La pépinière de Hautepierre, une bonne idée, pas tant pour le quartier
Economie 

La pépinière de Hautepierre, une bonne idée, pas tant pour le quartier

actualisé le 28/03/2016 à 21h38

Un mode de déplacement pratique à la pépinière (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Un mode de déplacement pratique à la pépinière (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Installée au coeur du quartier de Hautepierre à Strasbourg, une ambiance dynamique règne à la pépinière d’entreprises. Avec ses loyers sous les prix du marché et un peu d’accompagnement, elle a su séduire de nombreux jeunes entrepreneurs strasbourgeois. Mais elle profite très peu au quartier.

On peut passer tous les jours à côté sans savoir ce qui se trame à l’intérieur de ce bloc en tôle et en bois. Pas d’entrée sur la rue et à peine quelques mots sur la devanture. À côté de l’arrêt Dante, dans le quartier de Hautepierre à Strasbourg, des petites entreprises grandissent – et parfois meurent – depuis 4 ans. Au rez-de chaussé, 10 ateliers, à l’étage 19 bureaux. En haut, un jeune homme traverse le couloir en trottinette, « les toilettes sont à l’autre bout du couloir ! ».

Le portail est toujours ouvert car régulièrement défoncé, mais seule une serrure forcée est à déplorer (photo JFG/Rue89 Strasbourg)

Le portail est toujours ouvert car régulièrement défoncé, mais seule une serrure forcée est à déplorer (photo JFG/Rue89 Strasbourg)

 

Quatre ans après son inauguration, la pépinière d’Hautepierre affiche un taux de remplissage de 80 à 85%. Patrick G’Styr, consultant à Inno TSD et directeur de l’espace (avec ceux du Ph8 pour les technologies médicales et de l’Hôtel des forges au port autonome), explique que l’objectif n’est pas d’être plein :

« Il nous arrive de refuser des entreprises pour maintenir un peu d’espace libre. Comme ça, lorsqu’une entreprise grandit et qu’elle a besoin de plus grands locaux, elle peut rester ici. »

La pépinière de Hautepierre (image KS construction)

La pépinière de Hautepierre, inaugurée en 2011 (image KS construction)

On trouve tout type d’activités à la pépinière. Un verrier, de l’informatique, des applications pour enfants, de la formation en gériatrie, de la recherche pharmaceutique, de l’e-commerce de textile oriental, etc. Désormais, 60 à 70% ont un rapport avec le numérique. « Au début on avait plus d’artisans, mais la concurrence est de plus en plus dure », commente Patrick G’Styr.

Depuis l’ouverture, 82% des entreprises ont survécu à leur passage à la pépinière. Pour les autres, près d’une sur cinq tout de même, l’aventure s’est arrêtée pour cause de difficultés économiques ou de mésentente entre les actionnaires.

Une salle de réunion partagée, qui se transforme parfois en salle de ping pong (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Une salle de réunion partagée, qui se transforme parfois en salle de ping pong (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Le prix, première raison de l’implantation

Le directeur, aidé par une assistante, propose un accompagnement fiscal, juridique, pour les embauches ou à la recherche d’investisseurs. Les tarifs sont, eux, environ 40% moins cher que dans le parc des locaux professionnels : à partir 194€ par mois pour un bureau de 13 m² et jusqu’à 619€ pour un atelier de 76 m². La pépinière n’atteint pas l’équilibre économique, la différence est à la charge de l’Eurométropole. La durée maximale du séjour, sans engagement, est de 23 mois. Les entrepreneurs ont souvent entendu parler de ce lieu peu connu par le bouche à oreilles.

