Enquêtes et informations locales
Enquêtes et informations locales
Après trois années à l’arrêt, le train redémarre entre Épinal et Saint-Dié
Environnement 

Après trois années à l’arrêt, le train redémarre entre Épinal et Saint-Dié

par Guillaume Krempp.
Publié le 15 décembre 2021.
Imprimé le 08 août 2022 à 02:32
1 208 visites. 5 commentaires.

La ligne Épinal – Saint-Dié a redémarré dimanche 12 décembre après d’importants travaux sur une infrastructure ayant souffert de sous-investissement chronique pendant plusieurs années.

C’était une promesse présidentielle. Le 18 avril 2018, Emmanuel Macron avait promis d’investir dans la réparation de la ligne Épinal – Saint-Dié. Huit mois plus tard, le train cessait de circuler sur ce tronçon d’une cinquantaine de kilomètres. Après 15 ans sans rénovation, l’infrastructure nécessitait d’importants travaux, à hauteur de 21 millions d’euros. L’État a pris en charge 40% des coûts, notamment pour la réfection du tunnel de Vanémont, menacé d’effondrement.

Dimanche 12 décembre, le train a repris la desserte entre Épinal et Saint-Dié, en présence du président de la Région Grand Est Jean Rottner, du Premier ministre Jean Castex et du ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari.

Rencontré lors de notre reportage en décembre 2018, Michel Florence tenait à ce que « ses trois petits enfants voient encore le train. » (Photo Guillaume Krempp / Rue89 Strasbourg / cc)

Plus de train, moins d’arrêt

Niveau cadencement, le service est amélioré. Avant les travaux, le train effectuait cinq allers-retours par jour en semaine. Il en fera désormais dix par jour, dont plusieurs trajets directs entre Épinal et Saint-Dié. Pour le président (LR) de la Région Grand Est, cité par le journal Le Monde, il s’agit de « proposer une réelle alternative à la voiture ». Jean Rottner décrit ainsi cette inauguration comme « le résultat d’une démarche de long-terme de la Région, qui a pour objectif de réenchanter le train. »

Pour le gouvernement aussi, cette réouverture de ligne est un symbole. En février 2020, il avait annoncé un investissement de six milliards d’euros sur dix ans pour sauver les « lignes de desserte fine du territoire. » L’État reprendra 1 400 kilomètres de lignes, un contrat de plan État-région doit permettre d’en réhabiliter 5 800 autres. Les régions devront s’occupent seules de 1 000 autres kilomètres de petites lignes.

Du côté du syndicat CGT Cheminots de Saint-Dié-des-Vosges, on se félicite de cette réouverture tout en soulignant l’absence de desserte des localités de Saint-Léonard et de Docelles-Cheniménil. « Les populations de ces territoires
devront donc patienter avant obtenir une éventuelle satisfaction sur ces arrêts, celle-ci serait soumise à l’agenda de l’ouverture à la concurrence, au mieux en 2025″, regrette Gérard Coinchelin, le secrétaire de l’union locale CGT.

L'AUTEUR
Guillaume Krempp
Guillaume Krempp
Journaliste, en recherche d'enquêtes et d'impacts

En BREF

Retour de la Grande braderie ce samedi : transports gratuits et sécurité renforcée

par Lucie Lefebvre. 1 477 visites. 7 commentaires.

L’association Deaf Rock veut continuer d’accueillir des services civiques

par Pierre France. 718 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Pollution du Rhin après l’incendie d’un centre de tri de déchets industriels

par Nicolas Cossic. 3 342 visites. 2 commentaires.
×