Enquêtes et actualité à Strasbourg et Eurométropole

Rue89 Strasbourg adhère à la charte pour la traçabilité de l’information

La rédaction de Rue89 Strasbourg se félicite de la mise en place d’une charte pour la traçabilité de l’information, un effort d’harmonisation des pratiques de reprises pour tous les médias professionnels.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89 Strasbourg, abonnez-vous.

Rue89 Strasbourg adhère à la charte pour la traçabilité de l’information

Le Syndicat de la presse indépendante, auquel adhère Rue89 Strasbourg, a collaboré avec les autres organisations patronales des médias (Apig, SEPM, Sirti, FNPS…) pour établir une charte de la traçabilité de l’information. L’objectif est d’harmoniser les pratiques entre tous les médias professionnels, dans un univers où les informations sont parfois devenues difficiles à différencier des rumeurs et des propagandes.

Les lectrices et lecteurs de Rue89 Strasbourg ne seront pas étonnés par notre participation à cette charte. La rédaction indique scrupuleusement les sources de toutes ses informations dans les articles, a fortiori lorsqu’elle proviennent d’autres médias (voir par exemple nos « vigies »). C’est un principe cardinal de la déontologie journalistique et il est heureux de voir que tous les syndicats professionnels des médias le rappellent, et se dotent d’outils pour corriger les défauts de citation, le cas échéant.

Concrètement cette charte oblige tous ses signataires à sourcer les médias repris et ce, dès le premier paragraphe, en ajoutant un lien direct vers l’article original. Ça semble évident, basique, mais nombre de journalistes reprennent des informations de confrères et consœurs sans les citer, sans renvoyer vers l’article original.

Adhésion au Conseil de déontologie des médias

Dans le même esprit, Rue89 Strasbourg a adhéré au Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM), un organe qui accueille les plaintes en provenance de particuliers sur des sujets qu’ils ont vu ou lu dans les médias et dont ils estiment qu’ils ne respectent pas les principes de déontologie des journalistes.

Le CDJM, après avoir validé la recevabilité de chaque plainte, examine les sujets et contacte les journalistes auteurs pour leur demander des explications. Il conclut ensuite à des plaintes fondées, partiellement fondées ou non-fondées si les journalistes ont travaillé dans le respect des règles de la profession.


#déontologie

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

Aucun mot-clé à afficher

Plus d'options