Pour Sébastien Hamm, qui avec son entreprise Awaken développe des boîtiers connectés en voiture notamment pour alerter les secours, c’est le prix qui a pesé dans la décision :

« On a hésité avec d’autres endroits mais les tarifs étaient plus intéressants ici. La vue n’est peut-être pas super, mais il n’y a jamais eu de soucis. C’est plus les visiteurs qu’il faut rassurer. »

(photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Sébastien Hamm (à gauche) et Mathis Ries (à droite) dans l’un des deux bureaud de 13m² d’Awaken travaillent sur des boîtiers électroniques. (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Du moins pour les bureaux. Pour les ateliers, le prix est un peu moins compétitif, mais une surface équivalent est difficile à trouver explique Victor Krummenacker, 28 ans et arrivé en septembre 2015. Il crée des bandes réfléchissantes esthétiques pour les motards avec son entreprise VFluo :

« Trouver un atelier de 76 m² est difficile à Strasbourg. Au mètre carré, il était possible de trouver moins cher, mais c’étaient des surfaces de 300 m² vers la Meinau ou Fegersheim. J’ai commencé dans une chambre de 11 m² et ici je suis vraiment dans de bonnes conditions de travail. J’ai encore un peu d’espace si mon activité doit grandir à la pépinière. Et puis disposer d’un service de levée de courrier me fait aussi gagner 30 minutes par jour. »

Victor Krummenacker dans son nouvel atelier (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Victor Krummenacker dans son nouvel atelier (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

N’avoir qu’un mois de caution, pas de garant et un préavis de deux mois seulement (contre 3 ans dans le privé) a aussi joué dans la décision de Rémy Perla, 33 ans, d’enfin quitter son salon familial pour s’installer – certes un peu serré – avec 5 autres personnes voire plus dans un bureau de 22 m². Il développe « Rêve aux lettres« , une start-up qui propose à des enfants de 5 à 12 ans des histoires qui arrivent par lettre et dont la suite de l’histoire est personnalisée – par un logiciel ou des écrivains – selon la réponse.

Les bureaux de Rêve aux lettres où jusqu'à 10 personnes s'entassent (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Les bureaux de Rêve aux lettres où jusqu’à 10 personnes s’entassent (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

« La localisation n’est pas importante »

En haut dans les bureaux, le contact est un peu plus régulier que dans les ateliers, aux portes souvent fermées. C’est aussi l’ambiance de travail qu’est venu chercher Jérémie Bouchet, 32 ans, et ses deux associés, qui avec Blackbird proposent la solution de site de vente en ligne :

« Être accepté ici n’est pas la chose la plus difficile au lancement de l’entreprise. La pépinière est bienveillante. L’aspect financier a joué, mais aussi d’être entouré de personnes qui ont la même aspiration, de lancer une boîte, sans être concurrent. Nous, on a été longtemps basés au Neuhof, donc les personnes qui font des roues levées en scooter, ça nous amuse. Pour notre activité, la localisation n’est pas importante. Les bureaux fermés sont plus adaptés pour des sociétés d’une certaine taille que les open-space des espaces de co-working, mais pour autant partager certains biens comme une photocopieuse, ce sont des coûts en moins. »

Jeremy Bouchet, première expérience d'entrepreneur (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Jeremie Bouchet, troisième expérience d’entrepreneur (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

C’est notamment lors des pauses midi que les contacts se nouent. La table de la salle de réunion se transforme parfois en table de ping-pong. Les informaticiens d’Awaken ont par exemple tissé des liens avec Matthieu Gru, 28 ans, revenu d’une expérience de salarié en marketing en Afrique du Sud pour fonder Sprintbok, qui produit des tapis de courses mécaniques, souples et qui s’adaptent à la vitesse de course. L’idée serait d’enregistrer les performances sur le tapis :

« Comme les applications de courses sont basées sur le GPS, aucune ne fonctionne avec un tapis. L’idée est de développer un compteur relié via bluetooth au téléphone. À la pépinière, les contacts se font surtout si on est au même niveau de développement de l’entreprise. Sinon chacun est très concentré sur son projet. »

Matthieu Gru prépare un tapis de course sur lequel on ne se casse plus la gueule (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Matthieu Gru prépare un tapis de course sur lequel on ne se casse plus la gueule (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Exclusivité mondiale : le tapis de course que prévoit de développer Sprintbox (Photo Sprintbox)

Exclusivité mondiale : le tapis de course que prévoit de développer Sprintbok (Photo Sprintbok)

La pépinière compte même quelques réussite primées. Laura Fort, 29 ans, créatrice avec Damien Dessagne de studio Pix Mix a décroché les prix Entrepreuneure Excellencia et Femme de l’Économie Grand Est grâce à ses applications éducatives pour enfants. Issue du monde du spectacle, elle travaille sur ce projet depuis 2009 sur son temps libre, avant de s’installer à la pépinière dans ses premiers locaux en juin 2014.

