Régionales : Masseret au second tour malgré la fronde de 71 colistiers
L'actu 

Régionales : Masseret au second tour malgré la fronde de 71 colistiers

actualisé le 09/12/2015 à 16h08

Jean-Pierre Masseret, lors du débat des têtes de liste du Grand Est, à la Librairie Kléber en novembre. (Photo Pascal Bastien)

Près de 40% de la liste de Jean-Pierre Masseret ne souhaitait pas être candidate. (photo Pascal Bastien)

Clap de fin pour le feuilleton des 48 dernières heures en Alsace Lorraine Champagne Ardenne (ALCA). Seuls 71 des 189 candidats engagés aux côtés du président lorrain ont présenté une lettre de démission avant l’heure limite fixée à 18h par la préfecture, il en fallait 95 pour rendre irrecevable la liste déposée par le candidat socialiste pour le second tour des élections régionales dimanche.

Depuis son QG  de campagne en Moselle, Jean-Pierre Masseret a réaffirmé sa volonté « de mener le combat jusqu’au bout » :

« Trois listes seront proposées pour que les citoyens puissent choisir librement et démocratiquement les élus qu’ils jugent pouvoir les représenter le mieux. Nous leur offrons l’opportunité de choisir entre la droite libérale, l’extrême-droite nationaliste et la gauche ! Depuis hier, nous recevons d’innombrables messages, venant de notre région mais également de toute la France, pour nous dire que nous avons raison de ne rien lâcher, de ne pas déserter le terrain démocratique. Nous avons le soutien du peuple pour qui l’on a raison de ne pas déserter le terrain politique. Nous sommes les seuls à porter un projet qui tient compte de la grande région. »

Campagne improbable

C’est une campagne improbable qui s’annonce avec une liste où de nombreux candidats PS vont donc faire campagne pour la droite entre les deux tours. Depuis dimanche soir, de nombreux élus locaux et nationaux ont demandé à « faire barrage au front national » et prié les candidats de se désengager individuellement. Le Front national part favori de cette triangulaire dans le Grand Est.

Cet épisode augure de longs débats internes au sein du camp socialiste. Plusieurs militants ont été sensibles aux arguments du candidat Masseret vis-à-vis de la droite et du Front national. Ils estiment que le « Front républicain » ne fait pas régresser le FN et acquiescent lorsque le sénateur socialiste dit que « ce n’est pas en fuyant le scrutin qu’on combat le FN ».

Aller plus loin

Sur Rue89 Strasbourg : Second tour : qui dit quoi ?

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Entre 1 500 et 2 000 Gilets jaunes à Strasbourg pour « l’acte IX »

par Pierre France. 3 237 visites. 10 commentaires.

Schiltigheim appelle ses habitants à corriger « trois erreurs historiques » pour ses transports

par Jean-François Gérard. 3 755 visites. 6 commentaires.

117 migrants mis à l’abri dans un gymnase pour l’hiver

par Pierre Petitcolin. 1 957 visites. 2 commentaires.