2013-2014 ? Dans trois matches on saura. Vivement que ça se termine !

BlogLe sentiment que j’éprouve présentement est pour le moins paradoxal. Mon équipe est encore en lice pour monter en National et il ne reste qu’une poignée de rencontres à disputer. Le suspense est presque à son acmé. Pourtant, rien à faire, je n’arrive toujours pas à m’enflammer pour ce Racing 2012-2013. Pourquoi ?

Des cadres aux abonnés absents

Peut-être serait-il plus commode de me voiler la face sur le tempérament mièvre de cette formation et sur l’absence de projet institutionnel. Je devrais sans doute enfiler mes œillères et m’évertuer à cautionner ces joueurs qui semblent parfois concernés par l’avenir du club comme de leur première paire de crampons. Hormis certains éléments valeureux et quelques jeunes, les cadres demeurent aux abonnés absents.

Un supporter ne se contente pas de prodiguer un soutien inconditionnel à ses protégés. Lorsque c’est nécessaire, la critique doit s’exprimer, librement, sans que cette dernière n’altère la passion partisane. Le supporter que je suis (et que je resterai) est désormais entré dans une dimension personnelle où je ne laisserai plus rien passer. Cette intransigeance intellectuelle n’a d’égal que l’amour que je porte au Racing Club de Strasbourg tout court (et non à son avatar actuel tristement connu sous le sigle « RCSA ») et à la vision ambitieuse que j’ai de cette institution. J’aurai l’occasion d’y revenir une fois la saison terminée.

Quatre victoires sur les cinq derniers matches

Pour le moment recentrons-nous sur l’actu brûlante. Depuis mon dernier billet rédigé après l’insipide RCS-Mulhouse (6 avril), le Racing a disputé cinq matchs et en a remporté quatre. Détaillons succinctement le contenu de ces cinq rencontres. Il est à souligner la bonne tenue récente des ouailles de François Keller à l’extérieur, avec notamment ce succès clinquant à Lyon-la-Duchère (27 avril) : 5-1 s’il vous plaît, peut-être la prestation la plus convaincante de l’année. L’autre excursion footballistique printanière s’est également soldée par une victoire, plus étriquée pour le coup, 1-0 à Yzeure (13 avril).

C’est à domicile en revanche que le bât blesse avec notamment cette incroyable déconfiture enregistrée contre Moulins (10 avril) : 4-0 ! Le Racing n’avait pas été laminé ainsi sur ses terres depuis le 4 janvier 2006 (le RCS était alors en Division 1 et l’adversaire se nommait Olympique Lyonnais). Un revers injustifiable. Comme beaucoup, j’ai quitté le stade pétrifié de honte ce soir-là. Pour compléter le tableau de ce court bilan sur les cinq derniers matches, signalons les deux victoires face à aux demi-sel Sarre-Union et Belfort. Minimaliste face à Buckenum (2-0), le Racing a carrément souffert le martyr contre les Francs-Comtois, arrachant un 2-1 plus qu’heureux au vu de la prestation d’ensemble.

Il ne peut en rester qu’un

Le sprint final est lancé et c’est en fin de saison qu’il s’agira de tirer les conclusions qui s’imposent. Il reste à présent trois petits matches et il faut finir premier. Compte-tenu des moyens déployés (le budget actuel du RCS pourrait en théorie suffire pour jouer les premiers rôles en National) et de la qualité intrinsèque de son effectif, tout autre positionnement que la tête serait un échec. Le hic, c’est que le Racing n’a occupé ce classement qu’une seule fois en 2012-2013.

Pour l’heure, le Racing n’est que le dauphin du leader provisoire Raon-l’Etape, qui sera justement l’ultime adversaire du Racing. Derrière, Grenoble n’a pas abdiqué et sera le prochain client des Strasbourgeois, ce samedi au stade des Alpes. Entre ces deux rendez-vous d’envergure, la réception de la réserve du PSG à la Meinau sera pareillement cruciale. En clair, il va falloir passer sur le corps de ces trois adversaires pour s’assurer la promotion. Il n’y a plus qu’à croiser les doigts.

Voir tous les articles de ce blog
L'AUTEUR
Paolo
Paolo
Fidèle supporter du Racing depuis l'âge de 8 ans, je suis également un grand amateur de football allemand et italien. Mon regard se veut avant tout critique : Strasbourg mérite un grand club et ses fans doivent être respectés. Le lundi de 20h à 22h, je suis à l'antenne sur RBS (91.9 FM) pour le Mojito Football Club, une émission consacrée au foot étranger.

En BREF

Reprise de l’usine Aptis : l’offre de Punch rejetée par Alstom

par Maud de Carpentier. 488 visites. 2 commentaires.

Stocamine : la justice annule le stockage illimité des déchets toxiques

par Jean-François Gérard. 1 074 visites. 3 commentaires.

Manifestation des salariés d’Alstom-Aptis : « Il vaut mieux un bon plan social qu’une mauvaise reprise »

par Maël Baudé. 576 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×