Laura Fort, fondatrice de studio pixmix avec son frère a remporté deux prix. (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Laura Fort, fondatrice de studio pixmix avec son frère a remporté deux prix. (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Un « sauna » en été

Plusieurs point de vue se croisent sur l’emplacement. Certains apprécient la proximité du centre commercial d’Auchan, l’accessibilité par l’autoroute avec un parking réservé et le tram à 10 minutes du centre-ville. D’autres pointent qu’il n’y a pas grand chose à faire ou d’endroits pour manger autour et que les clients se perdent dans les mailles d’Hautepierre.

Un atelier, vu depuis l espace bureau en mezzanine (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Un atelier, vu depuis l’espace bureau en mezzanine (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Le bâtiment, construit en 2011 et financé par l’Eurométropole, l’Union européenne, l’agence nationale de la rénovation urbaine (ANRU), la Région Alsace et le Bas-Rhin pour 3,95 millions d’euros est aux normes BBC (bâtiment basse consommation). Mais ce n’est pourtant pas le pas le bureau idéal. Les stores s’activent quand il y a de la lumière, on ne peut pas les régler manuellement. L’intérieur en bois n’est pas parfaitement isolé et « l’été, c’est un sauna », glisse Laura Fort. Jusqu’à 38°C en 2015 !

Mais de l’autre côté du couloir, Rémy Perla a trouvé deux solutions :

« À une époque, on faisait les réunions de travail en caleçon. Du coup, certains installent une climatisation et donc le bâtiment consomme beaucoup. Je descendais aussi plusieurs fois par jour dans les ateliers où ils ont des douches. »

Quand il ne fait pas de réunion en caleçon, Rémi Perlat gère des centaines d'histoires par correspondances avec des enfants (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Quand il ne fait pas de réunion en caleçon, Rémi Perla gère des centaines d’histoires par correspondances avec des enfants (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Une faible ouverture sur le quartier

Le soir, les entrepreneurs repartent chez eux, c’est à dire dans les différents quartiers de Strasbourg ou dans la campagne bas-rhinoise. À la pépinière, on reçoit certes quelques clients, mais pas de public régulier. Résultat, l’établissement fonctionne en vase clos. Même le dispositif d’exonération de charges patronales, permis par les Zones franches urbaines (ZFU), c’est-à-dire les quartiers sensibles comme Hautepierre, n’est guère utile explique Laura Fort :

« Les baisses de charges ne s’appliquent que si on embauche des personnes issues du quartier. C’est davantage un dispositif pour les commerces implantés qui reçoivent du public. »

Une des trois terrasses de la pépinière (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Une des trois terrasses de la pépinière (photo JFG / Rue89 Strasbourg)

Seuls deux entrepreneurs sont originaires du quartier, dont Damin Dessagne de studio Pix Mix. Sur les quatre générations d’entreprises passées par la pépinière le total est de 8. Il y a bien eu l’une ou l’autre présentation au collège Erasme, mais sans plus d’après son proviseur.

Une limite que reconnait le directeur Patrick G’Styr :

« Les jeunes de Hautepierre qui se lancent sont plutôt des auto-entrepreneurs avec des revenus de 10 à 15 000 euros par an au début, avec très peu de charges. Dans ces conditions, ajouter 2 000€ de loyer annuel est une dépense importante. »

Un constat similaire à ceux d’autres espaces de travail en zone franche urbaine.

Aller plus loin

Sur pepiniere-strasbourg.fr : le site de la pépinière d’entreprises de Hautepierre

L'AUTEUR
Jean-François Gérard
Jean-François Gérard
A rejoint la rédaction de Rue89 Strasbourg à l'été 2014. En charge notamment de la politique locale.

En BREF

Un an du 11-Décembre, les commémorations prévues mercredi

par Rue89 Strasbourg. 2 133 visites. 1 commentaire.

Manifestation déclarée le jour, sauvage la nuit

par Guillaume Krempp. 3 234 visites. 4 commentaires.

Environ 10 000 personnes défilent contre la réforme des retraites

par Rue89 Strasbourg. 7 146 visites. 6 commentaires.